Houssik Ier Parthev

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Houssik Ier Parthev
Հուսիկ Ա Պարթև
Décès 348
Désignation 341/342
Fin 348
Prédécesseur Vertanès
Successeur Pharen

Catholicos de l'Église apostolique arménienne


Armenian Apostolic Church logo.png

Houssik (c'est-à-dire Hésychius), Husik ou Yusik Ier Parthev ( « le Parthe » ; en arménien Հուսիկ Ա Պարթև) est catholicos d'Arménie de 341/342 à 348. Il est révéré en tant que saint.

Biographie[modifier | modifier le code]

Houssik est un des deux fils du catholicos Vertanès Ier, lui-même fils de saint Grégoire l'Illuminateur[1]. Il naît, est éduqué et ordonné à Césarée de Cappadoce[2]. Il a épousé une fille du roi d'Arménie Tiridate IV[Note 1] et a eu deux fils, Pap et Athanaginès, père du catholicos ultérieur Nersès Ier le Grand[3].

Il succède en 341[4] ou 342[5] comme catholicos à son père Vertanès[1]. Il est consacré à Césarée[6].

Un certain relâchement se produit par rapport à l'austérité religieuse ayant prévalu sous son père, que Houssik, attaché au premier concile de Nicée, prend comme un encouragement au vice et un retour au paganisme[7]. Le reprochant au roi Tigrane VII, il lui interdit l'entrée d'une église un jour de fête en 348 ; le roi le fait arrêter et bastonner jusqu'à la mort, tout comme il fait étrangler le chorévêque syrien Daniel (parfois présenté comme le successeur de Houssik[5]) qui a osé protester[7].

Ses fils, jugés « indignes du sacerdoce » selon Fauste de Byzance[8], « furent tous deux foudroyés au même endroit » selon Moïse de Khorène[9]. Plus probablement, ils refusent tous les deux la succession catholicossale[7] et sont assassinés lors d'un banquet[10]. Pharen d'Achtichat, un parent, lui succède alors sur le trône catholicossal[11].

Famille[modifier | modifier le code]

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Anak Souren Pahlav
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Khosrov II
roi d'Arménie (279-287)
 
 
 
 
Grégoire Ier l'Illuminateur
Catholicos (314-320/325)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Tiridate IV
roi d'Arménie (298-330)
 
 
Aristakès Ier
Catholicos (320/325-327/333)
 
Vertanès Ier
Catholicos (327/333-341/342)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Khosrov III
roi d'Arménie (330-339)
 
 
 
 
Houssik Ier
Catholicos (341/342-348)
 
Grigoris
Catholicos d'Aghbanie (?-343)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Tigrane VII
roi d'Arménie (339-350)
 
Varazdoukht
 
Pap
diacre
 
Bambishen
 
Athanaginès
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Nersès Ier
Catholicos (353-373)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Sahak Ier
Catholicos (387-428)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Hamazasp Mamikonian
 
Sahakanouch
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Mamikonian
ultérieurs
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Généalogie des Grégorides[12],[13]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Note
  1. Les prénoms Tiridate et Tiran, tous les deux des noms théophores associés avec le dieu solaire Tir Hélios, étant quasi synonymes, il y a eu confusion entre les deux. Ainsi faut-il interpréter Fauste de Byzance, livre III, chapitre 5 concernant le mariage de Houssik avec « une fille de Tiran fils de Chosroès » comme faisant référence à Tiridate IV et non pas comme le contexte le suggère à Tiran-Tigrane VII, frère des deux belles-filles de Houssik. Autrement il faudrait supposer que les deux fils de ce dernier eussent épousé leurs propres grand-tantes. Toumanoff 1990, p. 86 et 243.
Références
  1. a et b Mahé 2007, p. 167.
  2. Hasrat‘yan 1996, p. 116.
  3. Toumanoff 1990, p. 243.
  4. Grousset 1947, p. 132.
  5. a et b Garsoïan 2004, p. 86.
  6. Garsoïan 2004, p. 88.
  7. a b et c Mahé 2007, p. 173.
  8. Fauste de Byzance, Histoire de l'Arménie, livre III, chapitre 5.
  9. Moïse de Khorène, Histoire de l'Arménie, livre III, chapitre 16.
  10. Mahé 2007, p. 166.
  11. Grousset 1947, p. 133.
  12. Toumanoff 1990, p. 242-244 et 479-481.
  13. Settipani 1991, p. 53-66.

Bibliographie[modifier | modifier le code]