Histoire de l'Angola

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
L'Angola (en rose) sur une carte des possessions portugaises en Afrique méridionale (1891)

L’histoire de l’Angola commence avec les peuples de langues khoïsan avant de se poursuivre avec l’immigration et l'occupation du futur territoire angolais par les peuples de langue bantoue après 1000.

Ancienne colonie portugaise, c’est le deuxième pays lusophone par son étendue et le troisième par sa population. L’État angolais est né en 1975. Les frontières actuelles résultent de la colonisation européenne. La plupart de la population a entretemps développé une identité sociale nationale, mais les ethnies africaines ont en même temps maintenu leurs identités sociales spécifiques.

Origine[modifier | modifier le code]

Groupes ethniques de l’Angola.

Les premiers habitants de l’Angola sont des khoïsan vivant de chasse et de cueillette, ne connaissant ni le métal, ni l’agriculture. Leurs sociétés, peu nombreuses, n’étaient (et ne sont toujours pas) pas hiérarchiques, mais égalitaires.

Les peuples de langue bantoue commencèrent à émigrer par vagues successives depuis le golfe de Guinée et atteignirent la région dans les premiers siècles après l'an 1000. Les Khoïsan furent progressivement absorbés ou repoussés vers le sud où des petits groupes résiduels existent jusqu'aujourd'hui. Les Bantous constituèrent au long des siècles toute une série d'ethnies, normalement divisées en sous-groupes[1]. Chaque ethnie ou sous-groupe s’identifie à un ancêtre mythique, mais ces ethnies ne cessent d’évoluer avec leurs lignages et autres clivages donnant souvent naissance à d’autres sous-groupes parfois antagonistes. Les Bantous imposèrent une société hiérarchique et apportèrent la métallurgie et l’agriculture. Les terres étaient invendables et étaient une propriété collective. L’esclavage était déjà connu, et était juridique, les prisonniers de guerre ou les criminels devenant des esclaves temporaires. Assez tôt se formèrent des unités politiques d'envergure, dont les plus connues sont le Royaume Kongo et le Royaume Lunda

Les Bakongo arrivèrent à créer une civilisation puissante. Leur royaume finit par dominer le nord-est de l'Angola actuelle, l'ouest de la République démocratique du Congo et de la République du Congo ainsi que le sud du Gabon. Il était à son apogée lors de l’arrivée des Européens, grâce à l’échange d’objets de fer (armes, houes) contre de l’ivoire avec les peuples de l’intérieur. Le souverain, le mani-kongo, vivait dans une vaste capitale, Mbanza-Kongo (le fort des Kongo). Les Bakongo utilisaient les coquillages comme monnaie, et le tissage des habits avec du raphia ou du cuir ainsi que le travail du métal étaient réservés aux aristocrates : les mani vangu-vangu. Le léopard est considéré comme un animal sacré, symbole de l’intelligence. Nombreux seront les dignitaires à porter un chapeau léopard en guise de couronne.

Au sud de ce royaume, les Ambundu (dont une partie était liée au mani-kongo) constituèrent plusieurs états, notamment Ndongo (dont le roi porte le titre de Ngola, d’où le pays tirera plus tard son nom) et Matamba. Au nord-est s'imposa le Royaume Lunda dont le centre se trouvait dans l'extrême sud (Katanga devenu Shaba) de la République démocratique du Congo.

Au centre du pays, sur les plateaux, se forme une autre importante ethnie, les Ovimbundu, qui constituent également plusieurs états. Ceux-ci soumettent pendant certaines périodes des petites ethnies vivant plus à l'est[2] et leur imposent un tribut (esclaves, bétail, métaux). Leur langue, l’umbundu, se répand comme langue commerciale dans l’est du pays. À l'ouest, les Ovimbundu assimilent progressivement les populations vivant entre les montagnes et la mer.

Au sud des Ovimbundu se constituent toute une série de peuples - surtout les Nyaneka-Nkhumbi, qui combinent l'agriculture et l'élevage, et les Ovambo qui vivent de l’élevage et du commerce de sel et de fer[3].

Colonisation[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Afrique occidentale portugaise.

