Hippolyte de Chambost

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Famille de Rivérieulx.
Hippolyte de Chambost
Fonction
Député de la Savoie au Parlement sarde
-
Titre de noblesse
Comte
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activité
Père
Mère
Marie-Anne Perrin
Conjoint
Anne-Louise de Perrin de Lépin

Hippolyte de Chambost (italianisé en Ippolito De Chambost), né le à Chambéry et mort le au château Saint-Philippe de Saint-Jean-de-la-Porte, est un notable savoyard, syndic de Saint-Jean-de-la-Porte et député de la Savoie au parlement du royaume de Sardaigne.

Biographie[modifier | modifier le code]

Origines[modifier | modifier le code]

Claude-François-Hippolyte de Rivérieulx de Chambost est le fils de Claude-Marie de Rivérieulx de Chambost et Marie-Anne Perrin[1].

Il se marie le , à Chambéry, avec Anne-Louise de Perrin de Lépin (1806-1829), fille de Louis Bonaventure Perrin, comte de Lépin[2] de qui il aura un fils, Tancrède de Rivérieulx de Chambost dit le comte de Lépin[1] qui s'établira à Saint-Jean-de-la-Porte en 1828.

À la suite du décès de sa femme en 1829, il épousera en 1830, en secondes noces, Isidore-Philiberte-Gilberte dite Betty Planchamp (1804-1870), fille du marquis de Cluses, avec qui il aura Louis de Rivérieulx de Chambost, dit le vicomte de Chambost, ainsi que deux autres garçons[1].

Carrière[modifier | modifier le code]

Il s'agit d'un militaire de carrière[3]. Il est officier de la garde du roi d'Espagne avant 1826. François Miquet relate la citation suivante « Jeune encore, il alla en Espagne, sous la conduite du duc d’Angoulême, combattre en faveur du roi Ferdinand VII contre les insurgés. Il y gagna les épaulettes d’officier. Rentré dans sa patrie, il s’occupa de questions agricoles. C’est à lui qu'on doit, en grande partie, l’endiguement de l’Isère. »[3]

D'après l'historien de la combe de Savoie, Maurice Messiez, qui le qualifie de « véritable seigneur » de cette petite région naturelle, il a été un grand propriétaire influent, syndic de Saint-Jean-de-la-Porte pratiquement inamovible à partir de 1832, et finalement député conservateur pour le collège de Saint-Pierre-d'Albigny au Parlement du royaume de Sardaigne à Turin de 1853 à 1857[4].

Il est fait chevalier de l'ordre Ordre des Saints-Maurice-et-Lazare[5].

Hippolyte de Chambost meurt le , à Saint-Jean-de-la-Porte[3].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Henri Jougla de Morenas, Grand armorial de France, vol. 6, Société du Grand armorial de France, 1939, p. 14 (lire en ligne).
  2. Annales révolutionnaires, Dawson-France, 1965, Volume 5, p. 231, « Ventes des biens nationaux ». François Vermale, La vente des biens nationaux dans le district de Chambéry, E. Leroux, 1912, 89 pages, p. 77.
  3. a b et c François Miquet, « Les représentants de la Savoie au Parlement sarde », Revue savoisienne, vol. XI - série II, no 36,‎ , p. 171-178 et 250-270 (lire en ligne), notice p. 253.
  4. Maurice Messiez, La Combe de Savoie autrefois, La Fontaine de Siloé, (ISBN 978-2-8420-6191-3), p. 137 et suivantes.
  5. Nicolas Viton de Saint-Allais, Nobiliaire Universel de France, Tome I, p.317.