Hôtel de Cabre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Hotel de Cabre)
Aller à : navigation, rechercher
Hôtel de Cabre à Marseille
Hôtel de Cabre.jpg
Présentation
Type
Construction
Statut patrimonial
Localisation
Pays
Région
Subdivision administrative
Commune
Adresse
Coordonnées

La maison de l’Échevin de Cabre, aussi appelée hôtel de Cabre est la plus vieille maison existant à Marseille. Elle est située à l’angle de la rue de la Bonneterie et de la Grande rue, dans le 2e arrondissement. Cette maison ne doit pas être confondue avec l'hôtel de Cabre d'Aix-en-Provence.

La maison a fait l'objet d'un classement Monument historique par arrêté du pour ses façades, le reste de l'hôtel étant inscrit depuis le [1].

 Histoire[modifier | modifier le code]

Elle est construite vers 1535 aux abords du Vieux-Port, sur la commande du Consul Louis de Cabre (? - † ap.1544), notable influent de la ville[2].

La maison traverse plusieurs siècles sans trop de dégradations. Pendant la révolution, les révolutionnaires détruisent les armoiries à fleurs de lys qui ornent la maison.

En 1943, à la suite de la rafle de Marseille, les Allemands détruisent la quasi-totalité des ruelles bordant la rive nord du Vieux-Port. Quelques bâtiments à valeur historique sont préservés dont la Maison Diamantée et l’hôtel de Cabre.

Pendant la reconstruction du quartier, en 1954, la maison est déplacée d’un bloc et tournée de 90° pour rentrer dans l’alignement de la Grand-Rue.

Description[modifier | modifier le code]

Cette maison de 3 étages est d’un style qui emprunte à l’art gothique et à la Renaissance. L’effigie du propriétaire et de son épouse se trouvent sur la façade du premier étage ainsi que des amours chérubins et la statue de saint Jacques, en référence à Jacques de Cabre, père de Louis de Cabre[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Notice no PA00081363, base Mérimée, ministère français de la Culture
  2. La Maison de Cabre portait: " De gueules à la chèvre saillante d'argent, surmontée d'un lys d'or"
  3. François-Alexandre de La Chenaye-Aubert, Dictionnaire de la Noblesse, p. 396-399.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :