Holyoke (Massachusetts)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Holyoke
Flag of Holyoke, Massachusetts.svg
Holyoke Skyline (cropped).jpg
Nom officiel
(en) HolyokeVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom local
(en) HolyokeVoir et modifier les données sur Wikidata
Géographie
Pays
État
Comté
Superficie
59,14 km2Voir et modifier les données sur Wikidata
Point culminant
Altitude
61 mVoir et modifier les données sur Wikidata
Coordonnées
Hampden County Massachusetts incorporated and unincorporated areas Holyoke highlighted.svg
Démographie
Population
40 341 hab. ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Densité
682,1 hab./km2 ()
Fonctionnement
Statut
Histoire
Fondation
Fondateurs
George C. Ewing (en), The Boston Associates (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Identifiants
Code postal
01040, 01041Voir et modifier les données sur Wikidata
Code FIPS
25-30840Voir et modifier les données sur Wikidata
GNIS
Indicatif téléphonique
413Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web

Holyoke est une ville du comté de Hampden (Massachusetts), aux États-Unis, d'une population d'environ 40 000 habitants. En octobre 1919 à Holyoke, tous les riches américains sont encouragés à adopter un village français détruit. Holyoke deviendra la première ville à adopter une ville française : Apremont-la-Forêt (Meuse)[1].C'est dans cette localité qu'en 1895 le volley ball fut inventé par William G Morgan.

Holyoke est parmi les premières villes industrielles planifiées aux États-Unis; Construit en tandem avec le barrage de Holyoke pour utiliser la puissance hydraulique de Hadley Falls, c'est l'une des seules villes de Nouvelle-Angleterre construites autour d'un plan de route quadrillé[2]. À la fin du XIXe siècle, la ville produisait environ 80 % du papier à lettres utilisé aux États-Unis et abritait les plus grandes usines de papier, de soie et de laine d'alpaga du monde[3],[4]. Bien qu'un nombre considérablement plus faible d'entreprises à Holyoke travaille aujourd'hui dans l'industrie du papier[5],[6], est encore communément appelé "The Paper City"[7],[8].

Dans les années 1850, les propriétaires de moulins commencèrent à recruter des Canadiens français, considérés comme plus dociles et moins susceptibles de créer des syndicats professionnel en raison de leurs antécédents agraires et de leur rhétorique antisyndicale promue par le clergé québécois à cette époque[9]. Au moment où la ville avait atteint sa population maximale de 62 300 habitants en 1913, 1 habitant sur 4 était d'origine française ou Canadien français et la ville contenait la 7e plus grande population franco-américaine du pays, dépassant celle de Chicago à cette époque[10]. À cause de cette population, la ville abritait autrefois un hebdomadaire de langue française, La Justice (en), produit de 1903 à 1964 et diffusé par plus de 40 000 lecteurs.

En 1980, à la suite d'une combinaison de changements économiques et d'intégration culturelle, cette population représentait environ 10 % de la population, un chiffre semblable à ceux qui se sont identifiés comme Canadiens français ou canadiens au recensement de 2010[11],[12].

Géographie[modifier | modifier le code]

Holyoke est l'emplacement d'East Mountain, de Chaîne Mount Tom et de Mont Tom, à 366 m (1 202 pi) le plus haut sommet de la Metacomet Ridge, une chaîne de montagnes linéaire qui s'étend du Long Island Sound à la frontière du Vermont.

Démographie[modifier | modifier le code]

Historique des recensements
Ann. Pop.
18503 245
18604 997 +53,99 %
187010 733 +114,79 %
188021 915 +104,18 %
189035 637 +62,61 %
190045 712 +28,27 %
191057 730 +26,29 %
192060 203 +4,28 %
193056 537 -6,09 %
194053 750 -4,93 %
195054 661 +1,69 %
196052 689 -3,61 %
197050 112 -4,89 %
198044 678 -10,84 %
199043 704 -2,18 %
200039 838 -8,85 %
201039 880 +0,11 %
Est. 201740 341 +1,16 %

Personnalités[modifier | modifier le code]

C'est la ville natale du linguiste Morris Swadesh, de l'écrivain Charles Palliser et de l'actrice Ann Dowd.

Références[modifier | modifier le code]

  1. [1]
  2. Myrna Margulies Breitbart, Creative Economies in Post-Industrial Cities; Manufacturing a (Different) Scene, London and New York, Routledge, , « 'Lofty artists' vs. 'El Oro del Barrio': Crafting Community and a Sustainable Economic Future in the Paper City »
  3. Joshua L. Root, « Something Will Drop: Socialists, Unions and Trusts in Nineteenth-Century Holyoke », Historic Journal of Massachusetts, vol. 37, no 2,‎ fall 2009, p. 38 (lire en ligne)
  4. « Who's Who in the Silk Industry–William Skinner », Silk Publishing Company, vol. XV, no 3,‎ , p. 44 (lire en ligne) :

    « One building alone is 1000 feet long—the largest silk mill, under one roof, in the world »

  5. Jim Kinney, « 'Paper Cluster' meeting hopes to invigorate old industry with new moves », MassLive, Springfield, Mass.,‎ (lire en ligne)
  6. « Holyoke, MA Paper Manufacturers » [archive du ], sur Yellow Pages, DexYP (consulté le 23 décembre 2017)
  7. George M. Nutting, Massachusetts; a guide to its places and people, Cambridge, The Riverside Press, (lire en ligne), p. 248 :

    « ...paper mills, attracted by cheap water-power from Hadley Falls Dam, have given the town the name of 'The Paper City.' »

  8. Nicholas A. Basbanes, On Paper: The Everything of Its Two-thousand-year History, New York, Random House (ISBN 9780307279644), p. 100 :

    « To exploit the full potential of a natural waterfall that drops fifty-eight feet within a fifth of a mile on the Connecticut River, nineteenth-century engineers built the industrial city of Holyoke around three circular canals that generated sufficient power to operate...twenty-eight mills, which at their peak accounted for nearly 90 percent of the paper produced in the United States. Though every one of these mills would close in the years following World War II, the economically stressed community still calls itself 'Paper City.' »

  9. Robert T. McMaster, The Dyeing Room, Williamsburg, Mass., Unquomonk Press, (lire en ligne), p. 56 :

    « [T]he workers of Holyoke who were most vocal about the unions were the Irish, English, and Italians, groups with which most French Canadians had little sympathy. Many of the French operatives had come to Holyoke directly from their family farms in Québec, ready to work, grateful for their jobs, and not inclined to make demands of the hand that fed them. Back home in Canada, parish priests and bishops preached frequently of the evils of unions...[and] a society slipping into godless socialism. »

  10. « French Towns in the United States », American Association of Foreign-Language Newspapers, Inc., vol. IV, no 11,‎ , p. 673 (lire en ligne)
  11. 1980 Census of Population and Housing: Census tracts. Springfield-Chicopee-Holyoke, Mass.-Conn., US Census Bureau, , « Table P-8 Ancestry of Persons: 1980, Holyoke city, Hampden County, Mass. », P—30
  12. « 2010 Census American FactFinder » (consulté le 30 août 2013)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]