Houillification

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La houillification (à ne pas confondre avec la carbonisation) est le processus de transformation en charbon (houille) de couches plus ou moins épaisses de débris végétaux, au cours des âges géologiques.

C’est un processus très lent (millions à centaines de millions d’années) de carbonisation de la matière organique d'origine végétale, en grande partie similaire à ceux qui produisent le pétrole et certains gaz naturels.

Le « degré de houillification » détermine la qualité et le « rang » d’un charbon, mais il n'est pas prédictif de son potentiel de production de gaz de couche.

Dans l'histoire des sciences[modifier | modifier le code]

La présence de nombreux fossiles de plantes dans le charbon a orienté très tôt vers une origine végétale. Lemière fait en 1945 le lien entre houillification et la fermentations (E. Schneider, Charbon, 1945, p. 275), mais d'autres processus sont aussi en cause (dont la pression).

Une grande partie du charbon date du carbonifère[1]. La formation du charbon s’est pratiquement arrêté avec l’apparition de champignons lignivores (capables de lyser la lignine avant qu'elle n'ait le temps de permettre la houillification).

Houillification et « rang du charbon »[modifier | modifier le code]

Les charbons les plus denses et riches en carbone sont dits de « haut-rang » (ce sont les plus anciens).
Les charbons récents sont dits de « bas-rang ».

La détermination du rang d’un charbon est parfois difficile ; elle se fait par l’examen visuel de l’échantillon et par l’étude de leurs macéraux[2],[3]. Il est également possible d’utiliser la Résonance paramagnétique électronique ou d’autres techniques (rayons x, microscopie à fluorescence[4], flottabilité[5]…) pour étudier le rang d’un charbon[6].

Processus[modifier | modifier le code]

Schéma simplifié du processus de houillification. Ce phénomène s'étend sur des millions à des centaines de millions d’années.
Les couches plus ou moins épaisses de débris végétaux (feuilles, troncs, spores, pollens... en vert à gauche) se transforment peu à peu en charbon (en noir à droite) et en gaz (dont une partie deviendra le gaz de couche ou grisou), sous l'effet conjoint de deux principaux facteurs :
1) la chaleur ;
2) la pression des couches sédimentaires qui s'accumulent au-dessus du charbon.

La houillification commence par une phase biologique où les bactéries méthanogènes ont une grande importance. Elles produisent du méthane dit biogénique, dont une partie sera adsorbée dans le futur charbon.

Le processus se répète au fur et à mesure de la formation de couches successives selon la dynamique sédimentaire qui se fait au rythme de l'histoire des « remplissages sédimentaires » et donc des paléopaysages et paléoclimat (les paléoforêts sources de charbon étaient de types tropicales humides, sur terres émergées ou littorales, éventuellement fréquemment inondées), Avec le temps le contexte géologique, tectonique, et paléogéothermique prend de l’importance dans le processus, en lien avec la structuration du bassin houiller concerné.

Les dépôts détritiques subissent une transformation progressive où le carbone finit par devenir le principal composant, faisant des couches de charbon (avec le pétrole et le gaz naturel) l’un des principaux puits de carbone de la planète (en termes de densité de carbone)

Conditions de houillification[modifier | modifier le code]

L’épaisseur du charbon et la structuration lithologique des couches dépendent de la distribution des dépôts détritiques initiaux qui sont notamment contrôlés par l’évolution du paléopaysage (bassins, vent, etc. ) mais aussi ensuite par l'activité des plissements et grandes failles qui se forment dans le bassin (en réponse à différents champ de contraintes), et par la forme du bassin (notamment sur ses bordures).

Dans un bassin « chaud », et/ou s’enfonçant rapidement à grande profondeur le processus de maturation du charbon sera moins lent. Le degré d’inclinaison du socle sous-jacent, sa proximité et le pendage des couches géologiques incluant les couches de charbon en formation ont également une influence sur la vitesse de houillification.
Ce processus peut être interrompu une ou plusieurs fois dans le temps, par exemple par la remontée du charbon en surface (à l’occasion de plissements associés à de grands phénomènes érosifs)[7].

L’histoire géologique, et la composition initiale du matériau détritique expliquent que le processus de houillification et le taux de gaz de couche d’un charbon (plus ou moins poreux[8]) peuvent être très hétérogène dans un même bassin et pour des dépôts formés à une même époque. Des phénomènes d’arrêt et de reprise de houillification sont très fréquents, dont en France par exemple[9].