Arrivée des Européens[modifier | modifier le code]

Audience de Portugais par le roi des Kongos

Vers 1482, l'explorateur portugais Diogo Cão atteint le Cap du Loup à l'embouchure du fleuve Congo. Les Portugais débarquent et gravent le blason du Portugal sur le rocher de Matadi (en République démocratique du Congo) et érigent une croix sur les côtes angolaises (padrão). Les Portugais tirent d'abord profit de la stupeur des Africains voyant pour la première fois des hommes blancs ayant des armes à feu inconnues, le mani-kongo est alphabétisé et converti tandis que des collèges jésuites sont construits. Les Portugais forment aussi des tailleurs de pierres (probablement pour construire des églises), Mbanza Kongo est rebaptisé São Salvador (Saint-Sauveur) de Kongo. La majeure partie de la population vit néanmoins le christianisme comme une magie supplémentaire des nobles.

Une guerre civile entre pro et anti-Portugais éclate en 1506 et se termine avec la victoire des premiers. Mais les Portugais apprirent aussi aux Bakongos à fabriquer et utiliser des arquebuses et des mousquets à mèches. Le fleuve que les Bakongos appelaient Nzadi ou Nzere donna Zaïre en portugais. Le royaume Kongo est alors à son apogée et compte environ quatre millions d'habitants et est donc plus peuplé que le Portugal (1,5 million).

Les relations entre Portugais et Kongos d'abord égalitaires – échange d'ivoire contre armes à feu – tournent vers une mainmise des Portugais qui, désireux de s'approprier les mines d'or et de se procurer des esclaves pour leurs colonies du Brésil, employèrent la force. Les Portugais poussent les Bakongos à faire la guerre contre les ethnies voisines afin de capturer des esclaves et les échanger contre des produits manufacturés.

En 1567, le comptoir négrier de Luanda est construit au sud du Royaume du Congo, en territoire habité par les Akwambundu "Mundu du Nord". C'est à partir de cette tête de pont que les portugais comencèrent à canaliser les gros du trafic d'esclaves et occupèrent un territoire (au début assez limité) auquel ils donnèrent le nom d'Angola.

Mais en 1568, les Bayakas razzieurs nomades arrivent à prendre São Salvador et les Portugais doivent intervenir avec les premiers canons. Après cet échec, les Bakongos et les Portugais se brouillent et les Portugais prennent même des sujets du mani-kongo comme esclaves. Ils enlèvent deux neveux du mani-kongo (roi) comme esclaves et un attentat contre celui-ci échoue.

En 1630, les Hollandais expulsent les Portugais de Luanda. Les esclaves sont alors déportés vers des plantations brésiliennes. Les côtes angolaises sont désormais devenues le plus fameux comptoir négrier de l´Afrique. En 1650, les colons portugais du Brésil parviennent à chasser les Hollandais. La guerre entre Kongos et Portugais reprend et se termine en 1668. Le mani-kongo est décapité durant la bataille d'Ambuila et le royaume du Kongo commence à se décomposer. Les Européens avaient la maîtrise de l'armement ; ils possédaient des arquebuses à rouet qui leur permettaient de tirer plusieurs coups de suite, des armures et des canons, alors que les Africains, certes plus nombreux, n'avaient que des fusils à mèche, des lances, des flèches, des machettes, des boucliers, des haches et des massues.

Les Kongos de l'actuel Congo-Kinshasa ont été moins touchés par la traite, car les négriers portugais avaient peur des rapides sur le fleuve Congo. Au cours du XVIe siècle, les Kwanyamas venus du sud s'installent le long du fleuve Cunene.

En 1671, les Portugais dominent les armées Mbundu et leur imposent un quota d'esclaves à fournir.

De la traite à la colonisation[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Angola portugais.

L'Angola est le premier pays africain à connaître le colonialisme européen. Le Portugal se limite à la région côtière et les rives du fleuve Congo.

