Hitoshi Igarashi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Hitoshi Igarashi
Naissance
Décès (à 44 ans)
Université de Tsukuba
Nationalité japonais
Profession
traducteur

Hitoshi Igarashi (五十嵐 一, Igarashi Hitoshi?, 10 juin 1947 – 11 juillet 1991) est un érudit japonais spécialiste de la littérature et de l'histoire arabe et perse et traducteur en japonais du roman de Salman Rushdie Les Versets sataniques, ce qui lui a probablement coûté la vie.

Jeunesse et éducation[modifier | modifier le code]

Igarashi est né en 1947[1]. Il a obtenu son diplôme de doctorat en art islamique à l'Université de Tokyo en 1976, et a été nommé chercheur de l'Académie royale d'Iran ; il y est resté jusqu'à la Révolution islamique en 1979.

Carrière[modifier | modifier le code]

Igarashi était professeur associé de culture islamique comparative à l'Université de Tsukuba[2]. Il a traduit en japonais le Canon d'Avicenne et Les Versets sataniques de Salman Rushdie[3] et a écrit des livres sur l'islam, dont The Islamic Renaissance et Medicine and Wisdom of the East[4].

Mort[modifier | modifier le code]

L'Ayatollah Rouhollah Khomeini a prononcé en 1989 une fatwa demandant la mort de « l'auteur des Versets Sataniques, qui sont une insulte à l'Islam, au Prophète et au Coran, et de tous ceux qui ont participé à sa publication en connaissant son contenu ». Hitoshi Igarashi a été tué de plusieurs coups de poignards au visage et aux bras par un assaillant inconnu. Son corps a été retrouvé le 12 juillet 1991 dans son bureau à l'Université de Tsukuba[1],[4].

En 2006, l'affaire a été close sans qu'on ait pu identifier un suspect. Kenneth M. Pollack (en) présume dans The Persian Puzzle (2004) que l'attaque aurait été organisée par le Corps des Gardiens de la révolution islamique iranien. En 2010, le magazine Bungeishunjū a rapporté une rumeur circulant au sein de l'autorité japonaise chargée de l'immigration, selon laquelle qu'un jeune Bangladais aisé aurait commis ce meurtre et aurait pris le lendemain un vol pour son pays d'origine, avant d'avoir pu être découvert. Selon une rumeur non vérifiée, le Japon aurait refusé l'extradition du suspect du Bangladesh par peur d'une escalade des violences suite à la colère provoquée par la publication des Versets sataniques.[réf. nécessaire]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Hitoshi Igarashi (1947-1991) », Fukimimi (consulté le 11 février 2013)
  2. Leslie Helm, « Translator of 'Satanic Verses' Slain », Los Angeles Times,‎ (lire en ligne)
  3. « One person's story », OMID (consulté le 11 février 2013)
  4. a et b Steven R. Weismann, « Japanese Translator of Rushdie Book Found Slain », The New York Times,‎ (lire en ligne)

Source de la traduction[modifier | modifier le code]