Hippolyte Babou

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Hippolyte Babou, né à Peyriac le 24 février 1823 et mort le 21 octobre 1878 à Paris, était un écrivain et critique littéraire français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Hippolyte Babou collabora à de nombreuses revues, comme la Revue contemporaine, l'Athénaeum français, et la Revue de Paris, sous le pseudonyme de Camille Lorrain et de Jean-sans-Peur. Il est surtout connu pour avoir suggéré à Charles Baudelaire le titre des Fleurs du mal.

S'il excella dans la satire et la critique, Hippolyte Babou eut toutefois du mal à se faire reconnaitre comme écrivain. Languedocien, il refusa cependant de s'établir dans une littérature spécifiquement régionaliste. Ce refus et son dédain du félibrige mistralien ne sont sans doute pas étrangers à sa mise à l'écart du milieu des lettres. "C'est un écrivain de race; il aura sa place dès qu'il voudra se déranger pour la prendre" écrivit un éditorialiste du journal La Lorgnette littéraire.

Au milieu du dix-neuvième siècle, Hippolyte Babou était un auteur en vue. En 2009, 130 ans après sa disparition, plus aucun de ses livres n'est diffusé en librairie. Unique exception : une nouvelle intitulée Le curé de Minerve, tirée des Païens innocents, dans l'anthologie Nouvelles du Minervois, publiée en 2007 aux éditions Pimientos.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Les Ephémérides de Molière, 1844
  • La Vérité sur le cas de M. Champfleury, 1857
  • Les Payens innocents, 1858
  • Lettres satiriques et critiques, 1860
  • Les Amoureux de Madame de Sévigné. Les femmes vertueuses du grand siècle, 1862
  • L'Homme à la lanterne, par Jean-sans-Peur, 1868
  • Montpensier, roi d'Espagne, 1868
  • Les Sensations d'un juré : vingt figures contemporaines, 1875
  • Les Prisonniers du Deux-décembre, mes émotions, mes souvenirs, par Hippolyte Babou, 1876

Sources[modifier | modifier le code]

  • Catalogue Opale - BNF