Hopi (langue)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Cet article concerne la langue hopi. Pour le peuple hopi, voir Hopis.
Hopi
Pays États-Unis
Région Arizona
Nombre de locuteurs 5 264[1] en 1990
Classification par famille
Codes de langue
ISO 639-3 hop
IETF hop

Le hopi est une langue uto-aztèque du Nord parlée aux États-Unis, dans le Nord-Est de l'Arizona.

Le hopi, qui est la seule langue uto-aztèque parlée par des Pueblos, est encore vivace même si son usage est en baisse. Au recensement de 1990, environ 80 % des Hopis déclaraient parler la langue mais seulement 40 d'entres eux étaient monolingues. En 1998, une étude sur 200 Hopis révélait que 100% des personnes agées Hopi (60 ans et plus) pouvaient la parler de manière fluide tandis que les adultes (40-59 ans) étaient 84% , 50% pour les jeunes adultes (20-39 ans) et 5% pour les enfants (2-19 ans).

Néanmoins, des programmes d'éducation bilingues en Hopi et en Navajo sont proposés en Arizona. Ainsi, les enfants obtiennent soit le Hopi, soit le Navajo en tant que première langue.

Variétés[modifier | modifier le code]

Le hopi compte trois dialectes correspondant aux trois mesas hopi :

  • Le dialecte de la première mesa, parlé dans les pueblos de Walpi et Sits'omovi.
  • Le dialecte de la seconde mesa, dans le pueblo de Songoopavi.
  • Le dialecte de la troisième mesa, la plus peuplée, dans les pueblos d'Orayvi, Paaqavi, Kiqötsmovi, Munqapi.

Phonologie[modifier | modifier le code]

Voyelles[modifier | modifier le code]

Type Antérieure Centrale Postérieure
Fermée i [i] ii [iː] u [ɨ] uu [ɨː]
Moyenne e [ɛ] ee [ɛː]
ö [ø] öö [øː]
o [o][oː]
Ouverte a [a] aa [aː]

Consonnes[modifier | modifier le code]

Type Forme Bilabiale Dentale Palatale Vélaire Uvulaire Glottale
Occlusives Sourdes p [p] t [t] k [k] kw [kʷ]
ky [kʲ]
q [q] qw [qʷ] ʾ [ʔ]
Sonores g [g] gw [gʷ]
Fricatives v [v] s [s] h [h]
Affriquées c [t͡s]
Nasales m [m] n [n] ng [ŋ] ngw [ŋʷ]
ngy [ŋʲ]
Liquides l [l] r [ɹ]
Semi-voyelles w [w] y [ j]

Comme vu ci-dessus, le dialecte Mishongnovi a beaucoup de consonne comparé au dialecte Third Mesa (Troisième Mesa). Les consonnes additionnelle sont une d'occlusives pré-aspirées et de sourdes sonantes.

La labiale affriquée sourde v varie varies (idiolecte variante libre) entre une labiodentale et une bilabiale [v ~ β]. Avant une consonne, et à la fin d'un mot, elle n'est pas voisée bien que sa réalisation varie entre les dialectes. Les locuteurs du Third Mesa (Troisième Mesa) ont l'occlusive bilabiale sourde [p].Les locuteurs du Mishongnovi ont la labiale sourde [f].

Les alvéolaires sibilantes ts and s sont apicale. Certains locuteurs du Third Mesa (Troisième Mesa) la palatalisent en [tsʲ] et [sʲ] qui sont similaires aux laminales [tʃ] et [ʃ]. En Mishongnovi, ts est palatalisée quand elle est au début d'une syllabe et elle est non-palatalisée ailleurs.

Le Hopi a beaucoup d'occlusives qui contrastent avec le point d'articulation des vélaires devant la voylle "a". Ailleurs, le contraste est neutre. Les vélaires dans un environnement neutre sont appelées "k neutre". Avant les voyelles antérieures "i" et "e", elle est palatalisée avec une articulation antérieure et suit la semi-voyelle palatale [j]. Ainsi, "ki" et "ke" sont respectivement [cji] et [cjɛ]. Avant les voyelles postérieures "u" et "o", "k" est une vélaire normale : "ku" est [kɨ], "ko" est [ko]. Avant la voyelle moyenne "ö", "k" a une articulation plus en arrière : "kö" est [ḵø]. Avant un "a", cependant, la vélaire suivie d'une semi-voyelle palatale et la vélaire arrière contrastent. Ce modèle est plus compliqué avec les mots empruntés à l'espagnol qui ont une vélaire suivie d'une voyelle ouverte. Les mots avec des vélaires empruntées sont "neutre et donc des vélaires normales. Ainsi, il y a une différence entre "kya" [cja] et "qa" [ḵa] dans les mots natifs et sont tous les deux différents des "ka" [ka] des mots empruntés. La phonémisation avance qu'un "k" apparaissant avant un "i", "u", "e", "o", "a"; et le "q" reculé apparaissant devant "e","ö", "a"; et le "k" emprunté devant "a" dans les mots espagnols.