Enjeux[modifier | modifier le code]

La connaissance et compréhension des processus de houillification est un enjeu scientifique d’importance, notamment pour ses liens avec les grands phénomènes de puits de carbone, mais c’est aussi un enjeu technique et industriel, car le rang d’un charbon a une grande importance pour la carbochimie, la production de coke en métallurgie ou encore pour prévoir son comportement lors de la combustion (notamment quand il est pulvérulent ou semi-pulvérulent[10]) ou production de charbon activé

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La houillification des formations carbonifères en Belgique: sa place dans l'histoire sédimentaire et structurale varisque ; P Pillement – 1982
  2. Patteisky, K., & Teichmüller, M. (1958). « Examen des possibilités d'emploi de diverses échelles pour la mesure du rang des charbons et propositions pour la délimitation des principaux stades de houillification ». Revue Ind. min. numéro spécial, 121
  3. Dyrkacz, G. R., Bloomquist, C. A. A., RUSCIC, L., & Horwitz, E. P. (1983). Some physical and chemical variations in maceral groups. In International conference on coal science (pp. 393-396).
  4. Steller, M., & Kalkreuth, W. (1990). Recent advances in the fluorescence microscopy of vitrinite and inertinite macerals. Erdöl und Kohle, Erdgas, Petrochemie, 43(10), 387-388 (résumé)
  5. Bustamante, H., & Warren, L. J. (1985). Factors affecting the flotability of Australian bituminous coals. In Congrès international de minéralurgie. 15 (pp. 232-243)
  6. Pilawa, B., Wieckowski, A. B., & Duber, S. (1990). EPR study of the bituminous coal. Erdöl und Kohle, Erdgas, Petrochemie, 43(6), 240-245 (résumé)
  7. H Wang - 1991 « «Dynamique sédimentaire, structuration et houillification dans le bassin houiller stéphanien des Cévennes = Sedimentary dynamics, structural activity and coalification in the Stephanian "Les Cévennes" coal basin (French, Massif Central) »thèse de doctorat en géologie soutenue à l’Université de Dijon, dirigée par Louis Courel ; , ref : 1991DIJOS044 (http://www.theses.fr/1991DIJOS044 résumé avec www.theses.fr] et résumé Inist-CNRS), Centre de science de la Terre, 265 p
  8. López-Peinado, A., Rivera-Utrilla, J., López-González, J. D., & Mata-Arjona, A. (1985). Porous texture characterization of coals and chars. Adsorption science & technology, 2(1), 31-38.
  9. Courel, L., Liu, X. B., & Wang, H. (1994). Polyphase coalification in French intermontane coal basins of the Late Carboniferous. In Hydrocarbon and petroleum geology of France (pp. 399-407). Springer Berlin Heidelberg
  10. Nishino J., Kiyama K., & Seki M. (1989), Étude du point de vue de la chimie de surface, des relations entre le degré d'houillification et certaines propriétés liées à la viscosité des suspensions charbon-eauSurface-chemical study of coal rank dependency on some properties related with viscosity of CWM ; (ISSN 0369-3775), vol. 68, no5, pp. 399-407 (20 ref.) (résumé avec Inist-CNRS)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (fr) HEINO, D., & TEICHMULLER, M. (1974). La limite montmorillonite-interstratifiés et sa relation avec la houillification dans la Série Grise oligocéne du Fossé Rhénan. Fortschr. Geo/. Rheinl. Westfal, 24, 139-158.
  • (en) Bennett, A. J. R., Bustamante, H., Telfer, A., & Warren, L. J. (1983). The flotability of vitrinite, inertinite and composite grains in coals of differing rank. In Australian coal preparation conference. 2 (p. 161-174).
  • (de) Wolf, M., & Hagemann, H. W. (1987). Inkohlung und Geothermik in meso-und paläozoischen Sedimenten der Nordschweiz und Vergleich zu Inkohlungsdaten aus Süddeutschland. Eclogae Geologicae Helvetiae, 80(2), 535-542.
  • (en) Dawson, M., & Kalkreuth, W. (1994). Coal rank and coalbed methane potential of Cretaceous/Tertiary coals in the Canadian Rocky Mountain Foothills and adjacent Foreland. I: Hinton and Grande Cache areas, Alberta. Bulletin of canadian petroleum geology, 42(4), 544-561.
  • Pierre-Noël Giraud, Albert Suissa, Jean Coiffard et Daniel Crétin, Géopolitique du charbon, Economica, 1991, 412 p. (ISBN 2717819894)