Le pays devient un vaste territoire de chasse aux esclaves à destination du Brésil et de Cuba. On estime que, du XVIe siècle au XIXe siècle, quelque seize millions d'Africains auraient été déportés à bord de bateaux portugais, quatre millions d'entre eux auraient survécu au voyage et seraient devenus des esclaves au Brésil. Durant tout le régime esclavagiste, l'Angola reste lié au Brésil parce qu'il lui fournissait les esclaves pour travailler dans les plantations, les mines, etc., et qu'en retour le Brésil envoyait ses trafiquants, ses fonctionnaires et « son portugais », c'est-à-dire la variété de cette langue parlée au Brésil.

Les colons portugais et brésiliens s'installent sur les côtes et se mélangent à la population noire pour consolider l'Angola comme possession portugaise, les Portugais y fondent des villes comme Luanda (1575) ou Benguela qui possèdent des prisons pour garder les esclaves jusqu'à leur embarquement. Une importante communauté métissée se développe, sa culture mêlant les coutumes africaines et celles des Portugais.

En 1836, les Portugais interdisent la Traite des Noirs. L'Angola aura été le pays le plus dépeuplé par la traite. Vers la fin du XIXe siècle apparaissent les Tchokwés, une ethnie apparentée aux Lundas, fournissant de l'ivoire aux Européens par l'intermédiaire des ethnies côtières.

À la toute fin du XIXe siècle, les Portugais commencent à développer l'intérieur du pays, mais la conquête du reste de l'Angola est lente. En 1920, après plus de 174 campagnes militaires, le Portugal contrôle tout le pays. Au cours de cette conquista, les Portugais sauront user des guerres interethniques entre Africains. Les Portugais font construire un chemin de fer de Luanda vers l'intérieur et développent la culture du café, du sucre, la sylviculture et l'extraction du fer et du diamant. Ces matières premières exportées par les ports de la côte, alimentaient à des prix imbattables l'industrie portugaise. L'extraction pétrolière commence en 1954.

Régime de l'indigénat[modifier | modifier le code]

À partir de 1933, date de la fondation de l'Estado Novo (« Nouvel État ») par Antonio de Oliveira Salazar au Portugal, le régime colonial se durcit considérablement. Le Portugal instaure alors le « régime de l'indigénat ».

Trois catégories d'individus sont instituées :

  • les civilizados, les Portugais ;
  • les assimilados regroupant les métis et quelques Noirs qui ont accès à l'instruction (en portugais) ;
  • les indígenas, les Noirs (98 % de la population), dont une partie est soumise aux travaux forcés, à l'interdiction de circuler la nuit, aux réquisitions, aux impôts sur les « réserves » et à un ensemble d'autres mesures tout aussi répressives telles que les châtiments corporels (dans certains cas).

Ce système colonial perdure jusqu'en 1954, alors qu'il est considérablement allégé, puis définitivement aboli en 1962.

Province d'outre-mer[modifier | modifier le code]

En 1951, l'Angola devient une « province d'outre-mer ». Les Angolais peuvent devenir des « citoyens portugais » moyennant certaines conditions.

Cependant les mouvements d'opposition grandissent, des partis politiques tels que le Mouvement populaire de libération de l'Angola (MPLA) un mouvement d'orientation marxiste, expression des métis et des citadins et l'UNPA sont créés en 1956. Le 4 février 1961 les membres du MPLA attaquent la prison de Luanda afin de libérer les prisonniers politiques et massacrent 2 000 colons portugais. Les représailles de l'armée portugaise font 10 000 victimes dans la communauté noire et des centaines de milliers d'Angolais doivent fuir vers le Congo-Léopoldville. Cette « insurrection de Luanda » assimilée à une véritable « prise de la Bastille » déclenche la guerre d'indépendance.

Le Portugal est présent avec un contingent d'environ 200 000 hommes venus de métropole et des corps de colons volontaires. Trois groupes armés se constituent en face :

Le Portugal n'envisage alors pas du tout de décoloniser l'Angola mais de l'intégrer comme province. En effet ce Brésil avorté avait un rôle clé dans l'économie portugaise : fournir des devises fortes (diamant, pétrole), des matières premières bon marché pour l'industrie (coton, sucre, café, bois), la politique du président Salazar étant basée sur une substitution des importations. Il constituait également un réservoir de travailleurs forcés.

