Hippolyte Marié-Davy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Hippolyte Marié-Davy
MarieDavy.jpg

Hippolyte Marié-Davy (1820-1893)

Informations
Naissance
Décès
Nationalité
Activité

Edme Hippolyte Marié-Davy est un scientifique et inventeur français né à Clamecy dans la Nièvre le 28 avril 1820 et mort à Dornecy le 26 juillet 1893. Il apporta de nombreuses contributions en météorologie, en électricité et est l'auteur de plusieurs inventions.

Jeunesse et éducation[modifier | modifier le code]

Hippolyte fait ses études à Clamecy puis à Moulins. Brillant élève, En 1838, il obtient, suite à un concours, une bourse et rentre au collège rollin[1].

En 1840, titulaire de deux baccalauréats en sciences et en lettres, il est reçu premier à l'École Polytechnique et à l'École Normale Supérieure. Il choisit l'École normale supérieure et en sort major de promotion en 1844 avec l'agrégation de sciences physiques et mathématiques.

Travaux et inventions[modifier | modifier le code]

Le 26 septembre 1844, Edme Hippolyte Marié épouse Julie-Marie-Joséphine Davy de La Chevry et ajoute à son nom celui de Davy.

En 1845, il est nommé, avec dispense d’âge (il a 25 ans), professeur à la faculté des Sciences de Montpellier. Il y obtient son doctorat en médecine et est nommé professeur à la faculté de Médecine de Montpellier. Il mène à l'université de Montpellier, des travaux en électricité, en optique et en météorologie.

En 1851, suite au coup d'état de Louis-Napoléon Bonaparte, il quitte Montpellier pour enseigner au lycée Bonaparte à Paris. Il y mène des recherches sur l'électricité et invente, en 1854, les piles au bisulfate de mercure qui porte son nom la pile Marié-Davy[2]. Ce type de pile fut utilisé sur la plupart des lignes télégraphiques en France.

La même année, Marié-Davy inventa un type de moteur électrique[3],[4]. Un prototype de ce moteur fut construit. Il développait 1 ch[5].

En 1854, il inventa également le premier périscope sous la forme d'un tube vertical muni à chaque extrémité de deux miroirs à 45°[6],[7],[8],[9].

Sur la base de ces travaux, il proposa le concept d'un sous-marin dont l'hélice serait mue par un moteur électrique alimenté par une pile électrique[10].

En 1958, il invente un appareil de tissage, qui sera utilisé industriellement dans le nord.

En 1862, il est nommé à l'observatoire de Paris et devient, en 1863, chef du service météorologique international.

En 1873, il est nommé directeur de l’Observatoire de Montsouris ou il poursuit ses travaux en météorologie jusqu'à sa retraite en 1888[11].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Page dédié à Edme Hippolyte Marié-Davy sur le site de la ville de Clamecy [1]
  2. "The sulphate of mercury battery, subsequently known as the Marie-Davy" in Nature: International Journal of Science - Page 62 by Norman Lockyer 1882
  3. Manual of Electricity by Henry Minchin Noad, p. 677 [2]
  4. American Journal of Science edited by Benjamin Silliman, p.386
  5. The American Journal of Science and Arts, p.391
  6. "In 1854 the inventor, Marie Davy, designed a sight tube for the submersible. Consisting of two small mirrors fixed at either end of a vertical tube at 45°" in United States Submarine Operations in World War II by Theodore Roscoe p.55 [3]
  7. "Essentially a tube holding two mirrors set at an angle of 45 degrees and facing in opposite directions, it was developed by EH Marie-Davy in 1854." in The Encyclopedia of Nineteenth-century Land Warfare: An Illustrated World View2001 by Byron Farwell p.642
  8. The Submarine Torpedo Boat, Its Characteristics and Modern Development by Allen Hoar p.93 [4]
  9. "The optical tube was invented by Marie Davy in 1854, and, as mentioned above, it was introduced in submarines already in the eighties." in Modern History of Warships page 316 by William Hovgaard 1920
  10. "The plans for the Marie-Davy in 1854 called for an electrically driven propeller and auger" in Serpent of the Seas: The Submarine - Page 184, 1942 by Harley Francis Cope [5]
  11. Page dédié à Edme Hippolyte Marié-Davy sur le site de l'université de Montpellier [6]

Lien externe[modifier | modifier le code]