Hippolyte Maindron

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Hippolyte Maindron
Hippolyte MAINDRON.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 82 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Étienne Hippolyte MaindronVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité
Enfant
Autres informations
Maître
Distinction
Œuvres principales
César-François Cassini (d), Velléda contemplant la demeure d'Eudore (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Hippolyte Maindron, né le à Champtoceaux (Maine-et-Loire) et mort le à Paris, est un sculpteur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Étienne Hippolyte Maindron, né le à Champtoceaux, est le fils d'un boulanger vendéen Alexis Maindron et d'une lingère, Julienne Marie Julie Chabot. Il doit travailler très jeune et se trouve commis à Bourbon-Vendée à 11 ans[1].

Il épouse Elvire Céline Laure Biwer, le à Paris 4e. Le couple a eu deux enfants. Leur fille Geneviève, née en 1855, professeur de piano, épouse Edmond Marie Georges Antoine Lebas en 1889 ; leur fils Maurice, né en 1857, écrivain, archéologue et naturaliste, épouse Hélène de Héredia.

Il meurt le [2] et est inhumé à Paris au cimetière du Montparnasse.

Carrière[modifier | modifier le code]

Ses origines modestes[N 1] lui permettent d'obtenir une bourse du département pour entrer à l’école des Arts et Métiers d'Angers d'où il sort en 1823. Il s'essaie dans le commerce puis revient comme surveillant à l'école des Arts et Métiers, de 1824 à 1826[1]. Doté de dons artistiques, il quitte sa région pour la capitale grâce à l'obtention d'une bourse annuelle de 500 francs que lui a accordée le département de Maine-et-Loire pendant trois ans.

En 1827, il entre à l'École des beaux-arts de Paris — dans l'atelier de son compatriote, le sculpteur David d'Angers — où il étudie jusqu'en 1838. Il l'assiste pour la réalisation du bas-relief La Patrie couronnant les hommes célèbres du fronton du Panthéon. Parmi ses premières œuvres, il sculpte le groupe Thésée vainqueur du Minotaure dont il offre le plâtre en 1829 au musée d'Angers en remerciement de l'aide accordée. On lui confie aussi la première statue du général Travot[3], qui est refusée au Salon de 1837[N 2].

Maindron est admis pour la première fois au Salon de 1834 avec une statue intitulée Jeune Berger piqué par un serpent[1]. Refusé au Salon de 1835, il récidive en 1838. Il connaît enfin le succès au Salon de 1839 avec sa Velléda. Le modèle en plâtre de L'Archidruidesse Velléda, exposé en 1839 puis à l'Exposition universelle de 1855, se trouve, au début des années 2000, au musée des Beaux-Arts d'Angers[3].

Sous le Second Empire, l'État commande à Maindron deux groupes en pierre pour le péristyle du Panthéon de Paris : Sainte Geneviève par ses prières désarme Attila (1857) et Le Baptême de Clovis par Saint Rémi (1865)[N 3], conservés depuis 2010 dans l’église Notre-Dame de Cholet[4].

Il a réalisé la statue en pied du Monument au duc de La Rochefoucauld, créateur d'une école pour les pupilles de son régiment à Liancourt en 1780, devenue l'école des Arts et Métiers de Châlons en 1805. Cette statue en bronze, inaugurée le , a été détruite par les Allemands en 1941. Une nouvelle statue a été remise en place en 1951 à partir des moulages qui avaient été conservés[1].

Hippolyte Maindron a pratiqué les huit genres dans l'art de la sculpture distingués par Henry de Morant (architecturale, décorative, mémorielle, funéraire, animalière, buste, relief et médaille). Certains bronzes ont été détruits du fait de la guerre ou volontairement, comme la Vierge à l'Enfant Jésus qui figurait sous le no 1978 au Salon des artistes vivants du Musée royal le . Le buste du duc de La Rochefoucauld est redécouvert au pied d'une pile du pont de Verdun à Angers[3].

Œuvres[modifier | modifier le code]

La Fraternité (1850), musée des Beaux-Arts d'Angers.
Velléda contemplant la demeure d’Eudore (1844), détail, Paris, jardin du Luxembourg.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Autres œuvres[modifier | modifier le code]

Inauguration du Monument au duc de La Rochefoucault à Liancourt, le .