Dès 1962, le FNLA forme un gouvernement angolais en exil à Léopoldville et l'ONU condamne les massacres portugais et reconnaît le droit du peuple angolais à l'indépendance. Pour calmer les mouvements indépendantistes, le Portugal abolit le travail forcé en 1962, et accepte d'investir plus d'argent en Angola. En effet, l'effectif des enseignants quadruple entre 1961 et 1974. Cependant la plupart des élèves du secondaire étaient toujours blancs. La métropole offre la citoyenneté portugaise à tous les Angolais ; si certains l'acceptent et émigrent au Portugal à la recherche d'un meilleur niveau de vie, d'autres la rejettent par conviction nationaliste. Lisbonne chercha un soutien étranger en ouvrant sa colonie aux capitaux étrangers, l'exploitation du pétrole fut confiée aux entreprises française et américaines, celle du diamant aux Belges (encore maîtres du Congo voisin) et aux Sud-Africains. Ceci marque un tournant dans l'histoire africaine, les puissances coloniales perdent petit à petit pied dans le continent, pas seulement au profit des Africains mais aussi de nouvelles puissances impériales [réf. nécessaire].

L'armée portugaise en action en Angola.

Le Portugal impose alors un service militaire et envoie des centaines de milliers de soldats pour tenir l'Angola ; 3300 soldats portugais mourront en 14 ans de guerre tandis que dans d'autres provinces d'outre-mer, au Mozambique et en Guinée, se déclenchent des guerres du même type. L'effort de guerre absorbera 40 % du budget de l'État. Le Portugal devient pays d'émigration et devra faire venir de la main-d'œuvre africaine.

Le 25 avril 1974, un groupe de capitaines de l'armée portugaise, regroupés dans le Mouvement des Forces Armées, et qui avaient participé à la guerre coloniale, prend le pouvoir à Lisbonne, où ils sont largement soutenus par la population et renversent le régime dictatorial de Marcelo Caetano. Cette révolution, connue sous le nom de « révolution des Œillets », permet la fin de la guerre coloniale entre le Portugal et ses colonies. En janvier 1975, les nouvelles autorités portugaises réunissent les représentants des trois mouvements indépendantistes pour établir les paramètres du partage du pouvoir dans l'ex-colonie entre ces mouvements et l'indépendance de l'Angola.

Malgré les accords d'Alvor, la transition de l'Angola vers l'indépendance ne se fait pas de façon pacifique. Dans plusieurs quartiers de Luanda, les civils noirs commencent à s'en prendre aux colons, et les troupes des trois mouvements commencent à se battre les unes contre les autres pour le contrôle de la capitale. La ville sombre alors dans l'émeute et les pillages. Entre janvier et novembre 1975, les troupes portugaises repartent précipitamment vers Lisbonne, avec 300 000 colons dans ce qui fut l'un des plus grands ponts aériens au monde. Au cours de l'été 1975, le MPLA remporte la guerre des villes et expulse les deux autres mouvements (FNLA et UNITA) de la capitale et des principales villes.

Indépendance de la république populaire d'Angola[modifier | modifier le code]

Article détaillé : République populaire d'Angola.

Le 11 novembre 1975, jour convenu pour l'indépendance, les autorités portugaises descendent pour la dernière fois le drapeau portugais du Palais du gouverneur civil et le soir même Agostinho Neto proclame l'indépendance de la République populaire d'Angola, au son des combats à quelques kilomètres de Luanda. Le pays est déjà entré dans la guerre civile qui ne se terminera qu'avec les accords de Bicesse, le 31 mai 1991.

1975 : Invasion de l'armée sud-africaine et des troupes zairoises[modifier | modifier le code]

En 1975, le premier ministre sud-africain John Vorster et son chef des services de renseignements, Hendrik van der Bergh, envisagent une implication minimum et circonstanciée des forces armées sud-africaines pour installer un gouvernement pro-occidental en Angola tandis que Pieter Willem Botha, ministre de la défense, et le chef des armées, Magnus Malan, convaincus de l'existence d'un plan global soviétique dont l'objectif serait la prise de pouvoir en Afrique du Sud, se font les avocats d'une invasion du pays par les troupes sud-africaines pour chasser le MPLA de Luanda. Finalement, la première option est approuvée et, en août 1975, avec le soutien du gouvernement américain du président Gerald Ford, les troupes sud-africaines envahissent le sud de l'Angola jusqu'à atteindre quelques semaines plus tard la banlieue de Luanda.

