Histoire du Falun Gong

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Article général Pour un article plus général, voir Falun Gong.
Pratiquante canadienne effectuant la troisième série d'exercices du Falun Gong.

Le Falun Gong, également appelé Falun Dafa, est une discipline spirituelle qui réunit la pratique des exercices et de la méditation avec la philosophie morale présentée par son fondateur, Li Hongzhi. Le Falun Gong a été présenté au public en 1992 dans la ville de Changchun (nord de la Chine), et a été classifié comme une méthode de qi gong basée sur la tradition bouddhiste. Le Falun Gong a d'abord bénéficié de l’approbation officielle et du soutien des organismes gouvernementaux chinois, et la méthode s’est rapidement propagée en raison de la simplicité des mouvements de ses exercices, l'effet sur la santé, l'absence de cotisation ou d'inscription formelle ainsi que de son enseignement moral et philosophique[1].

Cependant, en 1996, le Falun Gong s’est séparé de l’Association de qigong gérée par l'état, ce qui a conduit à une escalade progressive de la tension avec les autorités du Parti communiste qui a atteint son apogée au printemps 1999. À la suite d'une protestation de 10 000 pratiquants du Falun Gong qui demandaient la reconnaissance officielle devant le quartier gouvernemental de Zhongnanhai le 25 avril 1999, le chef du Parti communiste d’alors, Jiang Zemin, a ordonné l'éradication du Falun Gong. Cet ordre a été suivi par une large campagne de propagande, d’emprisonnements extrajudiciaires à grande échelle, de tortures et de rééducations forcées.

Les pratiquants de Falun Gong ont répondu à cette campagne par des manifestations sur la place Tian'anmen, la création de leurs propres médias à l'étranger, des poursuites judiciaires internationales contre les responsables chinois et la mise en place en Chine d'un réseau clandestin de sites de publication de documents sur la pratique et sa persécution. Le Falun Gong est devenu une voix importante appelant à mettre fin au règne du parti unique en Chine.

Chronologie des principaux événements[modifier | modifier le code]

Avant 1992[modifier | modifier le code]

Bien que des pratiques semblables au qigong existent depuis longtemps, le qigong moderne n'apparait qu'à la fin des années 1940. À cette époque, les cadres du Parti communiste chinois commencent à exercer et promouvoir le qigong comme un moyen d'améliorer la santé, en le considérant comme une forme de la médecine traditionnelle chinoise[2].

Avec le soutien officiel du parti-État, le qigong devient de plus en plus populaire, en particulier dans la période suivant la Révolution culturelle. La Société de la recherche scientifique sur le qigong de Chine, gérée par l’État, est créée en 1985 pour administrer et superviser la pratique du qigong à travers le pays. Sa première réunion se tient à Pékin en 1986. Cette organisation compte alors parmi ses dirigeants plusieurs membres éminents et anciens membres du Politburo et de l'Assemblée nationale populaire, ainsi que d’anciens ministres de la santé et de l’éducation. Des milliers de pratiques de qigong apparaissent, certaines d'entre elles dirigées par de « grands maîtres » avec des millions de pratiquants[2],[3].

Li Hongzhi, fondateur du Falun Gong, affirme que dès son enfance, il a été instruit par différents maîtres bouddhistes et taoïstes qui lui ont transmis des méthodes de pratique et la philosophie qui deviendront la discipline actuellement connue sous le nom de Falun Gong[4]. Au milieu des années 1980, il commence à étudier et à apprendre toute une variété de disciplines de qigong, apparemment en préparant le lancement et la promotion de son propre système de qigong[1]. En 1984, il crée le Falun Gong, une version plus accessible de Falun Xiulian Dafa, un système d'entrainement de qigong de l'école bouddhiste[4]. En 1989, il commence l'enseignement privé du Falun Gong à des élèves sélectionnés[5],[6].

1992-1995[modifier | modifier le code]

La pratique de Falun Gong à très grande échelle était une scène quotidienne en Chine avant la persécution lancée en 1999, comme ici à Guangzhou.

Le Falun Gong est présenté au public au printemps 1992, vers la fin du « boom de qigong » en Chine, une période qui a vu une prolifération de milliers de disciplines. Le 13 mai 1992, Li Hongzhi commence l'enseignement publique du Falun Gong à l'école secondaire/lycée no 5 de Changchun, province du Jilin, en donnant une conférence devant une foule de plusieurs centaines de personnes[7]. Le séminaire se prolonge pendant neuf jours à un prix de 30 yuans par personne[1].

En juin 1992, Li Hongzhi est invité par la Société de recherche scientifique sur le qigong de Chine (SRQC), administrée par le gouvernement, à donner des conférences à Pékin. En septembre de la même année, le Falun Gong est reconnu comme une branche de qigong sous l'administration de la SRQC[8]. Li Hongzhi est formellement proclamé « maître de qigong » par la SRQC et reçoit l’autorisation d’enseigner à l'échelle nationale[9]. Au cours de l'année, il donne cinq séminaires d’une semaine à Pékin, quatre à Changchun, un à Tayuan et un dans le Shandong[5]. Du 12 au 21 décembre 1992, il participe avec quelques élèves de Falun Gong au Salon d’Orient de la Santé organisé à Pékin. L'organisateur du salon déclarera que le Falun Gong et Li Hongzhi « ont reçu le plus d'éloges [que d’autres écoles de qigong] au salon, et a réussi à obtenir de très bons résultats thérapeutiques[1]. » Cet événement contribue à la popularité de Li Hongzhi dans les milieux de qigong et des reportages sur les pouvoirs de guérison du Falun Gong se multiplient dans les médias[1]. Li Hongzhi et son Falun Gong deviennent des « stars » du mouvement de qigong[8].

Entre 1992 et 1994, Li voyage à travers la Chine en donnant 54 séminaires sur la pratique et l'enseignement spirituel du Falun Gong[1]. Les séminaires durent habituellement 8 à 10 jours et attirent jusqu’à 6 000 participants par conférence[10]. La méthode se propage rapidement grâce à sa prétendue efficacité pour l'amélioration de la santé et ses éléments moraux et philosophiques, plus développés que dans d’autres écoles de qigong[11].

En avril 1993, Falun Gong de Chine (中国法轮功), le premier texte majeur d'enseignement de Li Hongzhi, est publié par la Military Affairs Friendship and Culture Publishing Company. Le livre contient une explication de la cosmologie de base du Falun Gong, de ses principes moraux et de ses exercices. Une version révisée est publiée en décembre de la même année[12],[6]. Au printemps et à l’été 1993, une série d'articles publiée dans les revues de qigong à travers la Chine font l’éloge des bienfaits du Falun Gong. Plusieurs de ces revues font leur couverture avec des photos de Li Hongzhi et affirment la supériorité du système de Falun Gong[1],[5]. Le 30 juillet, la Société de recherche de Falun Xiulian Dafa est établie comme une succursale de la SRQC[13]. En août, une organisation subordonnée au ministère de la Sécurité publique envoie à la SRQC une lettre remerciant Li Hongzhi pour les enseignements donnés aux policiers blessés pendant l'exercice de leurs fonctions. La lettre affirme que parmi les 100 policiers traités par Li Hongzhi, un seul n'a pas constaté une « amélioration évidente » de sa santé[1],[5].

Récompenses reçues par Li Hongzhi et le Falun Gong durant le Salon d'Orient de la santé en 1003, à Pékin

Le 21 septembre, le Quotidien de la sécurité publique du peuple, une publication du Ministère de la sécurité publique, fait l’éloge du Falun Gong pour « promouvoir les vertus traditionnelles des Chinois à s’opposer à la criminalité, à préserver l'ordre social et la sécurité, ainsi que de promouvoir la droiture dans la société[9]. » Du 11 au 20 décembre 1993, Li Hongzhi participe de nouveau au Salon d’Orient de la Santé tenu à Pékin, cette fois en tant que membre du comité d’organisation. Il y remporte plusieurs prix[1] et est proclamé « maître de qigong le plus acclamé ». Le Falun Gong reçoit également le « Prix d’or spécial » et le prix pour « Faire avancer les frontières de la science »[5].

