Histoire de la symphonie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Une symphonie est une composition instrumentale savante, de proportions généralement vastes, comprenant plusieurs mouvements joints ou disjoints et faisant appel aux ressources de l'orchestre symphonique.

L'histoire de ce genre musical remonte au XVIIIe siècle avec l'apparition de la sonate qui, adaptée à l'orchestre, devint vite la symphonie.

Joseph Haydn.
Portrait par Thomas Hardy (1792).

Dès les premiers temps du genre, de grands maitres se sont très vite affirmés. Ainsi, après les premiers pionniers de la symphonie tels Johan Agrell, Carl Philipp Emanuel Bach ou François-Joseph Gossec, arriva Joseph Haydn (1732-1809), surnommé le « père de la symphonie » car il est le premier à avoir déterminé le cadre général de la symphonie. Il est également très productif avec cent quatre symphonies à son actif, celles-ci portant généralement un nom (La Reine, L’Ours...)

Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791), prenant exemple sur Joseph Haydn, écrivit quarante et une symphonies, dont la dernière, Jupiter, est la plus célèbre.

Ludwig van Beethoven (1770-1827) a immortalisé le genre avec les célèbres Troisième, Cinquième, Sixième et Neuvième symphonies, cette dernière s'achevant sur l'Ode à la joie, passage le plus célèbre de l'histoire de la symphonie.

Franz Schubert (1797-1828) écrivit dix symphonies, dont la Neuvième, La Grande, est la plus célèbre.

Félix Mendelssohn (1809-1947) en composa cinq, dont les symphonies « Italienne » et « Écossaise » sont les plus célèbres.

Gustav Mahler (1860-1911)

Robert Schumann (1810-1856) et Johannes Brahms (1833-1897) laissèrent tous deux quatre symphonies s'inscrivant dans la tradition initiée par Beethoven.

La forme de l’œuvre connait une forte amplification dans l'école allemande avec Anton Bruckner (1824-1896), Richard Strauss (1864-1949) et surtout Gustav Mahler (1860-1911) dont l’œuvre fait maintenant souvent appel aux voix avec des textes littéraires très différents tels le Veni Creator ou le Second Faust de Goethe.

La période romantique en France est dominée par le seul nom d'Hector Berlioz (1803-1869), qui laissa quatre, dont la première, Symphonie fantastique, est la plus célèbre. Mais après 1870, il fut suivi par Camille Saint-Saëns (1835-1921) et bien d'autres.

En Russie, un des principaux compositeurs est Piotr Ilitch Tchaïkovski (1840-1893), qui laissa six symphonies, dont la dernière, Pathétique, est la plus célèbre.