Hovhannès VII Achakir

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Ceci est une version archivée de cette page, en date du 26 janvier 2014 à 15:25 et modifiée en dernier par LinedBot (discuter | contributions). Elle peut contenir des erreurs, des inexactitudes ou des contenus vandalisés non présents dans la version actuelle.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Hovhannès VII Achakir
Հովհաննես Է Աջակիր
Décès 1506
Désignation 1474
Fin 1484
Prédécesseur Sarkis II
Successeur Sarkis III

Catholicos de l'Église apostolique arménienne


Armenian Apostolic Church logo.png

Hovhannès VII Achakir ou Aǰakir (i.e. « le détenteur de relique », en arménien Հովհաննես Է Աջակիր ; mort en 1506) est coadjuteur de 1470 à 1474 puis Catholicos de l'Église apostolique arménienne de 1474 à 1484.

Biographie

Jean ou Hovhannès Aǰakir est d’abord coadjuteur du Catholicos Serge ou Sarkis II Aǰatar, puis il lui succède comme Catholicos en 1474.

Il doit s’adjoindre immédiatement comme coadjuteur Sarkis III Mussail, représentant des intérêts d’un autre puissant clan épiscopal.

Malgré le caractère conflictuel de leurs rapports, les deux rivaux mettent provisoirement un terme à leurs querelles et, grâce aux talents d’intermédiaire d’un évêque nommé Vertanès, il réussissent à récupérer en 1477 la relique de la « dextre de saint Grégoire l'Illuminateur » qui avait été emportée à Aghtamar en 1462 par Zacharie III, lors de son usurpation du siège d’Etchmiadzin[1].

Cette époque est marquée par la production de deux moines : Kirakos d’Ezunka dit « Arevelzie », auteur de commentaires d’Évagre le Pontique compilés sous le titre Oskephorik (« Mine d’Or »), et Amirdovlat d'Amasée, qui a écrit un manuel médical intitulé Ankidaz Anpet (« L'Inutile aux ignorants ») [2].

Hohvannès VII, qui ne meurt qu’en 1506, doit se retirer dès 1484 devant son coadjuteur Serge III Mussail, qui devient Catholicos.

Notes et références

  1. (en) Père Michael Chamich (Mik'ayel Ch'amch'yants'), History of Armenia, vol. II, Calcutta, 1827, p. 333.
  2. (en) Père Michael Chamich (Mik'ayel Ch'amch'yants'), op. cit., p. 334.