Hubert Gallet de Santerre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Hubert Gallet de Santerre, né le à Marseille et mort le à Saint-Clément-de-Rivière (Hérault), est un helléniste et archéologue français. Il a été professeur à la faculté des lettres de Montpellier et recteur de l'académie de Dijon.

Biographie[modifier | modifier le code]

Hubert Gallet de Santerre fait ses études secondaires au lycée Thiers[1] de Marseille. Il entre à l'École normale supérieure en 1935. Il est reçu à l'agrégation des lettres en 1939. Il est nommé professeur au lycée Thiers[1], puis agrégé-répétiteur de grec à la rue d'Ulm.

Il devient en 1945 membre de l'École française d'Athènes, dont il est ensuite secrétaire général. Il se consacre alors à l'exploration archéologique de Délos. Il soutient sa thèse de doctorat d'État ès-lettres sur Délos primitive et archaïque en 1956 à la Sorbonne.

Il est nommé professeur à la faculté des lettres de Montpellier en 1958 ; il en est le doyen de 1966 à 1967. Il prend à cette époque la responsabilité des fouilles du site d'Ensérune, où il continue l'œuvre de Jean Jannoray[2] et de l'abbé Joseph Giry. Il est aussi directeur de la circonscription des antiquités historiques et mène également des fouilles à Kerkouane en Tunisie. Il est l'un des fondateurs de la Revue archéologique de Narbonnaise, dont il a été longtemps directeur.

Il devient recteur d'académie à Dijon en 1968, avant de revenir à Montpellier en 1973 jusqu'à sa retraite en 1984.

Il est élu à l'Académie des sciences et lettres de Montpellier en 1963[3].

Hubert Gallet de Santerre était officier de la Légion d'honneur.

Publications[modifier | modifier le code]

  • Délos primitive et archaïque (coll. « Bibliothèque des Écoles françaises d'Athènes et de Rome », 192), Paris, E. de Boccard, 1958, 360 p.-XXXVI p. de pl., cartes et plans (thèse principale)[4].
  • Exploration archéologique de Délos faite par l'École française d'Athènes.... 24 : La terrasse des lions, le Létoon et le monument de granit à Délos : publication topographique et architecturale, Paris, E. de Boccard, 1959, 126 p., LXXV pl. (thèse complémentaire).
  • Ensérune (coll. « Petites notes sur les grands édifices », 13), Paris, Caisse nationale des monuments historiques et des sites, 1978, 63 p., ill. (ISBN 2-85822-007-7)
  • Ensérune : les silos de la terrasse est (coll. « Supplément à "Gallia" », 39), Paris, Éditions du Centre national de la recherche scientifique, 1980, 64 p.-XLII p. de pl. (ISBN 2-222-02555-9)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Christian Llinas, « In memoriam : Hubert Gallet de Santerre (1915-1991) », Revue archéologique de Narbonnaise, vol. 23, no 1,‎ , p. 9–9 (lire en ligne, consulté le )
  2. Son prédécesseur dans sa chaire à la faculté.
  3. « Hubert GALLET de SANTERRE - Academie des sciences et lettres de Montpellier », sur www.ac-sciences-lettres-montpellier.fr (consulté le )
  4. Compte rendu : Paul Cloché, Revue historique, 223, fasc. 2, 1960, p. 421-423 (en ligne).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Christian Llinas, « In memoriam : Hubert Gallet de Santerre (1915-1991) », Revue archéologique de Narbonnaise, 23, 1990, p. 9 (en ligne).

Liens externes[modifier | modifier le code]