À partir de 1994, à la suite de l’augmentation des recettes de la vente de ses publications, Li Hongzhi cesse de faire payer l’entrée à ses cours et impose par la suite que le Falun Gong soit enseigné gratuitement[1]. Le 6 mai, la Société de la recherche scientifique sur le qigong de la province du Jilin proclame Li Hongzhi « Grand Maître de qigong »[6]. Li Hongzhi donne la même année deux conférences sur le Falun Gong à l'Université populaire de la sécurité publique à Pékin, et verse les recettes de ces conférences à la fondation des policiers blessés[1].Le 3 août, la ville de Houston (capitale du Texas), proclame Li Hongzhi citoyen d'honneur pour son « service public désintéressé au profit et pour le bien-être de l'humanité »[9]. Le dernier séminaire complet sur la pratique du Falun Gong et sa philosophie se tient du 21 au 29 décembre dans la ville méridionale de Guangzhou[1].

En janvier 1995, Zhuan Falun (转法轮), l’enseignement complet du Falun Gong, est publié par la Société de publication de l’Agence de télédiffusion de Chine. Une cérémonie de publication est organisée le 4 janvier dans l'auditorium du Ministère de la sécurité publique[12]. En février, Li Hongzhi est approché par le Comité national chinois des sports, le Ministère de la santé publique et la Société de la recherche scientifique sur le qigong de Chine pour établir conjointement une association de Falun Gong. Li Hongzhi décline cette offre[2]. L’attitude officielle envers le mouvement de qigong commence à changer dans certains secteurs du gouvernement et des critiques du qigong commencent à paraitre dans la presse étatique[2]. Cette même année, Li Hongzhi quitte la Chine et commence la diffusion de sa pratique à l'étranger. Le 13 mars 1995, à l'invitation de l'ambassade de Chine à Paris, il donne un séminaire de sept jours à Paris, suivi en avril d'une autre série de conférences en Suède (Göteborg, Stockholm et Uddevalla)[1],[5].

1996 - Juillet 1999[modifier | modifier le code]

En janvier, mars et avril 1996, le livre Zhuan Falun est répertorié comme best-seller par le quotidien Beijing Youth Daily (北京 青年 报)[1],[9]. Cependant, tandis que la pratique continue à se propager en Chine, des tensions apparaissent entre le Falun Gong et les autorités chinoises. En mars, le Falun Gong dépose une demande de retrait de la Société de recherche scientifique sur le qigong de Chine. Li Hongzhi expliquera plus tard qu'il trouvait que les bénéfices provenant du qigong intéressaient la SRQC plus que l’engagement dans une véritable recherche[7]. Li Hongzhi avait apparemment aussi rejeté la nouvelle politique de la SRQC, exigeant que toutes les pratiques de qigong créent des branches du Parti communiste au sein de leur organisation[2],[14]. La SRQC publie finalement une résolution sur l'annulation de l'adhésion de Falun Gong à cette société. La résolution affirme que bien que les pratiquants de Falun Gong « obtenaient des résultats sans précédent dans la remise en forme et la prévention des maladies », Li Hongzhi « propageait la théologie et la superstition », n’assistait pas aux réunions de l'association et n’observait pas ses règlements[5]. À la suite de ce retrait et suivant en cela les recommandations de Li Hongzhi, les administrateurs de l'Association de recherche sur le Falun Gong de Chine font une demande d’enregistrement auprès de trois autres organismes gouvernementaux, y compris l'Association des bouddhistes de Chine et le Département du travail du Front uni. Toutes les demandes sont finalement rejetées[15]. Ainsi, le Falun Gong reste complètement hors de la surveillance et de la réglementation gouvernementale[16] et devient à partir de là l'objet de plus en plus d’attention et de critique dans la presse étatique[2],[7].

Le premier article important des médias étatiques critiquant le Falun Gong est publié dans le journal Guangming Daily du 17 juin 1996. L'article considère le Falun Gong comme une manifestation de la superstition féodale et Zhuan Falun, son enseignement de base, comme un ouvrage de « pseudo-science » qui trompe les masses populaires[17]. Les pratiquants de Falun Gong répondent à cet article en écrivant des lettres adressées au journal et à l’association nationale de qigong[5]. Dans les six derniers mois de l'année 1996, l'Association bouddhiste de Chine, gérée par l'État, commence à critiquer le Falun Gong, et demande à ses membres de ne pas apprendre la pratique[18]. Le 24 juillet, les livres de Falun Gong sont interdits à la publication par le Bureau des publications de nouvelles de Chine, une succursale du Département de la propagande. La raison invoquée pour l'interdiction est que le Falun Gong « répand des superstitions ». Avec l'approbation de Li Hongzhi, des versions piratées et copiées des livres de Falun Gong se multiplient[19]. Pendant l’été 1996, après avoir annoncé qu'il avait terminé l'enseignement de sa pratique en Chine, Li Hongzhi commence une nouvelle tournée de conférences en se rendant à Hong Kong, Sydney, Bangkok, Houston, New York et Pékin[1].

La pratique devient un sujet de débats au sein du gouvernement et du Parti communiste - certains ministères et autorités gouvernementales continuent à manifester leur soutien à la pratique, tandis que d’autres deviennent de plus en plus méfiants envers cette discipline[2],[14]. Cette tension se manifeste également dans les médias : tandis que certains médias continuent à louer les effets du Falun Gong, d'autres le critiquent et le qualifient de pseudo-science[5]. En 1997, le Ministère de la sécurité publique ouvre une enquête pour déterminer si le Falun Gong doit être considéré comme xie jiao (« religion hérétique »). Le rapport conclut « qu’à ce jour il n’y avait aucune preuve »[20].

De 1997 à 1999, la critique du Falun Gong s'intensifie dans les médias d'État. Avec l'approbation de Li Hongzhi, les pratiquants de Falun Gong répondent aux critiques par des manifestations pacifiques devant les bureaux des médias en cherchant à obtenir réparation du dommage causé par des reportages injustes. Cette tactique atteint souvent son but, les articles critiques sont retirés et des excuses sont présentées par les médias[1]. Toutefois, pendant cette période, la couverture médiatique n'est pas toujours négative, et des articles parlant des bienfaits du Falun Gong pour la santé continuent à être publiés[5].

En 1998, Li Hongzhi s’installe définitivement aux États-Unis[1].

En mai 1998, la situation se tend en Chine continentale lorsqu'une manifestation a lieu devant le siège de la radio-télévision officielle à Pékin, à la suite de l'interview d'un physicien renommé, le professeur He Zuoxiu, de l'Académie des sciences, qui dénonce les pratiques du mouvement. Des pratiquants encerclent l'édifice, geste qui est perçu comme audacieux, voire rebelle[21]. Le 21 juillet, le Ministère de la sécurité publique émet le Document no 555, « Avis d’ouverture d'une enquête sur le Falun Gong ». Le document traite le Falun Gong de « religion perverse » et donne un mandat pour l’ouverture d’une enquête afin d’obtenir des preuves. Il semble que la faction hostile envers le Falun Gong au Ministère aurait été dirigée par Luo Gan[2]. Des agences de sécurité commencent à surveiller et recueillir des renseignements personnels sur les pratiquants[14] ; les sources du Falun Gong rapportent que les autorités mettent les téléphones sous écoute, harcèlent et suivent les pratiquants, perquisitionnent leurs domiciles et interrompent les séances de méditation de Falun Gong[5]. Qiao Shi, alors Président du Comité permanent de l'Assemblée nationale populaire, mène sa propre enquête sur le Falun Gong à la suite du Document no 555. Après des mois de recherches, son groupe conclut que « le Falun Gong a des centaines d'avantages pour les Chinois et la Chine, et il n’a pas un seul mauvais effet[5],[20]. » La Commission nationale des sports de Chine ouvre également sa propre enquête au mois de mai 1998, et des médecins professionnels travaillant dans cette Commissions interrogent plus de douze mille pratiquants de Falun Gong dans la province du Guangdong. 97,9% des personnes interrogées disent que le Falun Gong a amélioré leur santé[22]. En octobre l'enquête présente ses conclusions, en affirmant : « Nous sommes convaincus que les exercices et les effets de Falun Gong sont excellents. Le Falun Gong a contribué extraordinairement à l’amélioration de la stabilité et de la moralité de la société. Ceci devrait être dûment reconnu[9]. » Les estimations présentées par la Commission suggèrent qu’il y a entre 60 et 70 millions de pratiquants de Falun Gong en Chine[23],[24],[25].

Début 1999, Li Hongzhi donne des conférences à Sydney, Bangkok, San Francisco, Los Angeles, Hong Kong, Taipei, Francfort, Toronto, Singapour, Genève, Houston et New York, ainsi qu’à Changchun et Pékin[5].