De même pour "ky" et "q", le Hopi a la nasale dorsale antérieure "ngy" et la nasale dorsale postérieure "ng". La nasale antérieure est palatale [ɲ]. La nasale postérieure est vélaire ŋ en Third Mesa et ainsi forme une série neutre avec des "k" neutre. En Mishongnovi, Whorf décrit la nasale postérieure comme ayant la plus postérieure des articulations de "q" : [ŋ̱].

La rétroflexe "r" varie entre une rétroflexe fricative [ʐ] et la battue [ɾ] bien que la réalisation de la fricative est plus commune. En Mishongnovi, "r" n'est que peu fricative.

Les occlusives pré-aspirées /ʰp, ʰt, ʰts, ʰkʷ, ʰk, ʰq/ et les sourdes sonantes /m̥, n̥, ŋ̱̊, l̥, ȷ̊, w̥/ du Mishongnoviof apparaissent seulement dans les syllabe. Cependant, elles contrastent avec les occlusives pleines et les voisées sonantes dans cette position. Whorf note que les occlusives pré-aspirées contrastent aussi avecla séquence /h/ + occlusive.

Structure des syllabes[modifier | modifier le code]

La structure la plus courante des groupes de syllabes sont CV et CVC.

Le groupe CVCC est très rare à cause du nombre limité de combinaisons CC. C'est rare de trouver le groupe intrasyllabique C-C et CC-C.

Accent tonique[modifier | modifier le code]

L'accente tonique, en Hopi, suit une règle simple qui s'applique à quasiment tous les mots

  • Dans les mots avec une ou deux voyelles, l'accent tombe sur la première voyelle.
  • Lorsqu'il y a plus de deux voyelles, la première est accentué si elle est longue ou si elle est directement suivie par deux consonnes. Autrement, c'est la deuxième voyelle qui est accentué.

Cependant, il y a quelques exceptions : "sikisve" = "voiture", "wehekna" = "flaque" et "warikiwta" = "course". Dans ces exemples, on devrait s'attendre à ce que la deuxième voyelle soit accentué mais c'est la première qui l'est.

Ton[modifier | modifier le code]

Le Third Mesa possède un systèe de tons sur les voyelles longues, les diphtongues et les voyelles suivies de sonantes. Ce dialecte a aussi un ton bas et un ton haut.

Le ton bas correspond soit a une voyelle suivie d'une consonnes pré-aspirée, soit une voyelle suivie d'une sonante sourde, ou bien d'une voyelle suivie d'un "h".

Orthographe[modifier | modifier le code]

Le Hopi s'écrit avec l'alphabet latin. Les lettres voyelles correspondent aux phonèmes suivant : a /a/, e /ɛ/, i /ɪ/, o /o/, u /ɨ/ and ö /ø/. Les longues voyelles sont doublées: aa, ee, ii, oo, uu, öö.

Les consonnes sont : /ʔ/, h /h/, k /k/, ky /kʲ/, kw /kʷ/, l /l/, m /m/, n /n/, ng /ŋ/, ngw /ŋʷ/, ngy /ŋʲ/, p /p/, q /q/, qw /qʷ/, r /ʒ/, s /s/, t /t/, ts /ts/, v /β/, w /w/, y /j/.

Là où l'accent tonique tombe, la lettre est marquée d'un accent grave "`": tsirò 'oiseaux'.

Pour distinguer certaines consonnes écrites comme des digraphes d'un autre phonème similaire qui sont collés, une période utilisée : kwaahu 'aigle' mais kuk.wuwàaqe 'suivre des traces'.

Morphologie[modifier | modifier le code]

Suffixes[modifier | modifier le code]

Le Hopi utilise des suffixes pour exprimer différents buts :

Suffixe But Exemple Traduction
ma tourner yaktama faire le tour de
mi à, devant itamumi devant nous
ni futur tuuvani il jettera
ngwu habitude tuuvangwu il jette (souvent)
ep lieu Ismo'walep à Ismo'wala
q distance atkyamiq jusqu'au fond
sa seulement suksa seulement un

Le Hopi a aussi des postpositions libre :

akw avec (instrumental)
angkw de (lieu)
ep à,dans,sur

Les noms sont marqués comme indirects soit par le suffixe -t pour des noms simple, soit -y pour les noms duels (ceux qui font référence à exactement deux choses), les noms possessifs et les noms pluriel.