On cite aussi :

Distinction[modifier | modifier le code]

Legion Honneur Chevalier ribbon.svg Hippolyte Maindron est nommé chevalier de la Légion d'honneur le [2].

Hommages[modifier | modifier le code]

  • Une voie du 14e arrondissement de Paris porte son nom[15].
  • École élémentaire Hippolyte Maindron, rue Hippolyte Maindron, à Paris.
  • Dans le département du Maine-et-Loire, une rue de Cholet[16] et une rue d' Angers portent son nom.
  • À Champtoceaux — sa commune natale — dans une rue qui porte son nom, une plaque commémorative[N 9] est apposée sur la maison du no 4.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Son grand-père maternel est huissier royal.
  2. Inaugurée le , la statue de bronze du Monument au général Travot est d'abord érigée sur la place principale à Bourbon-Vendée. Le , elle est transférée place des Peupliers et remplacée par la statue de l'empereur Napoléon Ier à cheval.
  3. Dit aussi La Conversion de Clovis par saint Rémi (cf. extrait de l'article de Jean Vuillemin parut dans Arts et Métiers Magazine, octobre 2001, p. 40).
  4. En 1842, à l'exposition de la Vierge à l'Enfant Jésus, de Maindron, M. de Rouyères écrit : « Nous croyons qu'il sélèvera difficilement plus haut, car cette statue a toutes les qualités d'une pensée neuve et spontanée: c'est plus qu'une statue, c'est une idée, et une belle et grande idée ». Vingt ans plus tard, elle fait scandale et est détruite (dite enterrée dans le jardin du presbytère).
  5. Sa Velléda, à la Pépinière, puis au jardin du Luxembourg connait un immense succès « Velléda rêveuse, les bras joints sur sa faucille mystique, croisait ses jambes admirées d’une jeunesse généreuse. Que de beaux rêves, que de vastes espérances, ont été formés devant la Velléda romantique de Maindron ! » (Anatole France, M. Bergeret à Paris, Pléiade, 1901, p. 225).
  6. Don de l'État fait au musée d'Angers en 1856
  7. Musée du Louvre
  8. Le modèle en plâtre est dit à Cholet
  9. Inscription : « Ici est né Hippolyte Maindron […] ».

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d « Maindron Hippolyte », sur patrimoine.gadz.org (consulté le 29 mars 2018).
  2. a et b « Maindron, Étienne Hippolyte », base Léonore, ministère français de la Culture
  3. a b c d et e Marie-Rose Albrecht, Hippolyte Maindron : 1801-1841 : Un artiste méconnu, Cholet, SLA n°121, , p. 47-52.
  4. « Cholet : deux sculptures de trois tonnes installées dans la basilique », sur cholet.maville.com, Ouest-France, (consulté le 3 avril 2019).
  5. « Répertoire de sculpture française : Maindron Hippolyte », sur frenchsculpture.org (consulté le 21 août 2018)
  6. André Bujeaud, « Figures herminoises : Benjamin Clemenceau, le sans-culotte (1810-1897) », sur figuresherminoises.over-blog.com, (consulté le 30 mars 2018).
  7. Le Magasin pittoresque, Volume 14, 1846, gravure p. 292 (en ligne).
  8. « Hippolyte Maindron : Benjamin Fillon », sur musee-orsay.fr, (consulté le 30 mars 2018).
  9. « Statue de Cassini », sur eutouring.com, (consulté le 2 avril 2019)
  10. « Hippolyte Maindron : L'Espérance », sur musee-orsay.fr (consulté le 30 mars 2018).
  11. « Vu par MamLéa : La France », sur vuparmam.blogspot.com, (consulté le 30 mars 2018).
  12. « Étienne Hippolyte Maindron », sur cartelfr.louvre.fr (consulté le 29 mars 2018)
  13. « Angers. Des sculptures et des hommes », sur cholet.maville.com, (consulté le 3 avril 2019)
  14. « Monument au duc de la Rochefoucauld-Liancourt », sur e-monumen.net (consulté le 3 avril 2019).
  15. « Les rues de Paris : La rue Hippolyte-Maindron (14ème arrondissement) », sur parisrues.com (consulté le 3 avril 2019)
  16. Augustin Jeanneau et Adolphe Durand 1988, p. 83.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Liens externes[modifier | modifier le code]