Wu Shaozu, un responsable de la Commission nationale des sports de Chine annonce dans une interview donné le 14 février 1999 à l'hebdomadaire US News & World Report, qu’il pourrait y avoir environ 100 millions de personnes pratiquant le Falun Gong et d'autres formes de qigong. Wu souligne que la popularité du Falun Gong a considérablement réduit les dépenses de santé publique et que « le Premier ministre Zhu Rongji en est très heureux [26],[27]. » Cependant, le 11 avril, le physicien He Zuoxiu, membre de l'Académie chinoise des sciences et délégué de la Conférence consultative du peuple chinois, publie dans Science et technologie pour la jeunesse, revue éditée par l'Université normale de Tianjin, un article qui critique le Falun Gong comme superstitieux et potentiellement dangereux pour les jeunes[28]. Le 23 avril, six mille pratiquants se rendent à l'université de Tianjin, devant les bureaux de la revue, pour exiger que celle-ci publie un désaveu de l'article[29]. Trois jours durant, ils occupent l'université mais la direction de la publication refuse de publier toute rétractation car ce n'est pas dans les habitudes des revues scientifiques. L'affaire se termine cette fois par des échauffourées avec la police et 45 manifestants sont frappés, puis interpellés[30],[31],[32]. Les pratiquants de Falun Gong manifestent devant la mairie de Tianjin pour la libération des pratiquants détenus. On les informe que l'ordre de disperser la foule et d’arrêter les manifestants provient des autorités centrales de Pékin, et que les appels doivent être adressés à Pékin[30],[33]. Mi-avril, alors qu'il est de passage à Pékin d'où il doit se rendre en Australie, Li Hongzhi prend la décision de porter les protestations du mouvement au plus haut niveau de la hiérarchie de l'État-Parti chinois[34].

Les tensions continuent d'augmenter au cours de cette période, aboutissant le 25 avril 1999 à une manifestation à proximité du quartier gouvernemental de Zhongnanhai à Pékin, lorsque plus de dix mille pratiquants de Falun Gong se rassemblent calmement à l'extérieur du Bureau central des pétitions. Pendant treize heures, sans banderole ni slogan, ils demandent la libération des leurs et le droit de pratiquer librement[35]. Cinq représentants du mouvement rencontrent le Premier ministre Zhu Rongji et demandent une reconnaissance officielle et la fin de la montée en flèche des harcèlements à l'encontre du groupe. Zhu accepte de libérer les pratiquants de Tianjin et assure les représentants que le gouvernement ne s'oppose pas au Falun Gong. Cependant, le même jour, à la suite de la demande de Luo Gan, Jiang Zemin, le chef du Parti communiste, publie une lettre indiquant son intention de supprimer la pratique[36]. Cette manifestation, que l'universitaire Heather Kavan qualifie d'« erreur tactique »[37] et dans laquelle David Ownby voit « un début spectaculaire à la fin du mouvement qigong »[38], marque un tournant de la politique du Parti communiste chinois à l'égard du Falun Gong[39]. Le parti s'inquiète de la capacité des pratiquants de Falun Gong à se réunir en masse et très rapidement. Il prend également conscience du grand nombre de cadres de l'administration, de la police et de l'armée qui sont pratiquants du mouvement[40]. À partir de là, l'agence de presse Chine Nouvelle (Xinhua) mais aussi les médias occidentaux s'emparent de l'affaire[41].

Le 26 avril, Jiang Zemin convoque une réunion du Comité permanent du Politburo pour discuter de la manifestation du Falun Gong. Certains membres du Politburo auraient favorisé une position conciliante envers le Falun Gong, tandis que d'autres - tels que Jiang et Luo Gan, le chef de la sécurité – veulent supprimer définitivement le groupe[42]. Début de mai, Jiang Zemin charge Luo Gan et Hu Jintao de la création d'un groupe de travail spécial pour préparer une campagne visant à discréditer le Falun Gong[43]. Les autorités renforcent la surveillance du Falun Gong, en mettant sur écoute les téléphones des pratiquants et en les surveillant dans plusieurs villes[5]. Le 2 mai, Li Hongzhi donne une conférence de presse aux journalistes à Sydney en Australie. Lorsqu’un journaliste lui demande s'il pense que le gouvernement va tuer ou emprisonner ses disciples pour maintenir l'ordre social, Li Hongzhi répond que « les pratiquants [de Falun Gong] n’agiront jamais à l'encontre de la loi. Concernant le scénario que vous décrivez, je ne pense pas que cela se produira. [... ] depuis le début de la réforme économique et l'ouverture, le gouvernement chinois a été bien tolérant à cet égard [5].» En mai et juin, tandis que les préparatifs à la répression s’organisent, les pratiquants de Falun Gong continuent leurs séances publiques de méditation[5]. La Far Eastern Economic Review écrivait alors : « dans un parc à l'ouest de Pékin, quelque cent pratiquants de Falun Gong font les exercices sous une bannière jaune indiquant leur appartenance... [ils sont] loin d’être intimidés[44]. » Le 2 juin, Li Hongzhi achète des espaces dans plusieurs journaux de Hong Kong pour publier un article défendant le Falun Gong et demandant aux dirigeants chinois de ne pas « prendre le risque de condamnation globale » et de « perte de main-d'œuvre et de capital » en rangeant l’opinion publique contre le groupe [5],[45]. Le 3 juin, soixante-dix mille pratiquants de Jilin et du Liaoning se rendent à Pékin pour faire appel aux autorités. Ils sont interceptés par les forces de sécurité, renvoyés chez eux et placés sous surveillance[5],[46]. Le 7 juin 1999, Jiang Zemin convoque une réunion du Comité permanent du Politburo consacrée à la question du Falun Gong. Lors de la réunion, Jiang décrit le Falun Gong comme une menace grave à l’autorité du Parti communiste, « une chose sans précédent dans le pays depuis sa fondation il y a cinquante ans »[47], et ordonne la création d'un groupe spécial au sein du Comité central du Parti pour « être entièrement préparé au travail de désagrégation [du Falun Gong] »[47]. Le 10 juin, le Bureau 610 est créé pour assurer la coordination quotidienne de la campagne contre le Falun Gong. Luo Gan est choisi comme chef du Bureau, avec la mission, décrite à l'époque, d’étudier, enquêter et développer une « approche unifiée... pour résoudre le problème du Falun Gong »[14]. Le Bureau est créé en dehors de toute législation, et il n'existe aucun document décrivant son mandat précis[47]. Le 17 juin, Jiang Zemin déclare lors d'une réunion du Politburo que le Falun Gong est « l'incident politique la plus grave depuis la perturbation politique du « 4 juin 1989 »[42]. Le Bureau 610 est mis sous la direction du nouvellement créé Groupe pilote central des affaires du Falun Gong, dirigé par Li Lanqing. Li Lanqing et Luo Gan étaient tous les deux membres du Comité permanent du Politburo, tandis que les quatre autres sous-chefs du Groupe pilote central occupaient également des postes de haut niveau au sein du Parti communiste, dont celui de responsable du département de la propagande[14]. Le 26 juin, treize sites d'exercices du Falun Gong dans les parcs publics de Pékin sont fermés par des agents de sécurité[5].

Juillet 1999-2001[modifier | modifier le code]

En juillet 1999, une campagne nationale est lancée pour « éradiquer » le Falun Gong. Cette campagne de répression consiste à mener une « campagne massive de propagande » contre le groupe, à brûler publiquement les livres du Falun Gong et à emprisonner des dizaines de milliers de pratiquants de Falun Gong dans les prisons, camps de travaux forcés, hôpitaux psychiatriques et autres lieux de détention. Les autorités ont reçu un mandat général de « transformer » les pratiquants de la méthode, ce qui se traduit dans l’utilisation massive de tortures contre les pratiquants de Falun Gong, entraînant parfois leur mort.

Le 19 juillet, Jiang Zemin annonce sa décision d’éradiquer le Falun Gong lors d'une réunion de hauts fonctionnaires du Parti communiste. La campagne devait initialement commencer le 21 juillet, mais à cause des soupçons d’une fuite d’information, la répression commence le 20 juillet[5]. Une campagne de propagande à l'échelle nationale est lancée pour discréditer le Falun Gong[48]. Le 20 juillet, juste après minuit, des pratiquants de Falun Gong et des « assistants » sont arrêtés et mis en détention dans de nombreuses villes de Chine[49]. En réponse, des dizaines de milliers de pratiquants manifestent devant les bureaux locaux, provinciaux et centrales de pétitions[5]. À Pékin et d'autres villes, les manifestants sont détenus dans des stades[49]. Le 22 juillet, le ministère des affaires civiles déclare que « la Société de recherche du Falun Dafa et l'organisation du Falun Gong étant sous son contrôle » sont des organisations non-enregistrées et donc illégales[14]. Le même jour, le ministère de la sécurité publique émet un avis interdisant (1) l'affichage des images ou des symboles du Falun Gong ; (2) la distribution publique de livres et d’autres publications de Falun Gong ; (3) le rassemblement en groupe pour faire les exercices du Falun Gong ; (4) les sit-in, les pétitions et autres manifestations de défense du Falun Gong ; (5) la propagation de rumeurs destinées à troubler l'ordre social ; et (6) la participation aux activités qui s’opposent à la décision du gouvernement[5]. Le 23 juillet, la circulaire émise le 19 juillet est rendue public[14]. Dans ce document, le Falun Gong est déclaré « l’incident politique le plus grave » depuis 1989. Le Comité central du Parti communiste chinois interdit aux membres du Parti communiste de pratiquer le Falun Gong et lance des séances d'étude pour s'assurer que les cadres du Parti comprennent que le Falun Gong est incompatible avec les croyances du marxisme[49]. Le 26 juillet, les autorités commencent la campagne de confiscation et destruction de toutes les publications liées au Falun Gong, y compris « des livres, photos, produits audiovisuels et textes électroniques »[49]. En une semaine, deux millions de publications de Falun Gong sont confisquées et détruites par des rouleaux compresseurs ou brulées publiquement[10],[49]. Fin juillet, les sites de Falun Gong à l'étranger sont piratés ou font l'objet d'attaques par déni de service[49]. Selon Ethan Gutmann, expert de l'Internet chinois, les attaques provenaient de serveurs situés à Pékin et Shenzhen, et ont été parmi les premières tentatives de graves perturbations des réseaux électroniques par la Chine[50]. Le 29 juillet, les autorités chinoises demandent à Interpol de procéder à l'arrestation de Li Hongzhi. Interpol refuse. La semaine suivante, les autorités chinoises offrent une importante récompense en échange de l'extradition de Li des États-Unis. Le gouvernement américain refuse également[49]. Le même jour, le Bureau de la justice de Pékin émet un avis exigeant que tous les avocats et cabinets d'avocats obtiennent une approbation avant de consulter ou représenter les pratiquants de Falun Gong. Selon Human Rights Watch, cet avis est « incompatible avec les normes internationales qui demandent aux gouvernements de s’assurer que les avocats puissent s'acquitter de leurs fonctions professionnelles sans être intimidés, harcelés ou interférés[49]. »

En octobre, trente pratiquants de Falun Gong organisent une conférence de presse clandestine pour les médias étrangers à Pékin pour parler de la violence et de la persécution qu'ils subissent. À la fin de la conférence de presse, les participants sont arrêtés, et certains journalistes étrangers sont interrogés et brièvement détenus. Selon les sources du Falun Gong, dix des organisateurs sont arrêtés tout de suite après, et l'un d'eux nommé Ding Yan, un coiffeur de 31 ans, est par la suite torturé à mort en prison[51]. Au cours de la conférence de presse, on entend les premières allégations de mort de pratiquants de Falun Gong sous la torture en détention[52]. Le 30 octobre, l'Assemblée nationale populaire publie une résolution sur l'article 300 du code pénal. La résolution donne des précisions sur l'identification et les peines aux personnes qui utilisent les « religions hérétiques » pour entraver l’application de la loi[53]. Le 5 novembre 1999, la Cour populaire suprême chinoise émet une circulaire avisant les tribunaux populaires que le Falun Gong doit être poursuivi en vertu de l'article 300 comme une « religion hérétique »[49],[53]. Cette circulaire, envoyée à tous les tribunaux locaux de Chine, souligne que c’est leur « devoir politique » de punir « sévèrement » le Falun Gong, et de traiter ces cas « sous la direction des comités du Parti »[53]. Le 27 décembre, quatre pratiquants de Falun Gong bien connus sont traduits en justice pour avoir « entravé l’application de la loi » et avoir illégalement obtenu des secrets d'État. Parmi eux se trouvent Wang Zhiwen, un ingénieur de Pékin et l’un des principaux organisateurs du Falun Gong, condamné à 16 ans de prison, et Li Chang, un fonctionnaire du ministère de la sécurité publique, condamné à 18 ans[53]. Selon Amnesty International, dans le cadre de ces poursuites et d’autres, « la procédure judiciaire était dès le départ de parti pris contre les accusés et les procès n’étaient qu’une simple formalité[53]. »

De fin 1999 jusqu’à début 2001, des centaines de pratiquants de Falun Gong se rendent chaque jour à la place Tian'anmen pour protester pacifiquement contre la répression. Ces protestations se déroulent sous forme d'exercices de Falun Gong, de méditation ou de déploiement de bannière proclamant l'innocence du Falun Gong. Les protestations sont écrasées, souvent violemment, par les forces de la sécurité. Au début de février 2000, pendant les célébrations du Nouvel An chinois, plusieurs douzaines de pratiquants de Falun Gong sont arrêtés place Tian'anmen alors qu'ils essayaient de protester pacifiquement contre l'interdiction de leur mouvement[54]. Le 20 avril, Ian Johnson, journaliste du Wall Street Journal, publie le premier article d'une série sur le Falun Gong. L'article décrit la mort à la suite des tortures d’une grand-mère de la ville de Weifang, âgée de 58 ans, qui avait été battue, soumise à des électrochocs et forcée à courir pieds nus dans la neige parce qu'elle refusait de renoncer au Falun Gong. Pour cette série d’articles, M. Johnson a reçu le Prix Pulitzer 2001 du reportage international[55]. Le 21 avril, l’Agence Chine nouvelle mentionne pour la première fois les difficultés rencontrées par les autorités centrales dans l’éradication du Falun Gong, en soulignant que depuis « le 22 juillet 1999, les membres du Falun Gong continuent presque chaque jour à semer le trouble autour de la place Tian'anmen au centre de Pékin »[56]. En mai, Zhao Ming, un étudiant en troisième cycle au Trinity College en Irlande, est envoyé au camp de travaux forcés de Tuanhe à Pékin. Il passe deux ans dans le camp malgré les actions internationales pour sa libération et il est torturé avec des matraques électriques[57]. Le 1er octobre, des milliers de pratiquants du Falun Gong se rendent à la place Tian'anmen pour manifester contre la répression. Les correspondants des médias étrangers sont témoins du passage à tabac des pratiquants par les agents de sécurité sur place[54]. En novembre, Zhang Kunlun, un citoyen canadien et professeur de beaux arts, est arrêté alors qu'il visitait sa mère en Chine et est envoyé dans un camp de travaux forcés. Il déclare y avoir été battu et soumis aux électrochocs. Les politiciens canadiens interviennent pour le défendre et arrivent finalement à obtenir sa libération et son retour au Canada[58].

Le 23 janvier 2001, cinq personnes s’immolent par le feu place Tian'anmen. Les médias d'état annoncent qu'ils sont des pratiquants du Falun Gong poussés au suicide par la pratique. Les sources du Falun Gong nient cette affirmation en disant que le Falun Gong interdit le suicide et la violence et disent que cet incident a été organisé par le gouvernement pour tourner l'opinion publique contre la pratique[1],[10]. Les autorités utilisent cet incident comme une occasion pour intensifier leur campagne médiatique contre le groupe, tandis que le soutien au Falun Gong s'affaiblit[59]. Tandis que le soutien au Falun Gong s’érode en Chine continentale, les autorités autorisent ouvertement pour la première fois « l'utilisation systématique de la violence » contre le mouvement, la création d'un réseau de classes de lavage de cerveau et de déracinement des pratiquants de Falun Gong « quartier par quartier et lieu de travail par lieu de travail »[59]. En février, la communauté internationale est de plus en plus préoccupée par les cas d’abus psychiatriques contre les pratiquants de Falun Gong, dont plusieurs centaines auraient été détenus et torturés dans des établissements psychiatriques après avoir refusé d’abandonner la pratique[60]. Le 20 novembre, un groupe de trente-cinq pratiquants de Falun Gong provenant de douze pays différents se rassemblent sur la place Tian'anmen pour méditer sous une bannière « Authenticité, Bienveillance, Tolérance » - les principes de base du Falun Gong. Ils sont arrêtés quelques minutes plus tard, et certains sont battus quand ils résistent à l’arrestation[61]. Le 23 décembre, le tribunal du district de New-York prononce un jugement par contumace contre Zhao Zhifei, chef du Bureau de la sécurité publique de la province du Hubei, pour son rôle dans les décès et la torture des pratiquants de Falun Gong[62].

