Hippolyte Enselme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Hippolyte Enselme
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 78 ans)
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
Distinction

Hippolyte Marie Joseph Antoine Enselme, né le à Bourgoin et mort le [1] est un explorateur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Polytechnicien (promo 1890)[2], Lieutenant dans l'artillerie, en poste au Tonkin, il est chargé en 1899, avec Henry de Bouillane de Lacoste d'une expédition d'études en Mandchourie. Partis de Haïphong le 21 janvier 1900, les deux hommes séjournent longuement à Tien-Tsin et à Pékin où ils attendent leurs passeports chinois.

Le 8 mars, ils peuvent enfin quitter Tien-Tsin par le train et rejoignent Tchan-Kai-Kouan puis Nioutchouang. Par un détour, ils visitent Port-Arthur puis gagnent Moukden, la capitale de la Mandchourie méridionale. Par de mauvais chemins, ils parcourent la zone de Thie-Ling à la Soungari puis reprennent le train jusqu'à Harbin.

De Harbin, ils continuent en train pour atteindre Lao-Lin, arrêt provisoire de la future voie menant à Vladivostok. Ils passent la frontière entre la Mandchourie et la Sibérie et retrouvent la voie ferrée à Nikolsk, aujourd'hui Amurzet. Par la vallée de l'Oussouri, ils atteignent enfin Vladivostok. Ils y demeurent quelques semaines avant de rentrer en Europe par le Transsibérien.

Enselme laisse une relation de voyage, important témoignage sur la situation de la Mandchourie avant la Guerre russo-japonaise.

En 1906, toujours avec Bouillane de Lacoste, il effectue une mission secrète en Afghanistan. Il devient par la suite contrôleur général de l'armée.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Le Développement de l'influence russe, 1902
  • A Travers la Mandchourie. Le chemin de fer de l'Est chinois. Mission Bouillane de Lacoste, 1903

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Numa Broc, Dictionnaire des explorateurs français du XIXe siècle, T.2, Asie, CTHS, 1992, p. 172 Document utilisé pour la rédaction de l’article

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La Jaune et la Rouge, Cahier de liaison de l'association des anciens élèves de l’École Polytechnique no 36=, p. 45
  2. Ibid.
  3. Base Léonore

Liens externes[modifier | modifier le code]