Himantura granulata

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Himantura granulata
Description de cette image, également commentée ci-après

Himantura granulata, Photographiée par Jan Derk en 2006 à Fihalhohi, Maldives

Classification
Règne Animalia
Sous-règne Bilateria
Infra-règne Deuterostomia
Embranchement Chordata
Sous-embr. Vertebrata
Infra-embr. Gnathostomata
Super-classe Chondrichthyes
Classe Chondrichthyes
Sous-classe Elasmobranchii
Super-ordre Euselachii
Ordre Myliobatiformes
Famille Dasyatidae
Genre Himantura

Nom binominal

Himantura granulata
(Macleay, 1883)[1]

Statut de conservation UICN

( NT )
NT  : Quasi menacé

Synonymes

  • Himantura ponapensis (Günther 1910)
  • Trygon granulata Macleay, 1883

Himantura granulata, communément nommé raie pastenague noire à points blancs, est une espèce de poisson cartilagineux de grande taille appartenant à la famille des Dasyatidae, natif de la zone centrale du Bassin Indo-Pacifique.

Description[modifier | modifier le code]

La raie pastenague noire à points blancs est un poisson de grande taille qui peut atteindre une longueur maximale de 141 cm[2]. Toutefois, la taille moyenne généralement observée oscille entre 60 et 100 centimètres de diamètre. La teinte de la face dorsale est noire à grise avec de multiples petits points blancs. L'aspect sombre du dos est du à une couche de mucus noirâtre, sans lequel la raie apparait gris orangé. Quant à la face ventrale, elle est blanche avec des taches noires en bordure du disque. La queue est noire de sa base jusqu'à l'aiguillon puis blanche. Le disque est plus ou moins ovale avec une formation en pointe au niveau du museau.

Distribution & habitat[modifier | modifier le code]

La raie pastenague noire à points blancs est présente dans les eaux tropicales et subtropicales du centre du Bassin Indo-Pacifique soit des Seychelles, des Maldives à la Papouasie-Nouvelle-Guinée et de la Micronésie au nord de l'Australie[3],[4].

Cette espèce affectionne les eaux marines et saumâtres jusqu'à une profondeur de 85 mètres[5]. Elle est souvent rencontrée sur les platiers coralliens, les mangroves, les estuaires et autres espaces sablonneux peu profonds [6].

Biologie[modifier | modifier le code]

Cette raie pastenague se nourrit de petits poissons osseux benthiques tels que les gobies, les blennies, les girelles et les Pomacentridae ainsi que des invertébrés tels que les siponcles, de crabes et de poulpes[6].

Comme les autres raies pastenague, elle est vivipare aplacentaire c'est-à-dire que l’embryon se développe dans le ventre de la mère et se nourrit à partir des réserves de l’œuf, puis il est alimenté par un "lait utérin" nommé histotrophe[7]. Les petits seront libérés au terme de leur développement physique complet soit lorsqu'ils atteignent 28 cm[8].

Statut de conservation[modifier | modifier le code]

L'espèce est peu commune mais est pêchée de manière artisanale pour sa viande et la qualité de sa peau. Du fait de sa faible densité dans son aire de répartition ainsi que son effectif réduit, toute ponction rend cette espèce très vulnérable, la raie pastenague noire à points blancs est classée en espèce "Quasi menacée"(NT) par l'UICN[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. ITIS, consulté le 3 octobre 2015
  2. White, W.T., P.R. Last, J.D. Stevens, G.K. Yearsley, Fahmi and Dharmadi, 2006. Economically important sharks and rays of Indonesia. [Hiu dan pari yang bernilai ekonomis penting di Indonesia]. Australian Centre for International Agricultural Research, Canberra, Australia.
  3. a et b Manjaji, B.M., White, W.T., Fahmi & Ishihara, H. 2009. Himantura granulata. The IUCN Red List of Threatened Species 2009: e.T161431A5422325. http://dx.doi.org/10.2305/IUCN.UK.2009-2.RLTS.T161431A5422325.en . Downloaded on 03 October 2015.
  4. Randall, J.E. and J. van Egmond, 1994. Marine fishes from the Seychelles: 108 new records. Zool. Verh. Leiden 297:43-83.
  5. Last, P.R. and L.J.V. Compagno, 1999. Dasyatididae. Stingrays. p. 1479-1505. In K.E. Carpenter and V.H. Niem (eds.) FAO species identification guide for fishery purposes. The living marine resources of the Western Central Pacific. Vol. 3. Batoid fishes, chimaeras and bony fishes part 1 (Elopidae to Linophrynidae). FAO, Rome.
  6. a et b Ishihara, Homma, Takeda & Randall, "Redescription, distribution and food habits of the Indo-Pacific Dasyatidid stingray Himantura granulata", Journal of Ichthyology 40(1) 23-28 1993, Japan.
  7. Dulvy, N.K. and J.D. Reynolds, 1997. Evolutionary transitions among egg-laying, live-bearing and maternal inputs in sharks and rays. Proc. R. Soc. Lond., Ser. B: Biol. Sci. 264:1309-1315.
  8. Myers, R.F., 1999. Micronesian reef fishes: a comprehensive guide to the coral reef fishes of Micronesia, 3 rd revised and expanded edition. Coral Graphics, Barrigada, Guam. 330 p.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :