Hiro Muramoto

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Hiro Muramoto
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Vers Voir et modifier les données sur Wikidata
TokyoVoir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Nom dans la langue maternelle
村本博之Voir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités

Hiro Muramoto (村本 博之, Muramoto Hiroyuki?, né vers 1966, mort le ) est un cameraman TV et journaliste japonais qui travaille pour l'Australian Broadcasting Corporation à Tokyo dans les années 1990[1], et correspondant pour Reuters television pendant plus de quinze ans[2]. Muramoto est basé au bureau de Reuters à Tokyo[2].

Muramoto est le premier reporter tué au cours des manifestations politiques thaïlandaises de 2010. Le photojournaliste italien Fabio Polenghi trouve la mort lors d'une autre manifestation le .

Carrière[modifier | modifier le code]

Diplômé de l'université Temple (campus du Japon), Muramoto travaille pour la NBC puis ABC. Il rejoint Reuters comme caméraman indépendant en 1992 et le devient à temps plein en 1995. Pendant sa collaboration avec Reuters, il se rend dans des zones à haut risque en Corée du Nord et aux Philippines (en période d'instabilité politique). Il couvre aussi des sujets de société tels que les singes-serveurs de Tokyo et l'homme qui a épousé un personnage de jeu vidéo ».

Également actif dans des projets caritatifs, Muramoto parcourt 100 km à pied en deux jours dans les zones situées autour du mont Fuji pour recueillir des fonds destinés aux communautés pauvres d'Afrique. Il avait l'intention de participer à cette marche pour la troisième fois à partir du 22 avril[3].

Décès[modifier | modifier le code]

Muramoto est tué le alors qu'il couvre des affrontements violents lors des protestations politiques de 2010 entre les troupes thaïlandaises et les manifestants anti-gouvernementaux[2]. Muramoto est en train de filmer un affrontements entre les protestataires et les forces gouvernementales sur Rajdamnoen road à Bangkok lorsqu'il reçoit une balle dans la poitrine. La balle ressort dans son dos mais les médecins ne peuvent pas déterminer de quel type de balle il s'agit[2],[4]. Muramoto est emmené à l'hôpital Tengku Ampuan Rahimah où il est déclaré mort, selon le directeur de l'hôpital, le Dr. Pichaya Nakwatchara. Il était âgé de 43 ans et laisse derrière lui son épouse Emiko et ses deux enfants[2].

L'armée thaïlandaise prétend tirer d'abord des balles en caoutchouc et des gaz lacrymogènes puis des tirs à balles réelles en l'air[2]. Cependant, les séquences vidéo montrent des soldats utilisant des fusils d'assaut en mode entièrement automatique en direction de manifestants. Les meneurs des protestations affirment qu'un certain nombre de personnes ont été touchées par des tireurs de l'armée embusqués dans des bâtiments voisins[5]. L'armée admet plus tard que les troupes ont tiré à balles réelles directement sur les manifestants et n'avoir tiré que des rafales uniques pour protéger les soldats blessés fuyant les affrontements[6].

Réactions[modifier | modifier le code]

David Schlesinger (en), rédacteur en chef de Reuters, réagit en réponse à la mort de Muramoto « Je suis horriblement attristé d'avoir perdu notre collègue Hiro Muramoto dans les affrontements à Bangkok ... Le journalisme peut être une profession terriblement dangereux quand ceux qui tentent de dire au monde l'histoire s'enfoncent dans le centre de l'action. Toute la famille Reuters va pleurer cette tragédie »[2].

Un porte-parole de l'armée royale thaïlandaise affirme que les manifestants ont attaqué les soldats avec des grenades et des cocktails Molotov avant que la troupe ne réponde[2]. Les affrontements de 2010, qui conduisent à des appels à la démission du gouvernement du premier ministre Abhisit Vejjajiva, sont les pires violences politiques survenues à Bangkok depuis 18 ans[2].

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ben Doherty, Ian Mackinnon, « Military signals Thai PM's time is running out », The Age,
  2. a b c d e f g h et i (en) Jason Szep, Reuters journalist killed in Bangkok protests, The Washington Post, (lire en ligne[archive du ])
  3. The Mainichi Daily News, 14 avril 2010. 2010年4月12日 1時15分 更新:4月12日 11時44分.[1]
  4. Lisa Twaronite, « When the headlines hit home », MarketWatch, Lisa Twaronite : « La dernière séquence dans la caméra de Hiro, retournée à Reuters par les manifestants, montre une scène chaotique. Les soldats et un autre caméraman fuient après une explosion, mais Hiro continue à filmer se reculant lentement. Il est tué par balle qui l'atteint à la poitrine et ressort de son corps par le dos ... Afin d'avoir des marchés qui fonctionnent et une économie saine, la stabilité politique et sociale est requise. C'est pourquoi vous ne lisez pas sur MarketWatch des histoires comme « Les cinq meilleures pièces en Corée du Nord » ou « Où se dirige la livre soudanaise ». La véritable stabilité n'est pas possible sans vérification crédible - Un gouvernement peut simplement déclarer que tout fonctionne comme d'habitude, que tout est sécurisé et sous contrôle et les événements peuvent prouver le contraire. C'est pourquoi les journalistes, photographes et cameramen généralistes risquent leur vie afin de documenter les événements dangereux tels qu'ils se déroulent et permettre au monde de voir la situation réelle sur le terrain. En d'autres termes, Hiro est mort en faisant un travail qui rend mon propre travail possible ».
  5. The Australian, Bullets killed Thai red-shirt protesters, 13 avril 2010
  6. Bangkok Post, Military admits firing at reds, 15 avril 2010

Source de la traduction[modifier | modifier le code]