2002-2004[modifier | modifier le code]

À partir de 2002, les pratiquants de Falun Gong abandonnent les rassemblements sur la place Tian'anmen et la plupart des médias occidentaux se désintéressent du sujet[63]. Les pratiquants de Falun Gong se tournent vers l’utilisation de nouveaux moyens de protestation, notamment en établissant un vaste réseau clandestin de « sites de publication » et de distribution de documents[49], et en piratant des émissions télévisées pour les remplacer par des informations sur le Falun Gong[64]. Les pratiquants à l’étranger conçoivent des appareils pour contourner la censure et la surveillance de l'Internet et déposent des dizaines de plaintes largement symboliques contre Jiang Zemin et d'autres fonctionnaires chinois en les accusant de génocide et crimes contre l'humanité[62]. Entre 2002 et 2004, les trois postes suprêmes du pouvoir en Chine sont transférés de Jiang Zemin à Hu Jintao. Selon les rapports publiés par des sources du Falun Gong, le nombre annuel de décès en détention de pratiquants de cette discipline continue à croître pendant cette période tandis que l’intérêt pour le Falun Gong dans les médias diminue[63].

Le 14 février 2002, cinquante-trois pratiquants de Falun Gong d'Amérique du Nord, d’Europe et d’Australie essayent de manifester à la place Tian'anmen. Ils sont détenus et plusieurs rapportent avoir été agressés par les forces de la sécurité avant d'être expulsé de Chine[65]. Le 5 mars, un groupe de six pratiquants de Falun Gong pirate les émissions télévisées dans la ville de Changchun, en les remplaçant par des émissions sur le Falun Gong et la répression. Pensant que c’est un signe de la levée de l'interdiction du Falun Gong, des citoyens se rassemblent sur les places publiques pour célébrer[66]. Les émissions du Falun Gong ont continué pendant cinquante minutes avant que la ville ne plonge dans l’obscurité. Au cours des trois jours qui suivent, les forces de sécurité arrêtent environ cinq mille pratiquants de Falun Gong à Changchun. Amnesty International rapporte que des « checkpoints auraient été mis en place par la police à travers toute la ville ». Les six personnes impliquées dans le piratage de la télévision sont par la suite torturées à mort[66]. En juin, Jiang Zemin est en visite en Islande. Des dizaines de pratiquants de Falun Gong du monde entier essayent de se rendre dans ce pays pour protester, mais trouvent leurs noms sur une liste noire internationale établie à la demande des autorités chinoises, ce qui prouve l’existence d’espionnage envers les pratiquants de Falun Gong à l'étranger[67]. Le 24 juillet, la Chambre des représentants des États-Unis adopte à l’unanimité une résolution (Résolution no 188), condamnant la persécution du Falun Gong en Chine[68]. Le 21 octobre les pratiquants de Falun Gong d'Amérique du Nord, d’Europe et d’Australie déposent une plainte contre Jiang Zemin, Zeng Qinghong et Luo Gan au Comité des droits de l'homme des Nations unies et à la Cour pénale internationale pour leur implication dans la répression du Falun Gong[69]. En novembre, Hu Jintao occupe le poste de Secrétaire général du Parti communiste et entame la reprise de la direction de la Chine des mains de Jiang Zemin.

Démonstration de tortures en prison, à Minneapolis, en 2003.

Le 22 janvier 2003, le Dr Charles Lee, un pratiquant de Falun Gong et citoyen américain, est arrêté par les forces de la sécurité à Nanjing dès son arrivée en Chine. Lee est condamné à trois ans de prison[70]. En juin, le tribunal du district de San Francisco émet un jugement par contumace contre Liu Qi, secrétaire du Parti de Pékin et ancien maire de Pékin, ainsi que Xia Deren, le vice-gouverneur de la province du Liaoning, qui sont accusés de superviser la torture des pratiquants de Falun Gong[71]. Le 26 décembre, Liu Chengjun, un des organisateurs du piratage des programmes télévisés de Changchun, est torturé à mort en purgeant sa peine de prison de dix-neuf ans[66].

En février 2004, la Cour supérieure de l'Ontario déclare Pan Xinchun, le consul général adjoint au consulat chinois à Toronto, coupable de diffamation à la suite de la publication le 1er mai 2003 d'une lettre dans le Toronto Star où il accuse Joel Chipkar, un pratiquant de Falun Gong local, d’être un membre d'une « sinistre secte ». La Cour supérieure lui demande de payer à Chipkar dix mille dollars en compensation. Pan refuse de payer et quitte le Canada[72]. En octobre 2004, la Chambre des représentants des États-Unis adopte à l’unanimité une résolution exposant en détail et condamnant les tentatives du gouvernement chinois d’interférer et d’intimider les pratiquants de Falun Gong aux États-Unis[73]. En décembre, Gao Zhisheng, l'éminent avocat de Weiquan, écrit une lettre à l'Assemblée nationale populaire en exposant en détail les tortures et les abus sexuels contre les pratiquants de Falun Gong en détention. En réponse à sa lettre, le cabinet d'avocats de Gao est fermé, sa licence d’avocat est retirée et il est placé en résidence surveillée[74].

2005-2007[modifier | modifier le code]

Alors que le Falun Gong devient de plus en plus explicite dans ses accusations rhétoriques contre le Parti communiste, apparaissent des allégations d'espionnage des pratiquants de Falun Gong à l'étranger par les agences de sécurité chinoises et de meurtre de prisonniers du Falun Gong pour approvisionner l'industrie de la transplantation d'organes en Chine.

Le 15 février 2005, Li Hongzhi déclare publiquement renoncer à son appartenance antérieure à la Ligue de la jeunesse communiste. Le 4 juin, Chen Yonglin, un diplomate chinois et consul politique au consulat chinois à Sydney, fait défection en Australie. Il annonce qu'une grande partie de son travail consistait à surveiller et harceler les pratiquants de Falun Gong en Australie. Quelques jours plus tard, le 8 juin, Hao Fengjun, un ancien membre du Bureau 610 de la ville de Tianjin, raconte publiquement son histoire de défection et parle de la persécution du Falun Gong en Chine[50]. Le 16 juin, on rapporte que Gao Rongrong est torturée à mort à Shenyang à l'âge de trente-sept ans[75]. En juin, le nombre de pratiquants de Falun Gong qui auraient été tués en détention à la suite de la torture et des mauvais traitements dépasse les 2 500[76].

Le lancement du relais de la flamme des droits de l'homme à Athènes en Grèce, le 9 août 2007.

Début 2006, Manfred Nowak, le Rapporteur spécial de l'ONU sur la torture annonce les résultats de son enquête de 2005 sur la torture en Chine. Il déclare que les deux tiers des cas de torture rapportés concernent les pratiquants de Falun Gong[77]. En mars, deux Chinois émettent des allégations non vérifiées que les organes vitaux d'un grand nombre de pratiquants de Falun Gong non-consentants sont utilisés pour approvisionner l'industrie de transplantation d'organes dans la ville de Shenyang[78]. En juillet, l'ancien membre du Parlement canadien David Kilgour et l'avocat des droits de l'homme international David Matas annoncent les conclusions de leur enquête sur les allégations de prélèvements d'organes. Bien que leurs éléments de preuves soient en grande partie indirects, ils concluent que les prélèvements d'organes forcés sur les pratiquants de Falun Gong sont très répandus et se poursuivent. Les autorités chinoises nient ces allégations[79].

Début 2007, les sources du Falun Gong annoncent que le nombre de décès dus à la persécution dépasse les 3 000[9]. En août, les pratiquants de Falun Gong lance le relais de la flamme olympique des droits de l’homme, qui est passé dans plus de trente-cinq pays en 2007 et 2008 avant les Jeux olympiques de Pékin en 2008[80],[81]. Le relais voulait attirer l'attention sur la question des droits de l'homme en Chine dans le cadre des Jeux olympiques, en particulier ceux liés au Falun Gong et au Tibet. Il a été soutenu par des centaines d'élus, médaillés des J.O. précédents, des groupes de défense des droits de l'homme et autres organisations concernées[80].