De leur côté, les troupes zaïroises, sous le gouvernement de l'autocrate Mobutu Sese Seko, soutenu par la Belgique et les États-Unis, entrent également en Angola où ils soutiennent le FNLA. Cette coalition menace de prendre Luanda. C’est alors que des milliers de soldats cubains affluent pour aider Neto et défont les troupes zaïroises. Les dirigeants du MPLA s’emparent alors de vastes contrées du pays mais ne parviennent pas à vaincre la guérilla de l'UNITA.

Au mois de décembre, le congrès des États-Unis retire finalement son aide financière aux mouvements et aux troupes hostiles au MPLA alors que l'armée sud-africaine est aux portes de la capitale angolaise (les activités de la CIA en Angola (en) persisteront cependant jusque dans les années 2000). Furieux et humiliés par ce revirement, les sud-africains apparaissent alors comme les seuls coupables de l'invasion et sont obligés de se retirer du pays. Ils apporteront dorénavant une aide logistique au mouvement rebelle de l'UNITA de Jonas Savimbi afin notamment de protéger la frontière nord de leur colonie du Sud-Ouest africain contre les infiltrations de la SWAPO, le mouvement de libération nationale de la Namibie.

La guerre civile angolaise (1975-1992)[modifier | modifier le code]

L'Angola s’enfonce dans une guerre civile ethnique, entre le MPLA, soit les métis et les citadins soutenus par l’Union soviétique et Cuba, et d’autre part, l'UNITA, un mouvement regroupant surtout les Ovimbundus (40 % de la population) et appuyé par les États-Unis, le Royaume-Uni et l’Afrique du Sud. La guerre s’enracine aussi dans la différence de développement entre la côte occidentalisée et moderne et l’arrière-pays moins industrialisé et resté beaucoup plus africain et où le sentiment clanique est encore plus omniprésent.

Alors que les forces du MPLA sont appuyées par des soldats cubains (commandées par le général Arnaldo Ochoa, exécuté à Cuba pour haute trahison et trafic de drogue en 1989) et l’aviation soviétique, celles de l’UNITA le sont par des soldats sud-africains. Neto lance une opération militaire au Zaïre voisin dans la région du Shaba et fait noyer des mines afin de nuire à l’économie du puissant voisin.

À la mort de Neto en 1979, Dos Santos prend le pouvoir à Luanda. Politicien habile, il désamorce lentement la guerre en se tournant vers l’Occident, en écartant l’aile radicale de son parti. Les secteurs agricole et minier sont ravagés par la guerre qui fait venir de nombreux réfugiés à Luanda, le pétrole reste la seule source de richesse sur laquelle repose la fortune des hauts fonctionnaires du MPLA, tandis que l’UNITA se finance grâce au trafic de diamants. Même indépendant le pays est encore dépendant du Portugal notamment en matière d’éducation ; si l’alphabétisation progresse c’est grâce aux ONG portugaises et brésiliennes qui développent aussi pour la première fois l’enseignement secondaire et universitaire.

En janvier 1984, l’Afrique du Sud obtient de l’Angola la promesse du retrait de son soutien à la SWAPO (mouvement indépendantiste marxiste-léniniste namibien installé en Angola depuis 1975) en échange de l’évacuation des troupes sud-africaines d’Angola. Néanmoins, les troupes cubaines demeurent, tout comme les militaires sud-africains.

En 1988, si la bataille de Cuito Cuanavale entre soldats angolais et cubains contre les forces de l’UNITA, appuyées par l’armée sud-africaine, aboutit à un échec relatif des forces en présence, elle constitue néanmoins un élément déclencheur pour la reprise des négociations sur l’avenir de la Namibie.

