Hubert Krains

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Hubert Krains
Hubert Krains - Berne -1907.JPG

Hubert Krains dans son bureau à Berne, dessin par Georges-Émile Lebacq, 10 juillet 1907.

Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 71 ans)
BruxellesVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Autres informations
Membre de

Hubert Krains, né à Les Waleffes (Faimes, province de Liège) le et décédé à Bruxelles le , est un écrivain belge et un militant wallon de la fin du XIXe et du début du XXe siècle.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils d'ouvriers agricoles hesbignons, Hubert Krains seconde son père dans les travaux agricoles dès ses seize ans.

Il publie ses premiers contes dans le journal La Wallonie. Il se revendiquera toujours comme « je suis un wallon ».

Son œuvre majeure est Le pain noir[1], ses textes étaient enseignés dans les écoles primaires de Hesbaye dans les années 1950-1960.

Il fut un ardent défenseur de la langue et de la culture française et un militant wallon : il sera l'un des premiers à collaborer à la Terre wallonne d'Élie Baussart.

Il soutient le jeune écrivain wallon Jean Tousseul.

Il participa à l'hebdomadaire bruxellois non conformiste « Le Rouge et le Noir » fondé par Pierre Fontaine en 1927 et notamment à sa « Tribune Libre. » Cette tribune, publique, portait sur des sujets littéraires, artistiques ou de société. Ces débat publics recueillirent un franc succès pendant une dizaine d'années. En 1928, Hubert Krains notait dans une lettre à son ami Lebacq[2] que l'expérience lui avait plu car il avait découvert qu'il pouvait séduire un public relativement hostile.

Il semble cependant que « Le Rouge et le Noir » ne l'ait pas conquis. Ce sont « des séances publiques que les jeunes (qu'ils disent) organisent périodiquement[3]. Il est vrai que, vu son âge, il avait de quoi être choqué par la volonté affichée par Fontaine de balayer les hommes anciens[4].

Hubert Krains meurt violemment, à l'âge de 71 ans, broyé sous les roues d'un train.

Honneurs[modifier | modifier le code]

Il a été choisi comme l'un des cent Wallons du siècle par l'Institut Jules-Destrée[5], en 1995.

L'Association des Écrivains Belges de langue française distribue annuellement un prix Hubert Krains.

La commune de Schaerbeek donna son nom à une de ses artères.

Sources[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://guibert5.skynetblogs.be/post/5468878/le-pain-noir-de-hubert-krains
  2. Lettre de Hubert Krains à Georges-Émile Lebacq, 14.12.1928, dans: correspondance de Georges Émile Lebacq conservée au Musée de la Littérature (Bruxelles). ML 3000-90
  3. ibid.
  4. Jean-François Fueg, « Le Rouge et le Noir », Un hebdomadaire bruxellois non conformiste, Faculté des Sciences Politiques, Sociales et Économiques Université Libre de Bruxelles. BTNG-RBHC, XXIV, 1993, 3-4, pp. 441-500.
  5. http://www.wallonie-en-ligne.net/1995_Cent_Wallons/Krains_Hubert.htm

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]