Depuis 2008[modifier | modifier le code]

Les plus hautes autorités chinoises continuent à lancer des campagnes de répression contre le Falun Gong au moment des « dates sensibles » et à intensifier les efforts pour « transformer » de force les pratiquants de Falun Gong dans les établissements de détention et « rééducation ». Les avocats qui tentent de défendre les accusés du Falun Gong continuent à faire face aux représailles des autorités chinoises, y compris sous forme de harcèlement, de radiation de la liste du barreau et d’emprisonnement.

Le 6 février 2008, Yu Zhou un musicien folklorique populaire, est torturé à mort onze jours après avoir été arrêté à Pékin. Son épouse, l'artiste Xu Na, est condamnée à 3 ans de prison pour possession de la littérature du Falun Gong[82]. Au cours des six premiers mois de l'année, plus de 8 000 pratiquants de Falun Gong sont arrêtés par les forces de la sécurité sous le prétexte d'empêcher les manifestations pendant les Jeux olympiques de Pékin[83]. En 2009, Xi Jinping, l'héritier présomptif du Parti communiste, est chargé du Projet 6521, envisageant des mesures de répression contre les Tibétains, les militants pour la démocratie et les pratiquants de Falun Gong lors des périodes d’anniversaires « sensibles ». Zhou Yongkang se charge des actions parallèles destinées à réprimer les pratiquants de Falun Gong, les séparatistes ethniques et les manifestants[84]. Le 13 mai, Zhang Kai et Li Chunfu, les avocats de Weiquan, sont violemment battus et détenus à Chongqing pour avoir mené une enquête sur la mort de Jiang Xiqing, un pratiquant de Falun Gong âgé de 66 ans, tué dans un camp de travaux forcés[85]. Le 4 juillet, Wang Yonghang, avocat de la ville de Dalian, est enlevé à son domicile par des agents de sécurité, interrogé et battu pour avoir défendu des pratiquants de Falun Gong[86]. En novembre 2009, Wang est condamné par un tribunal à huis clos à sept ans de prison pour son plaidoyer en faveur des pratiquants de Falun Gong. Lorsque ses avocats ont été autorisés à le visiter en janvier 2010, ils ont déclaré qu'il avait été torturé[87]. En novembre, Jiang Zemin et d'autres fonctionnaires chinois de haut rang sont inculpés par un tribunal espagnol à la suite des accusations de génocide et de crimes contre l'humanité pour leur implication dans la répression du Falun Gong[88]. Un mois plus tard, un juge argentin conclut que les hauts responsables chinois Jiang Zemin et Luo Gan ont mis en œuvre une « stratégie de génocide » dans le but d'éradiquer le Falun Gong, et demande à l’Interpol de les faire arrêter[89],[90].

En 2010, plus de cent pratiquants de Falun Gong à Shanghai sont arrêtés et détenus dans le cadre de l’Exposition universelle de Shanghai. Certains auraient été torturés à cause de leur refus d’abandonner le Falun Gong[91]. En mars, la Chambre des représentants des États-Unis adopte une résolution reconnaissant et condamnant la répression du Falun Gong en Chine[92]. Au printemps 2010, les autorités chinoises lancent une nouvelle campagne de trois ans de transformation forcée d’une grande partie des pratiquants de Falun Gong par des classes de rééducation[93]. Le 22 avril 2010, Liu Wei et Tang Jitian, des avocats de Pékin, sont rayés du barreau à titre permanent pour avoir défendu des pratiquants de Falun Gong[94].

En mai 2011, un procès est intenté au nom des pratiquants de Falun Gong contre Cisco. La poursuite allègue, en se basant principalement sur des documents internes de Cisco, que cette société de haute technologie a « conçu et mis en œuvre un système de surveillance pour le Parti communiste chinois, en sachant qu'il serait utilisé pour persécuter les membres de la religion Falun Gong et les soumettre à la détention, aux travaux forcés et à la torture »[95].

Selon des sources du Falun Gong, en 2012, des personnes se sont spontanément opposées en plusieurs occasions à la répression[96]. En avril, trois cents familles du village de Zhouguantun de la ville de Botou, province du Hebei, signent une pétition demandant la libération de Wang Xiaodong, un pratiquant local de Falun Gong qui avait été arrêté à son domicile le 25 février[97]. En mai, 562 personnes du canton de Tanghai de la ville de Tangshan signent une pétition demandant la libération du pratiquant de Falun Gong M. Zheng Xiangxing, qui avait été arrêté le 25 février[98]. En juin, quinze mille personnes de la province du Heilongjiang signent une pétition demandant que le gouvernement ouvre une enquête sur la mort soudaine de M. Qin Yueming, un pratiquant de Falun Gong qui était emprisonné, et punisse le meurtrier[99]. En juin, plus de 1000 personnes signent spontanément une pétition pour sauver M. Li Lankui, un pratiquant de Falun Gong[100]. Le 4 juillet 2012, les résidents de l’agglomération de Xipingle du canton de Zhengding, ont suspendu des ballons et des banderoles avec les mots « Le monde a besoin d’Authenticité-Bienveillance-Tolérance », « La liberté de croyance », « Arrêtez la persécution » et d’autres slogans similaires pour attirer davantage l'attention sur ce cas. Les ballons ont été lâchés dans l'air autour des zones aéroportuaires et résidentielles locales[101].

En mai 2013, au Canada, les maires de St. Charles, de St. Peters, d’O’Fallon et de Wentzville proclament le 13 mai 2013 la « Journée de Falun Dafa »[102]. La « pétition pour le Haut-Commissaire aux Droits Humains des Nations Unies, demandant l’arrêt immédiat des prélèvements forcés d’organes sur les pratiquants de Falun Gong en Chine », organisée de juillet à novembre dans plus d’une cinquantaine de pays sur quatre continents, recueille près de un million et demi de signatures[103],[104]. Le 12 décembre, le Parlement européen vote à la majorité absolue une résolution condamnant les prélèvements forcés et systématiques d'organes effectués par l'État chinois, une pratique qui touche en particulier les pratiquants du Falun Gong. La résolution appelle également à la libération immédiate de tous les prisonniers d'opinion en Chine, dont les pratiquants du Falun Gong[105].

