Houlbec-près-le-Gros-Theil

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Houlbec et Gros.
Houlbec-près-le-Gros-Theil
Le château.
Le château.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Eure
Arrondissement Évreux
Canton Bourgtheroulde-Infreville
Statut Commune déléguée
Maire délégué Damien Pierrard
2017-2020
Code postal 27370
Code commune 27344
Démographie
Gentilé Houlbécois
Population 106 hab. (2014)
Densité 41 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 15′ 22″ nord, 0° 49′ 55″ est
Altitude Min. 138 m – Max. 167 m
Superficie 2,56 km2
Historique
Date de fusion
Commune(s) d’intégration Les Monts du Roumois
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Normandie

Voir sur la carte administrative de Normandie
City locator 15.svg
Houlbec-près-le-Gros-Theil

Géolocalisation sur la carte : Eure

Voir sur la carte topographique de l'Eure
City locator 15.svg
Houlbec-près-le-Gros-Theil

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
Houlbec-près-le-Gros-Theil

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
Houlbec-près-le-Gros-Theil

Houlbec-près-le-Gros-Theil est une ancienne commune française située dans le département de l'Eure en région Normandie.

Elle est une commune déléguée des Monts du Roumois depuis le .

Géographie[modifier | modifier le code]

Le village est situé à une altitude de 159 mètres environ.

Les villes et villages proches de Houlbec-près-le-Gros-Theil sont : Saint-Denis-des-Monts (27) à 1,66 km, Bosguérard-de-Marcouville (27) à 1,71 km, Le Gros-Theil (27) à 3,26 km, Saint-Pierre-du-Bosguérard (27) à 3.53 km, Saint-Éloi-de-Fourques (27) à 3,54 km.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le toponyme Houlbec (Holbec XIIe siècle) est dérivé du scandinave Holr bekkr signifiant « ruisseau en creux » ou « ravine »[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
 ? mars 2008 Jean-Jacques Prunier    
mars 2008 en cours Damien Pierrard DVD Cadre
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans.

Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[3],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 106 habitants, en diminution de -13,11 % par rapport à 2009 (Eure : 2,59 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
380 402 377 315 290 309 272 275 246
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
269 260 233 225 203 205 171 139 132
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
90 82 90 68 75 59 67 57 64
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007 2012 2014
57 61 57 57 79 82 110 112 106
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église Notre-Dame[modifier | modifier le code]

Élevée en 1431 aux frais de Jeanne d'Harcourt, épouse de Jean de Rieux à qui elle avait apporté en dot le vaste domaine du Houlbec. L'église est construite en pierre que nous pensons avoir été extraites de la carrière Monneaux près du Gros-Theil. C'est de cette même carrière qu'est sortie la pierre des églises de Gros-Theil et de Saint-Eloy-de-Fourques.

Les huit fenêtres de la nef et du chœur sont d'un style pur XVe siècle, à deux travées, séparées par des meneaux en pierre. La fenêtre qui surmonte les portes d'entrée possède trois travées pourvues de meneaux en pierre, dans le pur style du XVe siècle. Les deux cloches datent de 1845 par souscription des habitants. Un cadran solaire fait face au cimetière. Le caveau de la famille de Postis du Houlbec situé dans le chœur de l'église a été détruit durant la Révolution ainsi que les noms des membres de la famille déposés dans le caveau et gravés à droite dans le chœur. Les vitaux du chœur sont au nombre de quatre et ont été donnés par Ludovic de Postis du Houlbec en 1866.

À partir du 4 mars 1792, le Houlbec fut privé des cérémonies religieuses.

Dans le cimetière face au porche de l'église, deux tombes aux armes finement ciselées de la famille de Postis du Houlbec

Le Château[modifier | modifier le code]

Chateau du Houlbec 2.jpg

Un cryptoméria (cèdre du Japon) s'élève à la gauche du château.

L'ensemble constitue un site classé.

Il y a tout lieu de croire qu'un premier château fort existait au Houlbec, du temps des Gaulois, et qu'il fut détruit par les incursions des Normands.

C'était un vaste quadrilatère, flanqué à chaque angle d'une tour, ayant à l'est un donjon avec une tour du veilleur et pont-levis, et entouré de plusieurs enceintes de fossés pleins d'eau, avec une cour centrale intérieure.