Le 20 juillet 1988, un accord en 14 points est trouvé entre l’Afrique du Sud, l’Angola et Cuba. Parmi ceux-ci, la mise en œuvre de la résolution 435 prévoyant des élections en Namibie sous le contrôle des Nations unies en contrepartie du repli du contingent cubain (manifestant le succès du « linkage » formulée depuis 1979 par l’Afrique du Sud avec le soutien des États-Unis depuis 1981).

Le protocole de Genève est signé le 5 août. Les 8 et 12 août, l’Afrique du Sud et la SWAPO acceptent la cessation des hostilités l’une envers l’autre et le 22 août, l’accord de paix est signé entre l’Angola et l’Afrique du Sud à Ruacana.

Le secrétaire général de l’ONU, Javier Pérez de Cuéllar se rend alors aux Union Buildings de Pretoria pour préparer l’accord de Brazzaville qui aboutit à la signature du 22 décembre préparant le calendrier de la mise en œuvre de la résolution 435 et celui du retrait cubain d’Angola.

En dépit d’une tentative désastreuse d’infiltration de la Namibie par 1 200 guérilléros de la SWAPO à partir de ses bases d’Angola le 1er avril 1989, le processus ira à son terme sous l’administration conjointe de l’Afrique du Sud et des Nations-Unies.

Cependant, en Angola, la guerre civile continue avec un peu moins de vigueur. Les accords de Bicesse en 1991 aboutissent à un cessez-le feu et à l’organisation d’élections générales supervisées par les Nations-Unies. Le 26 août 1992, une révision de la constitution fait disparaître les dernières traces d'idéologie marxiste-léniniste et le nom officiel du pays devient République d'Angola.

La République d'Angola[modifier | modifier le code]

Les premières élections générales démocratiques et pluripartites ont eu lieu en Angola les 29 et 30 septembre 1992. Avec un taux de participation supérieur à 90%, le MPLA remporte 53 % des suffrages contre 34 % à l’UNITA. Aux élections présidentielles organisées en même temps, José Eduardo dos Santos reçoit 49,57% des voix contre 40,6% à Jonas Savimbi, le leader historique de l’UNITA[4]. Celui-ci dénonce des fraudes, refuse de participer au second tour et reprend les armes, cette fois sans plus aucun soutien international. Un second accord de paix est finalement signé à Lusaka le 20 novembre 1994 prévoyant l’intégration des forces de l’UNITA dans l’armée régulière. En 1995, l’accord est rompu.

En 1997, un gouvernement d’union nationale est finalement formé avec Jonas Savimbi mais en 1998 les combats reprennent après que Savimbi eut dénoncé, selon lui, le manquement du MPLA à ses obligations. Le 28 août 1997, le Conseil de Sécurité des Nations unies impose des sanctions contre l’UNITA.

En 1999, le MPLA tente alors le coup de grâce et déclenche une offensive militaire massive contre le quartier général de L’UNITA et ses principaux bastions. Les opérations se soldent par un succès général malgré la fuite de Savimbi.

Le 22 février 2002, Jonas Savimbi, est finalement abattu lors d’un assaut de l’armée gouvernementale. Le 4 avril 2002, un nouvel accord de cessez-le-feu est signé, mettant officiellement et définitivement fin à 27 ans d’un conflit (1975-2002) qui a fait près de cinq cents mille morts et entraîné le déplacement de quatre millions de personnes.

L'Angola présente un paysage de cités martyres, de provinces jadis agricoles stérilisées par la présence de six millions de mines. La plupart des infrastructures coloniales ont été laissées à l'état de ruines : routes, ponts, aéroports, voies de chemin de fer, écoles... L’agriculture et les transports ont été presque entièrement détruits. Malgré l’aide alimentaire, la famine sévit et le pays ne vit que de l’exportation du pétrole.

Comme d’autres pays, l’Angola réclame des indemnisations et des aides financières, que le Portugal et l’Union européenne lui accordent sous forme d’aide au développement (écoles, eau potable, routes, hôpitaux) ou de visas de travail. En dépit de la guerre civile, la scolarité, certes médiocre, s'est amélioré (15 % d’enfants scolarisés en 1975, 88 % en 2005). Le Vatican et de nombreuses missions protestantes encadrent également les populations depuis l’indépendance.

