Hoyau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Hoyau

Un hoyau, aussi appelé houe, est un outil manuel du jardinier et du vigneron.

Origine[modifier | modifier le code]

Le nom « hoyau », d'origine germanique, est apparu en France vers 1312. Le terme « hoyau » apparaît dans les versions modernes de la Bible :

« Et chaque homme en Israël descendait chez les Philistins pour aiguiser son soc, son hoyau, sa hache et sa bêche »

— Premier Livre de Samuel, chapitre 13, verset 20

« De leurs glaives ils forgeront des hoyaux et de leurs lances des serpes »

— Esaïe, chapitre 2, verset 4

Le mot apparaît aussi chez Voltaire :

« N'allez pas croire que Pomone et Vertumne vous sachent beaucoup de gré d’avoir sauté en leur honneur […] il n'y a d’autre Pomone ni d’autre Vertumne que la bêche et le hoyau du jardinier. »

— Voltaire, Dictionnaire philosophique. Superstition, IV.

Description[modifier | modifier le code]

Une houe est un outil à lame forte, aplatie, à deux fourchons, employée au défoncement des terrains et aux façons de la petite culture qui demandent le plus de force.

Calendrier républicain[modifier | modifier le code]

Dans le calendrier républicain, le Hoyau était le nom attribué au 20e jour du mois de frimaire[1], correspondant à l'actuel .

Le paysan à la houe, d'après Millet

Notes et références[modifier | modifier le code]