Histoire évolutive des siréniens

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les siréniens sont des mammifères marins qui, comme les cétacés, n'ont plus besoin de regagner la terre ferme, à aucun moment de leur existence. Leur anatomie montre néanmoins l'origine terrestre de ces mammifères. Plusieurs caractéristiques génétiques et anatomiques rappellent celles des éléphants : les scientifiques pensent donc que l'ancêtre herbivore des siréniens qui est devenu aquatique, est différent de celui des cétacés qui était par ailleurs piscivore ou carnivore.

L'origine[modifier | modifier le code]

La séparation du groupe des siréniens avec les autres Téthythériens est plus ancienne que celle des Cétacés et des Artiodactyles (10 Ma) ou de celle des Caniformes marins (2-4 Ma).

Prorastomus, le plus ancien des fossiles de siréniens trouvés, est un animal semi-aquatique qui pouvait encore se déplacer sur la terre ferme et a été daté de 50 Ma.
Durant l'Éocène, le nombre de fossiles est assez diversifié. Ces animaux vivaient près des côtes, le long des fleuves et les estuaires. Les Prorastomidae et Protosirenidae étaient de la taille d'un sanglier avec des pattes adaptées au milieu amphibie. Vers la fin de l'Éocène, d'autres siréniens ayant davantage l'allure des Dugongs sont apparus, leurs pattes avant étant devenues des nageoires et la queue transformée en nageoire caudale horizontale. Comme chez les cétacés, les déplacements se faisaient par ondulation de haut en bas. Les Trichechidae semblent les plus modernes des siréniens et issus des Dugongidae. On dispose de nombreux fossiles qui correspondent à plusieurs étapes évolutives, de la réduction des membres arrière à la disparition du pelvis.

Analyse des fossiles[modifier | modifier le code]

Bien que l'on compte les dents pour identifier de nombreuses espèces de mammifères, leur nombre ne varie pas significativement parmi les siréniens. Les parties les plus facilement identifiables des squelettes sont la mâchoire inférieure et le crâne, surtout les os crâniens frontaux. À l'exception d'une paire d'incisives supérieures semblables à des défenses, les dents de devant (les incisives et les canines) manquent, sauf chez les premiers siréniens.

Genèse de cette théorie[modifier | modifier le code]

Prorastomus a été découvert en Jamaïque.

Les analyses génétiques des années 1990 montrent que les Siréniens sont des Afrotheria[1], et sont donc très éloignés des Perissodactyla et des Artiodactyla bien qu'ils aient été rangés avec les Proboscidea dans les ongulés. Les siréniens n'ont donc pas évolué à partir de mammifères à sabots primitifs comme Condylarths.

Cladogramme simplifié :

─o Afrotheria
 └─o Paenungulata
   ├─o Hyracoidea
   └─? Tethytheria
     ├─o Proboscidea
     └─o Sirenia

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Frédéric Delsuc, Jean-François Mauffrey, Emmanuel Douzery, « Une nouvelle classification des mammifères », La Science, vol. 303,‎ Janvier 2003 (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]