Hominisme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
L'admissibilité de cet article est à vérifier (avril 2016).
Motif : Pas de publication à compte d'éditeur citée, ni d'articles de médias nationaux utilisant le terme.
Vous êtes invité à le compléter pour expliciter son admissibilité, en y apportant des sources secondaires de qualité, ainsi qu'à discuter de son admissibilité. Si rien n'est fait, cet article sera proposé à la suppression un an au plus tard après la mise en place de ce bandeau.
Conseils utiles à la personne qui appose le bandeau
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ou cette section d'article est rédigé entièrement ou presque entièrement à partir d'une seule source (avril 2016).

N'hésitez pas à modifier cet article pour améliorer sa vérifiabilité en apportant de nouvelles références dans des notes de bas de page.

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (décembre 2012).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Des informations de cet article ou section devraient être mieux reliées aux sources mentionnées dans la bibliographie, sources ou liens externes (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).

Améliorez sa vérifiabilité en les associant par des références à l'aide d'appels de notes.


L’hominisme, presque systématiquement appelé Masculinisme dans les médias[1] et par certaines organisations féministes, est un mouvement issu de pays francophones dont le but est d'intégrer la préoccupation de la condition masculine à la préoccupation de la condition humaine en général.

Ce néologisme est fondé sur deux racines : la racine française « homme », au sens d'individu masculin, et la racine latine homo, hominis : « humain ».

Axes[modifier | modifier le code]

Historique[modifier | modifier le code]

Le terme a été créé et popularisé au début des années 2000 par Yvon Dallaire, psychologue et auteur québécois, dans son livre "Homme et fier de l'être", et surtout lors du colloque de 2005 intitulé "Féminisme + hominisme = humanisme".

Trois colloques ont été organisés, sous l'appellation générique « Congrès de la condition masculine - Paroles d'hommes ». Le premier congrès a eu lieu à Genève en 2003 sur le thème "Quand l'homme reprend la parole…"[2], le second à Montréal en 2005 sur le thème "Féminisme + Hominisme = Humanisme"[3], et le troisième à Bruxelles en 2008 sur le thème "Hommes, états des lieux : inventaire des ressources et des besoins"[4].

En 2006 a été publié le Manifeste hoministe, qui expose ces préoccupations en onze points[5].

En France, les hoministes ont lancé ou soutenu plusieurs campagnes. Fin 2011, ils ont soutenu la campagne pour la suppression de la mention « Mademoiselle » dans les documents administratifs. En février 2013 et les mois qui ont suivi, ils ont apporté leur soutien à l'action de Serge Charnay, père divorcé perché sur une grue à Nantes, et participé à plusieurs actions du même type[6]. Ils ont organisé plusieurs conférences sur les hommes victimes de violence conjugale, dont, en 2015, la première donnant la parole à Maxime Gaget, auteur du premier livre-témoignage d'homme-victime. En 2016, ils ont lancé une campagne pour la désexuation des places de parking, concernant les places réservée aux "mères avec enfants".

Théorie[modifier | modifier le code]

L'hominisme se veut la forme achevée de l'antisexisme. Il s'oppose à toute discrimination, qu'elle soit d'ordre misogyne ou misandre. C'est pourquoi il ne s'oppose pas au féminisme, mais prétend achever l'œuvre de celui-ci, cherchant à obtenir pour les hommes l'égalité des droits déjà quasiment obtenue par les femmes.[7]

Les principaux domaines de préoccupation de l’hominisme sont :

  • la recherche d'une masculinité débarrassée des stéréotypes
  • la dénonciation des violences, des discriminations et du sexisme à l'encontre des hommes
  • la valorisation de la place des pères dans la famille
  • la recherche des causes et de solutions à la sous-performance scolaire des garçons

Les principales revendications[8] sont :

  • la désexuation des instances politiques et sociales, en particulier celle des services voués à la prévention des violences familiales
  • la mise en place d'une procédure permettant de protéger les géniteurs contre les paternités imposées
  • la mise en place de procédures protectrices contre les fausses accusations d'abus sexuel
  • la mise en place d’une mission de recherche concernant les causes de la sous-performance scolaire des garçons
  • la complémentation des programmes scolaires abordant les discriminations et le sexisme par l’étude des discriminations et du sexisme contre les hommes (ou misandrie)
  • l'extension du congé de paternité
  • la priorisation de la résidence alternée dans les procédures de divorce


Critiques[modifier | modifier le code]

Plusieurs organisations féministes[Lesquelles ?] critiquent très fortement le mouvement hoministe, qu'elles qualifient de masculinisme[9] . Elles l'accusent de remettre en question les droits des femmes, et donc de vouloir rétablir des privilèges pour les hommes.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]