Le 13 juin 2016, la Chambre des représentants des États-Unis a adopté à l'unanimité la résolution 343 demandant au régime communiste chinois de cesser immédiatement les prélèvements forcés d'organes sur des pratiquants de Falun Gong et d'autres prisonniers de conscience. La résolution demande aussi la fin immédiate de la persécution du Falun Gong, qui se perpétue depuis dix-sept ans. Elle demande également la libération de tous les pratiquants de Falun Gong et autres prisonniers de conscience emprisonnés et l'ouverture d'une enquête crédible, transparente et indépendante sur le système de transplantation d'organes en Chine[106].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p, q et r (en) David Ownby, Falun Gong and the Future of China, Oxford University Press, USA, , p. 89
  2. a, b, c, d, e, f, g et h David Palmer, La fièvre du qigong : guérison, religion et politique en Chine, Editions de l'Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, coll. « Rech. Hist. Sc. Soc. », (ISBN 978-2713220104)
  3. (en) Zhu Xiaoyang et Benjamin Penny, The Qigong boom, vol. 27, M.E. Sharpe, coll. « Chinese sociology and anthropology », (ISSN 0009-4625), chap. 1, p. 13-20
  4. a et b (en) Benjamin Penny, « The Life and Times of Li Hongzhi : Falun Gong and Religious Biography », The China Quarterly, Cambridge University Press, vol. 175,‎ , p. 643-661
  5. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p, q, r, s, t, u et v (en) Benjamin Penny, The Religion of Falun Gong, University of Chicago Press, (ISBN 978-0226655017)
  6. a, b et c (en) Jennifer Zeng, "Witnessing history : one Chinese woman's fight for freedom", Allen & Unwin, (ISBN 1569474214), p. 329–335
  7. a, b et c (en) Noah Porter, Falun Gong in the United States : An Ethnographic Study, Dissertation.com, (ISBN 978-1581121902), p. 70
  8. a et b (en) David Ownby, « The Falun Gong in the New World », European Journal of East Asian Studies, vol. 2, no 2,‎ , p. 306 (DOI 10.1163/157006103771378437)
  9. a, b, c, d, e et f (en) « Falun Gong : Timeline », Falun Dafa Information Center, (consulté le 16 août 2014)
  10. a, b et c (en) Danny Schechter, Falun Gong’s Challenge to China : Spiritual Practice or "Evil Cult" ?, Akashic Books, (ISBN 978-1888451276), p. 42
  11. (en) Scott Lowe, « Chinese and InternationalContexts for the Rise of Falun Gong », Nova Religio, vol. 6, no 2,‎ , p. 263-276
  12. a et b (en) David Ownby, Falun Gong and the Future of China, USA, Oxford University Press, (lire en ligne), p. 88-89
  13. (en) James Tong, « An Organizational Analysis of the Falun Gong : Structure, Communications, Financing », The China Quarterly, Cambridge University Press, vol. 171,‎ , p. 670 (DOI 10.1017/S0009443902000402)
  14. a, b, c, d, e, f et g (en) James Tong, Revenge of the Forbidden City, Oxford University Press, USA, (ISBN 978-0195377286)
  15. David Palmer, La fièvre du qigong : guérison, religion et politique en Chine, Editions de l'Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, coll. « Rech. Hist. Sc. Soc. », (ISBN 978-2713220104), p. 248
  16. (en) Danny Schechter, Falun Gong’s Challenge to China : Spiritual Practice or "Evil Cult" ?, Akashic Books, (ISBN 978-1888451276), p. 66
  17. David Palmer, La fièvre du qigong : guérison, religion et politique en Chine, Editions de l'Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, coll. « Rech. Hist. Sc. Soc. », (ISBN 978-2713220104), p. 249
  18. David Palmer, La fièvre du qigong : guérison, religion et politique en Chine, Editions de l'Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, coll. « Rech. Hist. Sc. Soc. », (ISBN 978-2713220104), p. 263
  19. David Palmer, La fièvre du qigong : guérison, religion et politique en Chine, Editions de l'Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, coll. « Rech. Hist. Sc. Soc. », (ISBN 978-2713220104), p. 180
  20. a et b David Palmer, La fièvre du qigong : guérison, religion et politique en Chine, Editions de l'Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, coll. « Rech. Hist. Sc. Soc. », (ISBN 978-2713220104), p. 265
  21. David Ownby, « Qigong, Falun Gong, et la religion de l'État moderne chinois », Sociologie et sociétés, vol. 38, no 1,‎ (ISSN 1492-1375, DOI 10.7202/013710ar, lire en ligne)
  22. (en) David Palmer, Qigong Fever : Body, Science, and Utopia in China, Columbia University Press, (ISBN 978-0231140669), p. 265
  23. (en) Seth Faison, « In Beijing : A Roar of Silent Protesters », New York Times,‎ (lire en ligne)
  24. (en) Joseph Kahn, « Notoriety Now for Movement’s Leader », New York Times,‎ (lire en ligne)
  25. (en) Renee Schoof, « Growing group poses a dilemma for China », The Philadelphia Inquirer,‎
  26. (en) Bay Fang, « An opiate of the masses ? », U.S. News and World Report, (consulté le 29 décembre 2013)
  27. (en) Phillip Adams, « Media and Internet Censorship in China », Late Night Live, Radio National Australia, (consulté le 30 décembre 2013)
  28. David Palmer, La fièvre du qigong : guérison, religion et politique en Chine, Editions de l'Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, coll. « Rech. Hist. Sc. Soc. », (ISBN 978-2713220104), p. 266
  29. David Palmer, La fièvre du qigong : guérison, religion et politique en Chine, Editions de l'Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, coll. « Rech. Hist. Sc. Soc. », (ISBN 978-2713220104), p. 266-267
  30. a et b (en) Ethan Gutmann, « An Occurrence on Fuyou Street », National Review, vol. 61, no 13,‎ (lire en ligne)
  31. Antoine Paoli, op. cit. : « Les premières attaques contre le Falungong sont venues des intellectuels. Certains d'entre eux ont commencé à mettre en garde leurs concitoyens contre les risques de manipulation mentale. Une première manifestation a lieu devant le siège de la radio officielle à Pékin en 1998, à la suite de l'interview d'un physicien, le Pr He Zuoxiu, qui dénonce les pratiques du mouvement. Le Falun Gong clarifie son point de vue puisqu'il obtient le remplacement de l'émission prévue par un programme présentant ses activités sous un jour favorable. En mars 1999, à Tianjin, une deuxième manifestation contre un article du même professeur se termine, cette fois, par des échauffourées avec la police. »
  32. Heather Kavan (Massey University), Falun Gong in the media : What can we believe?, ANZCA08 Conference, Power and Place, Wellington, July 2008 : « an obscure academic magazine in Tianjin published a critique of Falun Gong by renowned physicist He Zuoxin. The article might have gone unnoticed, except that six thousand Falun Gong protestors occupied the University over three days, demanding a retraction. The editors refused, responding that scientific publications do not print retractions. The protest developed into a riot – although this appears to have happened after the riot police arrived – and up to 45 people were arrested (the numbers vary in different accounts). »
  33. (en) Danny Schechter, Falun Gong’s Challenge to China : Spiritual Practice or "Evil Cult" ?, Akashic Books, (ISBN 978-1888451276), p. 69
  34. David Ownby, Falun Gong and the Future of China, Oxford University Press, 2009, 312 p., p. 15 (Introduction) : « when a peaceful Falun Gong protest in mid-April 1999 [...] was met with police brutality, a decision was made - surely by Li Hongzhi, who was in Beijing en route to Australian – to employ the same strategy at the highest possible level, that of China's central leadership ».
  35. (en) Jay Nordlinger, Crackdown Time: Why Beijing fears the Falun Gong, National Review, Vol. 51, Issue 18, p. 26, Sept 27, 1999.
  36. (en) James Tong, Revenge of the Forbidden City, Oxford University Press, USA, (ISBN 978-0195377286), p. 3-10
  37. Heather Kavan, op. cit. : « To appeal their alleged vilification and the arrests, Falun Gong made the tactical mistake for which they are most remembered. »
  38. David Ownby, Qigong, Falun Gong, et la religion de l'État moderne chinois, CETASE, Université de Montréal, 2006, p. 106.
  39. (en) Xinhua, "Truth on Falun Gong : Fight against pseudoscience important", Mingjing.org, consulté le 28 septembre 2007.
  40. Gérard-Marie Henry, Quand la Chine s'essoufflera : Atterrissage en douceur ou crash ?, Jeunes Editions, coll. « Perspectives », (lire en ligne), p. 199
  41. Heather Kavan, op. cit. : « It is at this point that the story is taken up by Xinhua (China’s news agency) and the Western media. »
  42. a et b (zh-Hant) Zong Hairen, Zhu Rongji in 1999, Ming Jing, (ISBN 978-9628744510), p. 60-61
  43. (en) Charles Hutzler, « Chinese Leaders Prepare Careful Crackdown Against Secretive Group », Associated Press,‎ (lire en ligne)
  44. (en) Susan V. Lawrence, « Religion : Pilgrim’s Protest », Far Eastern Economic Review,‎
  45. (en) Li Hongzhi, « Some Thoughts of Mine », (consulté le 29 décembre 2013)
