Huang Guangyu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Huang Guangyu
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance

Shantou dans la province du Guangdong
Nationalité
Formation
Activités
Conjoint
Du Juan
Autres informations
Religion

Huang Guangyu, né le 24 juin 1969, connu aussi sous le nom de Wong Kwong-yu, est un homme d'affaires chinois, fondateur en 1987 de la société GOME Electrical Appliances (en), distributeur de matériel électrique.

Huang Guangyu est arrêté en 2008, alors qu'il est considéré comme l'homme le plus riche de la Chine continentale. Il est condamné à 14 ans de prison en 2010 pour délit d'initié et corruption.

Biographie[modifier | modifier le code]

Huang Guangyu est né dans une famille pauvre, cultivateur de riz, de la province du Guangdong. Il quitte rapidement l'école et part, à l'âge de 16 ans, avec son frère en Mongolie-Intérieure vendre du matériel électronique. Puis ils rejoignent Pékin, où Huang Guangyu commence sa carrière en 1986 sur les trottoirs toujours dans le commerce de matériel électronique[1],[2]. .

À partir de 2007, les autorités chinoises considèrent que Huang Guangyu s'appui sur un « complexe réseau de corruption impliquant de très hauts cadres ». Toutefois il aurait omis certaines factions politiques proches du pouvoir[3].

Alors qu'il est considéré comme l'homme le plus riche de la Chine continentale[4],[5], il est arrêté en novembre 2008[6]. Il fait une tentative de suicide six mois plus tard. Puis il est inculpé en janvier 2009 et condamné en 2010 à 14 ans de prison[7] et doit verser 600 millions de yuans et se voit confisquer 200 millions de yuans d'avoirs[2]. Il démissionne de la Direction de Gome le 16 janvier 2009[8].

Huang Guangyu est concerné par trois affaires de délit d'initié où il a acheté 140 millions d'actions d'une valeur de 1,8 milliard de yuans et ce avec des bénéfices de 400 millions de yuans[9]. Lors de son procès, Huang Guangyu a été accusé de « négoce illégal de devises étrangères via Hongkong » et délit d'initiés concernant une entreprise référencée à la bourse de Shenzhen. Selon le quotidien China Daily, Huang Guangyu a donné « 4,56 millions de yuans de pots-de-vin à des responsables officiels ». Pour Xinhua, ces malversations ont permis à GOME Electrical Appliances (en) et à la société immobilière Beijing Pengrun Real Estate Development Company, d'obtenir des avantages illégaux[7].

Huang Guangyu serait impliqué, parmi 22 000 autres princes rouges, dans des opérations financières dans les paradis fiscaux aux îles Vierges britanniques. Ainsi par l'intermédiaire de deux sociétés, Shining Crown Holdings et Shine Group, il serait resté propriétaire de GOME Electrical Appliances à hauteur de 30%[10].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Huang Guangyu vivait à Pékin avant sa condamnation. Marié à Du Juan[note 1], le couple a deux filles, ce qui l'obligeait à une contributions financière pour le second enfant[11]. Huang Guangyu est de confession chrétienne[12].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Note[modifier | modifier le code]

  1. Son épouse, Du Juan, elle aussi reconnue coupable de délits identiques, est sortie de prison en 2010.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Huang Guangyu, un milliardaire chinois a l’ombre Libération, 16 février 2010
  2. a et b Laure de Charette, Sexe, meurtre et corruption, Chine : les nouveaux milliardaires rouges, Éditions de l'Archipel, 2013
  3. Yann Rousseau, La malédiction des milliardaires chinois. Les Échos, 19 mai 2010
  4. China's richest man 'under investigation' CNN, 24 novembre 2008
  5. Forbes 2004
  6. Zhang Yan , Corruption : Huang Guangyu, condamné à 14 ans CCTV.com (Télévision centrale de Chine), 19 mai 2010
  7. a et b AFP, Le tycoon Huang Guangyu condamné à quatorze ans de prison Le Monde.fr, 18 mai 2010
  8. Gome
  9. Davantage d'informations révélées sur l'affaire Huang Guangyu Le Quotidien du Peuple, 23 mai 2012 « Sun Jungong, porte-parole de la Cour populaire suprême, a indiqué lors d'une conférence de presse que Huang Guangyu, en tant qu'actionnaire principal de la Beijing Centergate Technologies (Holding) Co. Ltd., entreprise cotée à la bourse de Shenzhen, avait donné l'ordre à ses complices d'acheter des actions de la compagnie avant que les communiqués concernant d'importantes transactions réalisées par la compagnie et la restructuration de celle-ci soient officiellement publiés. »
  10. Marina Walker Guevara, Gerard Ryle, Alexa Olesen, Mar Cabra, Michael Hudson et Christoph Giesen OffshoreLeaks : révélations sur l'argent caché des « princes rouges » chinois Le Monde, 23 janvier 2014« Bien que Huang Guangyu reste emprisonné et bon nombre de ses actifs gelés, son empire, lui, continue de tourner grâce au réseau de sociétés offshore qu'il s'est constitué. Il reste propriétaire de plus de 30 % des parts de Gome, sa chaîne de distribution d'électronique, par l'intermédiaire de deux autres sociétés des îles Vierges, Shining Crown Holdings et Shine Group. »
  11. Pascal Jalabert, Pékin. Le boucher des prix La Dépêche du midi, 26 octobre 2010
  12. Huang Guangyu, China's richest man, disappears amid corruption investigation 28 novembre 2008

Lien externe[modifier | modifier le code]

Site officiel de la société GOME