HistoRail

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
HistoRail
Image dans Infobox.
Entrée du musée HistoRail.
Informations générales
Ouverture
Site web
Localisation
Pays
Région
Commune
Adresse
18, rue de Beaufort
Coordonnées
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte du Limousin
voir sur la carte du Limousin
Red pog.svg

HistoRail, musée du chemin de fer est un musée ferroviaire installé dans le centre-ville de Saint-Léonard-de-Noblat, en Limousin et dans la nouvelle région Nouvelle-Aquitaine. Il est géré par une association de bénévoles. Il comprend une double collection : des objets réels se rapportant au chemin de fer donnés par la SNCF et du modélisme ferroviaire au travers de réseaux de trains miniatures répartis sur deux salles (total de 500 m2) et environ 300 m2 d'extérieurs.

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1987, avec l'intensification annoncée de la modernisation des régions de la SNCF et tout particulièrement celle du Limousin[réf. nécessaire], HistoRail est créé.

L'association récupère de nombreux objets et matériels réels, pour l'essentiel donnés par SNCF.

Le musée est inauguré le par Claude Bolling, qui en est le président d'honneur[1].

Collections[modifier | modifier le code]

Objets réels[modifier | modifier le code]

La collection comprend les objets réels[2] nécessaires à la compréhension d'un voyage en chemin de fer. Ils sont disposés selon un cheminement permettant la découverte par les visiteurs, selon le concept de l'interprétation du patrimoine.

Globalement, voici la liste des principaux objets dans la première salle :

  • un guichet billets et bagages d'une gare du Paris-Orléans (dit P.O.) (celle de Thouron sur la ligne de Limoges à Poitiers) ;
  • un pantographe type G issu d'une BB900, déposé par le dépôt SNCF de Limoges ;
  • des simulateurs de conduite et cabines de locomotives ;
  • un Tableau de Contrôle Optique (dit T.C.O.)[3], venant de la gare de Saint-Sulpice-Laurière, à 25 km au nord de Limoges, sur la ligne en double voie électrifiée en 1500 V continu vers Paris (POLT). Cette gare dispose d'une bifurcation en voie unique non électrifiée vers Guéret - Montluçon et Lyon, qui apportait une complication certaine à l'époque de la vapeur, et en comporte encore quelques-unes, à l'exploitation de cette gare. Ce T.C.O. (de 4 m × 1 m) permettait à l'agent de la signalisation de surveiller les itinéraires qu'il exécutait depuis son poste d'aiguillage, grâce à trois séries de voyants de répétition : des signaux, des aiguillages et de la détection de la présence des trains sur les cantons du block-système ;
  • un poste de régulateur pour organiser les graphiques de circulation ( Poste de Commandement SNCF de Limoges)

La « Traversothèque »[modifier | modifier le code]

Dans la seconde salle, disposée sous la première qui représente le voyage dans un « train symbolique », le visiteur passe sous ce « train » pour y découvrir la « Traversothèque ». Créée par deux ateliers de la SNCF (de Bretenoux-Biars et de Brive-la-Gaillarde), elle offre un panorama sur les traverses et les rails, ainsi que sur les outils employés par les agents de l'Équipement de la SNCF pour l'entretien des voies.

Le locotracteur Moyse dit « bête à cornes »[modifier | modifier le code]

Ce locotracteur de la Société des Locotracteurs Gaston Moyse, qui est un don de la Société Rhône-Poulenc, symbolise le remplacement progressif des locomotives à vapeur par des locomotives diesel dans le milieu des années 60.

Autres objets présentés en extérieur[modifier | modifier le code]

  • Grue à eau, signaux mécaniques et lumineux, barrière de passage à niveau, dispositif d'annonce pour PN par pédales, borne hectométrique, draisine, pendule de gare, moteur d'autorail X 2400, tronçon de voie, une machine à fabriquer des chevilles pour les traverses en bois, etc.

Les trains miniatures[modifier | modifier le code]

Le modélisme ferroviaire est présent avec plusieurs réseaux de trains miniatures. Il participe aux explications et commentaires.

La gare de Saint-Léonard à l'échelle HO (1/87è) apporte une explication aux visiteurs sur l'origine des gares, leurs fonctions économiques, culturelles et sociales, et leur rôle de moteur du développement local des zones rurales et urbaines depuis l'origine du chemin de fer. Elle est reliée à la double voie Limoges-Paris avec sa bifurcation du Palais.

Le dépôt vapeur de Cherbourg a été donné par le RMC50 en 2014, entièrement fonctionnel en analogique. (Echelle HO)

Un réseau à l'échelle II m (1/22,5è) anime l'exposition sur les Chemins de fer départementaux de la Haute-Vienne (CDHV), lesquels de 1911 à 1946 ont construit 110 km de voies ferrées supplémentaires dans ce département, à l'écartement métrique de 1m[4].Les ruines du village d'Oradour-sur-Glane, détruit par la division "Das Reich" le , présentent encore des vestiges de ce réseau ferré.

Deux réseaux en O ( échelle 1/43,5è) sont présentés dans une seconde salle: l'un en 3 rails "tin-plate", l'autre en 2 rails avec caténaire fonctionnelle. Sur celui-ci, les trains sont commandés soit en analogique soit en numérique.

Un réseau de jardin à l'échelle G de LGB roule à l'extérieur au milieu d'un décor naturel. ( échelle 1/22,5è)

Expositions et animations[modifier | modifier le code]

Le musée HistoRail participe régulièrement aux animations du Ministère de la Culture et de la Communication :

  • Nuit des Musées
  • les Journées du Patrimoine.

En outre, il anime chaque année, la Fête du Train Miniature de la Fédération Française du Modélisme Ferroviaire.

Des expositions thématiques sont proposées assez régulièrement.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Biographie Claude Bolling », sur musicMe (consulté le )
  2. Collectif, Le Patrimoine de la SNCF et des chemins de fer français, Éditions Flohic, décembre 1999.
  3. Vocabulaire type SNCF
  4. Les tramways des chemins de fer départementaux de la Haute-Vienne (CDHV)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Dominique Auzias, Jean-Paul Labourdette, Le Petit Futé. Limousin, Le Petit Futé, (lire en ligne), p. 330.
  • « HistoRail, la saison 2009 commence au musée du Chemin de fer », La Vie du rail,‎ (lire en ligne)
  • la revue Vie du Rail
  • les quotidiens régionaux : Le Populaire du Centre, L'Écho du Centre, La Montagne
  • Revue "Historail" des Editions La Vie du Rail ( qui exploite le nom déposé par le musée HistoRail avec son accord)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]