Les dates clés de l'histoire récente de l'Angola[modifier | modifier le code]

  • 1956/58 : fondation du Mouvement populaire de libération de l'Angola (MPLA) et de l'Union der Peuples du Nord de l'Angola (UPNA), ensuite baptisée Union des Peules de l'Angola (UPA) et plus tard Front national de libération de l'Angola (FNLA).
  • 1961 : UPA et MPLA déclenchent la guerre d'indépendance.
  • 1966 : Jonas Savimbi crée l'Union nationale pour l'indépendance totale de l'Angola (UNITA).
  • 1974 : la révolution des Oeillets met fin à la dictature du Portugal et aux guerres coloniales.
  • 1975 : Agostinho Neto, membre historique et président du MPLA, proclame l'indépendance le 11 novembre et devient le premier président du pays. Première guerre : Luanda s'affronte à l'Afrique du Sud soutenant militairement l'UNITA.
  • 1979 : José Eduardo dos Santos devient chef de l'État après la mort d'Agostinho Neto.
  • 1989 : retrait des troupes sud-africaines d'Angola.
  • 1991 : le MPLA et l'UNITA concluent des accords de paix.
  • 1992 : L'UNITA refuse le résultat des premières élections pluralistes remportées par le MPLA. La reprise des combats plonge le pays nouvellement dans la guerre civile.
  • 2002 : Jonas Savimbi est tué par les troupes angolaises le 22 février. L'armée et l'UNITA signent un cessez-le-feu[5].

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Patrick Chabal et Nuno Vidal (dir.), Angola : the weight of history, Columbia University Press, New York, 2008, 246 p. (ISBN 978-0-231-70015-3)
  • (en) W. Martin James, Historical dictionary of Angola, Scarecrow Press, Lanham, Md., Toronto, Oxford, 2004 (nouvelle éd.), LV-229 p. (ISBN 0-8108-4940-2)
  • (fr) André Kisalu Kiala, Le drame angolais, L'Harmattan, Paris, Budapest, Kinshasa, 2005, 313 p. (ISBN 2-7475-9485-8)
  • (fr) René Pélissier, Les guerres grises. Résistances et révoltes en Angola (1845-1941), éditions Pélissier, Montamets/Orgeval (France), 1978
  • (fr) René Pélissier, La colonie du Minotaure. Nationalismes et revoltes en Angola (1926-1961), éditions Pélissier, Montamets/Orgeval (France), 1978
  • (fr) René Pélissier, Les campagnes coloniales du Portugal, éditions Flammarion/département Pygmalion, Paris 2004
  • (pt) António Custódio Gonçalves, Tradição e modernidade na (re) construção de Angola, Afrontamento, Porto, 2003, 136 p. (ISBN 972-36-0648-8)
  • (pt) Adriano Parreira, Dicionário de biografias angolanas (séculos XV-XVII), Kulonga, Luanda, 2003, 254 p.
  • (fr) Catalogue d'exposition sous la direction de Christiane Falgayrettes-Leveau, Angola, figures de pouvoir, Éditions Dapper, 308 pages, Paris, 2010, (ISBN 978-2-915258-29-5) voir en ligne
  • Historicus Africanus: "Der 1. Weltkrieg in Deutsch-Südwestafrika 1914/15", Volume 2, "Naulila", Windhoek 2012, ISBN 978-99916-872-3-0

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. José Redinha, Etnias e cvilizações de Angola, Luanda: Instituto de Investigação Científica de Angola, 1975
  2. Ces peuples incluent les Nganguela, les Luchazi, les Mbunda et le Lwena (ou Luvale)
  3. Elikia M'Bokolo, Afrique Noire: Histoire et civilisations, 2 vol., Paris: Hatier, 1995 et 2004
  4. Tom Lodge, Denis Kadima et David Pottie, Angola: 1992 Election Results and Aftermath in Compendium of Elections in Southern Africa(2002) , EISA, 20-21.
  5. GEO N°403 de septembre 2012 p.119