  46. (en) Sing Tao Jih Pao, « Police Break Up Falun Gong Gathering of 70,000 in Beijing », BBC Summary of World Broadcasts, British Broadcasting Corporation,‎
  47. a, b et c (en) Sarah Cook et Leeshai Lemish, « The 610 Office : Policing the Chinese Spirit », China Brief, vol. 11, no 17,‎ (lire en ligne)
  48. (en) James Tong, Revenge of the Forbidden City, Oxford University Press, USA, (ISBN 978-0195377286), p. 44
  49. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j (en) Mickey Spiegel, Dangerous Meditation : China's Campaign Against Falungong, Human Rights Watch, (ISBN 1-56432-270-X, lire en ligne)
  50. a et b (en) Ethan Gutmann, « Hacker Nation : China’s Cyber Assault », World Affairs Journal, mai/juin 2010 (consulté le 29 décembre 2013)
  51. (en) Falun Gong Human Rights Working Group, « Ding Yan Tortured to Death in the "Water Cage" » (consulté le 29 décembre 2013)
  52. (en) Erik Eckholm, « China Sect Members Covertly Meet Press and Ask World's Help », New York Times,‎ (lire en ligne)
  53. a, b, c, d et e « Chine : La répression s’abat sur le Fa Lun Gong et d’autres 'organisations hérétiques' », Amnesty International, (consulté le 29 décembre 2013)
  54. a et b Benoît Vermander, « La Chine au miroir du Falun Gong », Perspectives chinoises, no 64,‎ , p. 5 (DOI 10.3406/perch.2001.2603, lire en ligne)
  55. (en) Ian Johnson, « A Deadly Exercise », Wall Street Journal,‎ (lire en ligne)
  56. (en) Elisabeth Rosenthal, « China Admits Banned Sect Is Continuing Its Protest », New York Times,‎ (lire en ligne)
  57. (en) John Meagher, « I went home to China from Trinity -- and was put in a torture jail for two years », Irish Independent,‎ (lire en ligne)
  58. (en) « Zhang Kulun - An Illustrative Case », Human Rights Watch (consulté le 29 décembre 2013)
  59. a et b (en) John Pomfret et Philip P. Pan, « Torture is Breaking Falun Gong », Washington Post,‎ (lire en ligne)
  60. (en) Khabir Ahmad, « International concern grows over psychiatric abuses in China », The Lancet, vol. 356, no 9233,‎ , p. 920 (lire en ligne)
  61. (en) Vancouver Falun Dafa Practitioners’ Protest Site, « Timeline of Persecution » (consulté le 29 décembre 2013)
  62. a et b (en) « Direct Litigation », Human Rights Law Foundation (consulté le 29 décembre 2013)
  63. a et b (en) Leeshai Lemish, « Media and New Religious Movements : The Case of Falun Gong », 11–13 juin 2009 (consulté le 2 janvier 2014) : « Article présenté à la conférence 2009 du CESNUR Conference à Salt Lake City, Utah »
  64. Ethan Gutmann, « The Chinese Internet : A dream deferred ? », Intervention au « National Endowment for Democracy discussion 'Tiananmen 20 years on', Panel 1 'Refinement of Repression' », le 2 juin 2009 [(en) voir en ligne, à partir de la position 36:04 (page consultée le 2 janvier 2014)]
  65. (en) CNN, « China detains 40 Western Falun Gong activists » [archive du ], (consulté le 30 décembre 2013)
  66. a, b et c (en) Ethan Gutmann, « Into Thin Airwaves », Weekly Standard, vol. 16, no 12,‎ (lire en ligne)
  67. (en) Philip Shenon, « Iceland Bars American Falun Gong Followers », New York Times,‎ , A.7 (lire en ligne)
  68. (en) Clearwisdom.net, « U.S. House of Representatives Unanimously Passes Resolution Urging Chinese Government to Cease Its Persecution of Falun Gong Practitioners », (consulté le 30 novembre 2013)
  69. (en) Clearwisdom.net, « Table of Lawsuits Filed Against Former Chinese Leader Jiang Zemin and His Followers by Falun Gong Practitioners around the World », (consulté le 30 décembre 2013)
  70. (en) « Congressional Record Senate », (consulté le 30 décembre 2013)
  71. (en) Falun Dafa Information Center, « High-Level Chinese Officials Found Guilty of Crimes Against Humanity », (consulté le 30 décembre 2013)
  72. (en) John Turley-Ewart, « Falun Gong persecution spreads to Canada », The National Post,‎ (lire en ligne)
  73. (en) « United States Congress Concurrent Resolution : Expressing the sense of Congress regarding oppression by the Government of the People's Republic of China of Falun Gong in the United States and in China », (consulté le 30 décembre 2013)
  74. (en) Gao Zhisheng, A China More Just, Broad Press USA, (ISBN 978-1932674361)
  75. « République populaire de Chine : Abolir la 'rééducation par le travail' », Amnesty International, (consulté le 30 décembre 2013), p. 7
  76. (en) Falun Dafa Information Center, « Persecution: Timeline », (consulté le 30 décembre 2013)
  77. (en) Manfred Nowak, « Report of the Special Rapporteur on torture and other cruel, inhuman or degrading treatment or punishment : mission to China », United Nations, (consulté le 30 décembre 2013), p. 13
  78. (en) « Essential Information on Organ Harvesting from Falun Gong Practitioners in China », The Epoch Times, (consulté le 30 décembre 2013)
  79. David Kilgour et David Matas, « Prélèvements meurtriers : deuxième rapport concernant les allégations de prélèvement d'organes sur des pratiquants de Falun Gong en Chine », (consulté le 30 décembre 2013)
  80. a et b (en) Alanah May Eriksen, « Human rights marchers want Olympic boycott », New Zealand Herald,‎ (lire en ligne)
  81. (en) « City rally hears student's tale of torture, imprisonment in China », The Calgary Herald, (consulté le 30 décembre 2013)
  82. (en) Andrew Jacobs, « China Still Presses Crusade Against Falun Gong », New York Times,‎ (lire en ligne)
  83. (en) Congressional-Executive Commission on China, « 2008 Annual Report », (consulté le 31 décembre 2013)
  84. (en) Ching Cheong, « China Acts to Defuse 'Crisis Year' », Singapore Straits Times,‎ (lire en ligne)
  85. (en) « Beijing Lawyers Beaten for Representing Falun Gong Case », Human Rights in China, (consulté le 31 décembre 2013)
  86. « Un avocat spécialiste des droits humains détenu et torturé », Amnesty International, (consulté le 31 décembre 2013)
  87. (en) Congressional Executive Commission on China, « 2010 Annual Report », (consulté le 31 décembre 2013), p. 104
  88. (es) « La Audiencia pide interrogar al ex presidente chino Jiang por genocidio », El Mundo,‎ (lire en ligne)
  89. Charlotte Cuthbertson, « Des hauts dirigeants chinois accusés de génocide convoqués par un juge espagnol », Epoch Times, (consulté le 31 décembre 2013)
  90. (en) Luis Andres Henao, « Argentine judge asks China arrests over Falun Gong », Reuters, (consulté le 31 décembre 2013)
  91. (en) « 2010 Annual Report », Congressional Executive Commission on China, (consulté le 31 décembre 2013)
  92. (en) Bruce Einhorn, « Congress Challenges China on Falun Gong & Yuan », Business Week,‎ (lire en ligne)
  93. (en) « Communist Party Calls for Increased Efforts To 'Transform' Falun Gong Practitioners as Part of Three-Year Campaign », Congressional Executive Commission on China, (consulté le 2 janvier 2014)
  94. « L'état de droit est une illusion lorsque les avocats de la défense ne sont pas en mesure de remplir leur rôle légitime », Amnesty International, (consulté le 2 janvier 2014)
  95. David Civera, « Cisco accusé d'aider la Chine à bloquer Internet », Tom's Hardware FR, (consulté le 2 janvier 2014)
  96. « Une année de bouleversements pour Pékin (1ère partie) », fr.minghui.org, (consulté le 2 janvier 2014)
  97. Angela Wang, « Des villageois viennent à la défense d'un concitoyen persécuté », Epoch Times, (consulté le 2 janvier 2014)
  98. « 562 Signatures réclament la libération d’un honnête homme d’affaires M. Zheng Xiangxing », fr.minghui.org, (consulté le 2 janvier 2014)
  99. (en) « Falun Gong in China: Review and Update », Congressional Executive Commission on China, (consulté le 2 janvier 2014)
  100. « Chine. Des villageois en détention risquent la torture », Amnesty International, (consulté le 2 janvier 2014)
  101. « Plus de 700 personnes joignent leurs efforts pour secourir M. Li Lankui », (consulté le 2 janvier 2014)
  102. (en) Samanthula Vasudha, « Falun Dafa Day celebrated », (consulté le 3 janvier 2013)
  103. France 5, le magazine de la santé du 4 décembre 2013 [voir en ligne (page consultée le 3 janvier 2014)]
  104. (en) « Petition to the UN High Commissioner for Human Rights Calling for an Immediate End of Forced Organ Harvesting From Falun Gong Practitioners in China » (consulté le 3 janvier 2014)
  105. « Résolution du Parlement européen du 12 décembre 2013 sur le prélèvement d'organes en Chine », (consulté le 2 janvier 2014)
  106. (en) « H.Res.343 - Expressing concern regarding persistent and credible reports of systematic, state-sanctioned organ harvesting from non-consenting prisoners of conscience in the People's Republic of China, including from large numbers of Falun Gong practitioners and members of other religious and ethnic minority groups. », U.S. Congress gov., (consulté le 20 juin 2016)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]