Voici quelques exemples

nominatif indirect traduction
himutski himutskit arbuste
iisaw iisawuy coyote
itam itamuy nous
nuva nuvat neige
nu' nuy je, moi
paahu paahut eau de source
pam put il, elle
puma pumuy ils
tuuwa tuuwat sable
um ung tu

Les verbes sont aussi marqués par des suffixes mais ils ne sont pas utilisé dans dans des modèle réguliers. Par exemple, les suffixes -lawu et -ta sont tous les deux utilisés pour faire d'un verbe simple verb un verbe de durée (impliquant que l'action ne soit toujours pas terminée) mais il est compliqué de prédire quel suffixe s'applique à quel verbe. Ceux qui apprenent le Hopi en tant que deuxième langue les apprennent souvent à cause du fait qu'il le voit plusieurs fois.

Il y a quelque terme spécifique de genre en Hopi :

discours d'un homme discours d'une femme traductiong
a'ni hin'ur très
kwakwhay askwali merci
lolma nuukyangw bien
owi, 'wi oo'o, 'wiya oui

Procédés morphologiques[modifier | modifier le code]

  • Elision - sorte d'apocope consistant à l'amuïssement de la voyelle finale d'un mot devant un autre mot à initiale vocalique.
  • Lénition - un p initial devient v quand il devient interne à un mot ou quand le mot est précédé par un autre mot utilisé en tant qu'adjectif verbal ou un verbe combiné.
  • Redoublement - lorsqu'un mot est répété plusieurs fois afin de lui donner un trait grammatical ou afin de créer un nouveau mot.

Syntaxe[modifier | modifier le code]

Ordre des mots[modifier | modifier le code]

La phrase de base en Hopi est simplement un sujet, un verbe et un complément : 'Maana wuupa' (la fille est grande).

Cependant, beauoup de phrases Hopi contiennent un objet, qui est positionné entre le sujet et le verbe. Ainsi, le Hopi est une langue de type sujet-objet-verbe (SOV).

Déclinaison[modifier | modifier le code]

Les noms peuvent sujets ou objets.

Les pronoms peuvent aussi être déclinés, soit ils sont au sujet, soit ils sont objets. Par exemple, le pronom sujet singulier "tu" en Hopi est "um", et sa forme objet est 'ung".

Les démonstratifs sont marqués par une déclinaison. Dans les exemples suivants, ils sont d'abord montré dans leur forme sujet puis dans celle objet :

/it - ce, cet, cette

pam/put - il (objet proche)

miˈ/mit - à (objet loin)

ima/imuy - ces

puma/pumuy - ils (objet proche)

mima/mimuy - ces (objet loin)

Nombre[modifier | modifier le code]

Le Hopi possède la pluriactionnalité. Les noms sujets [[Duel (grammaire|duels) prennent le suffixe "-vit". Le Hopi n'a pas de prnons duel; à la place, les pronoms pluriels sont utilisés avec un verbe singulier. La pluralité d'un nom et d'un verbe est indiquée, par un redoublement partiel, marqué avec une tilde souscrite (~).

Nom sujet Pronom sujet
Singulier  taaqa nøøsa ni’ nøøsa
un homme mangea je mangeai
Duel  taaqa-vit nøøsa itam nøøsa
deux hommes mangèrent nous (deux) mangeâmes
Pluriel  taa~taqt nøø~nøsa itam nøø~nøsa
plusieurs hommes mangèrent nous (plus de deux) mangèrent


Expression de la temporalité[modifier | modifier le code]

L'expression de la temporalité en langue Hopi est jugée singulière et objet de débat ; voir en:Hopi time controversy.

Certains logiciens ont exprimé que, par le particularisme concernant la notion de temps dans cette langue, le Hopi était peut-être la seule langue qui ne pouvait se transcrire dans le langage du calcul des prédicats.[réf. souhaitée]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Fiche langue (code «hop») dans la base de données linguistique Ethnologue.

Sources[modifier | modifier le code]

  • (en) Ekkehart Malotki et Michael Lomatuway'ma, Hopi coyote tales - Istutuwutsi, Lincoln, University of Nebraska Press, (ISBN 978-0-8032-3088-0, OCLC 10162793)
  • (en) Roy Albert et David Leedom Shaul, A concise Hopi and English lexicon, Amsterdam, John Benjamins Publishing Company, (ISBN 978-90-272-2026-4, OCLC 884220124)

Lien externe[modifier | modifier le code]