La grosse tour qui se dresse daterait du règne de Philippe-Auguste, c'est-à-dire du XIIIe siècle. Il serait invraisemblable de penser que le manoir du Houlbec presque aussi imposant que celui d'Harcourt ait pu échapper aux guerres de 1418 et de 1588 d'autant mieux qu'en 1418, le manoir appartenait à la famille d'Harcourt qui eut à lutter contre le duc de Clarence.

Le château, non compris les deux tours qui l'allongent de 12 mètres, offre 23,60 mètres de longueur, et une large porte avec moulure en accolade pour pénétrer dans les caves.

La tour nord est cylindrique, bâtie en pierre, brique et silex avec des briques noires vernissées formant des losanges dans la partie supérieure de la maçonnerie. La toiture jadis en tuile fut transformée en ardoise (1787) et était surmontée d'un épi en terre cuite vernissée. La hauteur de cette tour était de 20 mètres. La tour Ouest de 5,71 mètres de diamètre s'élevait elle à 21 mètres, contenait trois chambres. Cette tour qui est la plus grosse est bâtie en pierre et était surmontée d'un toit en ardoise en forme de poivrière.

Des fouilles très importantes réalisées en 1898 ont permis à la famille de Postis de reconstituer le plan primitif du château et ont mis à découvert une armure entière de chevalier du XVe siècle, une très belle rapière d'officier portant une fleur de lis et gravée de la date de 1441.

Le château actuelle compte deux cuisines de part et d'autre du premier étage, rez-de-chaussée actuel, cuisines dont il reste un évier creusé par le temps. Cette partie du château était exclusivement réservée aux gens de guerre, les châtelains habitant le donjon qui constituait la belle façade du manoir, comme au château de Pierrefonds dans l'Oise.

Dans la vaste cheminée se trouvait une plaque en fonte, sans armoiries ni couronnes, qui représentait les noces de Cana.

La cloche du château datant de trois cent ans avait été fondue et installée en souvenir de la visite du roi Henri IV.

Le château possédait une riche bibliothèque à la fin du XVIIIe siècle dont chaque volume portait frappés en or, les mots "Bibliothèques du Houlbec[6]"

Il a appartenu depuis la fin du XVIe siècle à la famille de Postis qui le fait moderniser en 1786 et lui donne son aspect définitif. Le château est demeuré aux mains de cette famille jusqu'au début du XXe siècle. Il a vraisemblablement subit un incendie vers 1910 qui l'a partiellement ravagé, puis a été laissé à l'abandon jusqu'en 2007-2008, tant et si bien qu'il ne reste plus aujourd'hui que deux caves voûtées du moyen âge qui soutient le corps de logis, et deux tours du XVe siècle, dont une à mâchicoulis, la façade arrière s'est totalement effondrée à cause de la végétation qui s'est développée à l'intérieur du bâtiment (façade en appareillage de calcaire et silex en bandeaux). La façade avant (briques et pierre) laisse transparaître 2 époques de construction : Renaissance sur la partie gauche, et Louis XVI sur la partie droite & le centre (1786). Le soubassement d'une troisième tour au milieu de la façade (accessible depuis la cave) supporte les escaliers d'accès à l'entrée principale (3).

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Site classé[modifier | modifier le code]

  • Les deux tours du château de Houlbec et le Cryptomeria elegans sis dans la commune Logo des sites naturels français Site classé (1925)[7].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Henri IV visita le Houlbec (1589 ou 1591). Le chemin conduisant du château du Genetey au château du Houlbec suivi par le roi porte le nom de "chemin du roi".
  • Alexandre Ferdinand de Postis du Houlbec (1788-1852), lieutenant de la gendarmerie royale, décoré de l'ordre de la fleur de Lys et chevalier de la légion d'honneur.
  • Louis-Jules de Postis du Houlbec (1812- 1895), général de brigade d'infanterie en ligne, décoré de l'ordre de Pie IX et grand officier de la légion d'honneur. Héros des batailles de Reichshoffen (6 août 1870) et de Frœschwiller (20 août 1870)

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. François de Beaurepaire (préf. Marcel Baudot), Les Noms des communes et anciennes paroisses de l'Eure, Paris, A. et J. Picard, , 221 p. (ISBN 2-7084-0067-3, OCLC 9675154), p. 129
  2. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  6. Sources ; Monographie de la Paroisse du Houlbec de l'abbé C.Heullant (1901).
  7. « Le château d'Houlbec-près-le-Gros-Theil », sur Direction Régionale de l'Environnement, de l'Aménagement et du Logement Normandie (consulté le 13 juillet 2017).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :