Hilary Swank

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Hillary Swank)
Aller à : navigation, rechercher
Hilary Swank
Description de cette image, également commentée ci-après
Hilary Swank lors du gala de charité Life Ball, en 2013.
Nom de naissance Hilary Ann Swank
Naissance (43 ans)
Lincoln (Nebraska, États-Unis)
Nationalité Drapeau des États-Unis Américaine
Profession Actrice
Films notables Boys Don't Cry
Insomnia
Million Dollar Baby
Écrire pour exister
P.S. I Love You
Le Second Souffle

Hilary Swank est une actrice et productrice américaine, née le à Lincoln (Nebraska).

Elle suscite l'acclamation des critiques pour ses interprétations de Brandon Teena, un adolescent transgenre dans le drame Boys Don't Cry de Kimberly Peirce et de Maggie Fitzgerald, une boxeuse qui fera tout pour réussir, dans Million Dollar Baby de Clint Eastwood. Ces deux rôles lui ont valu, entre autres, deux Oscars de la meilleure actrice, respectivement en 2000 et 2005.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance et formation[modifier | modifier le code]

Hilary Ann Swank est née à Lincoln (Nebraska)[1]. Son père, Stephen Swank, est officier dans la Garde nationale aérienne avant de devenir représentant de commerce ; sa mère est Judy Clough. Elle a un frère, Dan. Plusieurs membres de la famille Swank viennent de Ringgold County, dans l’Iowa[2].

Issue d’un milieu modeste, la jeune Hilary grandit dans une maison mobile à côté du lac Samish à Bellingham, dans l’État de Washington. Elle en déménage à l'âge de 6 ans[1]. Elle se décrit, jeune fille, comme une « étrangère » qui pense avoir sa place « seulement en lisant un livre ou en regardant un film, et en s’identifiant aux personnages de ses fictions favorites ». Elle explique que son imaginaire d'enfant fécond et sa capacité à jouer les personnages qu'elle aimait ont nourri sa vocation d'actrice[3].

À 9 ans, elle fait sa première apparition sur scène dans Le Livre de la Jungle et s'engage ensuite dans les programmes de théâtre de son école et de son quartier. Elle suit ses études secondaires au lycée de Sehome (Bellingham)[4] jusqu’à ses 16 ans. Entre-temps, elle participe aux « Olympiques Juniors » ainsi qu'au championnat de natation de l’État de Washington. Elle se classe cinquième de l’État en gymnaste complète[1]. Cette formation sportive lui est plus tard utile pour son rôle dans Miss Karaté Kid (The Next Karate Kid).

Ses parents se séparent alors qu'elle a 13 ans[1]. Sa mère, soutenant le désir de sa fille de devenir comédienne, déménage avec elle à Los Angeles où elles vivent dans une voiture durant deux mois. Sa mère trouve ensuite suffisamment d'argent pour louer un appartement. Hilary Swank décrit sa mère comme l’inspiration première de sa carrière d’actrice et le modèle de sa vie[5]. En Californie, elle s’inscrit au lycée de South Pasadena (bien qu’elle abandonne rapidement ses études[6]) et commence à jouer de manière professionnelle. Elle participe aussi au loyer de l'appartement de sa mère grâce aux revenus tirés d'apparitions dans des programmes télévisés tels que Evening Shade et Growing Pains.

Débuts (1990-1997)[modifier | modifier le code]

Elle doit son premier rôle mineur, au cinéma, dans Buffy, tueuse de vampires. Le film qui a ensuite inspiré la série télévisée culte Buffy contre les vampires, créée et produite par le scénariste Joss Whedon, dans laquelle joue Sarah Michelle Gellar. Ce premier essai est malmené par des problèmes de productions et ne rencontre pas le succès escompté[7],[8].

En 1994, Hilary Swank apparaît dans le quatrième volet de Karate Kid : Miss Karaté Kid (The Next Karate Kid) avec Noriyuki Pat Morita. Dans cet épisode, elle y campe une jeune adolescente rebelle et mal dans sa peau à laquelle Kesuke Miyagi enseigne le karaté afin de la libérer de ses colères.

En 1997, elle est au casting d'une éphémère série, Leaving L.A.. La série est arrêtée au bout de six épisodes, mais elle rejoint aussitôt le casting de Beverly Hills 90210, dans le rôle de Carly Reynolds, une mère célibataire et petite amie de Steve Sanders joué par Ian Ziering. Elle est cependant présente dans seize épisodes avant d'être licenciée de la série pour raisons créatives[9].

L'actrice pense alors sa carrière terminée, mais elle rebondit cependant très rapidement, en étant la tête d'affiche de deux téléfilms dramatique Mort sur le Campus et Le Somnambule. Pour le premier, elle partage la vedette avec Sarah Chalke et pour le second, elle donne la réplique à Jeffrey Nordling et Charles Esten.

Révélation critique et consécration (1998-2004)[modifier | modifier le code]

En 1999, elle obtient son premier grand rôle dans le drame biographique Boys Don't Cry de Kimberly Pierce, pour lequel elle interprète l'adolescent transgenre Brandon Teena aux côtés de Chloë Sevigny et Peter Sarsgaard. Malgré le petit budget de ce film indépendant, les critiques sont unanimes sur la prestation d'Hilary Swank. La comédienne obtient, face à des poids lourds comme Meryl Streep, Julianne Moore et Annette Bening, le Golden Globe et l'Oscar de la meilleure actrice et plusieurs autres récompenses internationales de prestige qui la propulsent au rang de star.

Forte d'une nouvelle visibilité, l'actrice multiplie les projets et enchaîne les collaborations avec les acteurs les plus en vue du moment. Au début des années 2000, elle apparaît dans les thrillers L'Affaire du collier et Insomnia avec Al Pacino et Robin Williams, avant de jouer une femme au foyer battue par son mari face à Cate Blanchett et Keanu Reeves dans Intuitions. Le premier est bien reçu par la critique et se retrouve nommé pour l'Oscar de la meilleure création de costumes mais réalise de piètres performances au box office[10]; le second est un franc succès critique[11] et public[12], tandis que le troisième permet à Hilary d'être citée pour le Saturn Awards de la meilleure actrice dans un second rôle[13], tout en réalisant des scores corrects au box office[14].

En 2003, elle est à l'affiche du film de science-fiction Fusion ainsi que de la comédie dramatique indépendante 11:14. Le premier rembourse de justesse son budget[15] tandis que le second est accueilli positivement par la critique[16].

Elle accède à la consécration en 2004 grâce à sa prestation de boxeuse au destin fulgurant et tragique dans le drame de et avec Clint Eastwood Million Dollar Baby, qui lui vaut ses seconds Golden Globe et Oscar de la meilleure actrice. Elle rejoint ainsi le cercle très fermé des actrices doublement nommée et oscarisées. Pour se préparer à ce rôle physique, l'actrice suit une rude formation sur le ring et en salle de musculation. Le film est également un franc succès au box office[17], acclamé par la profession, remportant notamment 4 Oscars[18]. Hilary Swank renoue avec les hauteurs, adoubée par la critique, elle reçoit près d'une trentaine de récompenses ainsi que de nombreuses nominations[13].

Confirmation difficile (2005-2010)[modifier | modifier le code]

Hilary Swank regarde vers sa gauche pour écouter quelqu'un, elle est face à un micro durant le Comic-Con de San Diego
Hilary Swank au Comic-Con 2006, pour la promotion de l'attendu Le Dahlia noir.

Elle tient en 2006 un rôle de femme fatale pour Brian De Palma dans le thriller Le Dahlia noir, tiré du roman de James Ellroy. Elle succède à Eva Green pour ce rôle de femme fatale. Un choix risqué qui déçoit. Côté box office, cette production ne rencontre pas le succès escompté[19] et côté critique, elle divise, étant à la fois citée lors de remises de prix de prestige mais aussi parodique[20].

En 2007, elle devient une enseignante écrivain dans le drame social Ecrire pour exister, dirigé par Richard LaGravenese. Film pour lequel l'actrice reçoit le Goldene Kamera de la meilleure actrice internationale[21], en plus d'un succès validé auprès du public[22].

L'actrice au festival de Cannes 2009, pour la sortie de Amelia.

Elle enquête sur de mystérieux événements dans le film d'horreur Les Châtiments avant de tourner à nouveau sous les ordres de Richard LaGravenese avec Gerard Butler et Lisa Kudrow dans la comédie romantique P.S. I Love You, dans le rôle de Holly R.Kennedy, jeune veuve tentant de refaire sa vie. Le premier rencontre son public[23] mais peine à séduire la critique[24]. Tandis que son émouvante interprétation dans le second, lui permet de décrocher de nouveau le Goldene Kamera de la meilleure actrice ainsi que l'Irish Film and Television Awards[25], tout en réalisant de bonnes performances au box office[26].

Fin 2008, Hilary Swank apparaît dans le film Les Oiseaux d'Amérique, avec Matthew Perry, mais ce projet passe inaperçu[27]. En 2009, elle est à l'affiche du drame biographique Amelia, avec Richard Gere, sous la direction de Mira Nair. Le film est un échec commercial[28] et critique[29]. L'interprétation de Swank lui permet juste d'élue Meilleure actrice lors des Women's Image Network Awards et lors du Festival du film de Hollywood[30].

En 2010, elle tente aussi de défendre un drame indépendant ambitieux. Conviction, où elle est entourée de Sam Rockwell, Minnie Driver et Melissa Leo. Sa performance lui vaut une nomination au Screen Actors Guild Awards de la meilleure actrice[31], mais le box-office est faible[32] Ce double échec l'amène à accepter des projets ouvertement commerciaux.

Passage au second plan et retour à la télévision (années 2010)[modifier | modifier le code]

Hilary Swank, lors du Festival international du film de Tokyo, en 2015, pour la présentation de son film Le Second Souffle.

En 2011, elle est ainsi la tête d'affiche du film d'horreur La Locataire, avec Jeffrey Dean Morgan. Les critiques sont divisées[33]. Elle est aussi au casting de la comédie romantique chorale Happy New Yearl[34]. Enfin, la production de Garry Marshall lui permet également de renouer avec les hauteurs du box office[35], à défaut de convaincre la critique[36].

En 2013, c'est vers la télévision qu'elle se tourne pour revenir au drame : le téléfilm Mary et Martha : Deux mères courage est nommé lors des Humanitas Prizes, une cérémonie qui récompense les films ou séries télévisées promouvant la dignité humaine et la liberté[37].

En 2014, après avoir marqué une pause de trois ans, elle revient sur le grand écran en étant à l'affiche de deux productions : D'abord, le western réalisé par Tommy Lee Jones, The Homesman. Le film est plébiscité par la critique et se retrouve cité lors de prestigieuses cérémonies de remises de prix[38] bien qu'il n'ait pu rencontrer son public étant sorti dans un nombre de salles restreint[39].

Elle tient aussi le premier rôle du mélodrame Le Second Souffle, avec Josh Duhamel et Emmy Rossum. Elle est également productrice du film, mais le projet ne bénéficie pas d'une grande exposition et sort dans peu de salles[40], il lui permet en revanche, d'être citée pour le Jupiter Awards de la meilleure actrice[41].

En 2016, elle prête seulement sa voix à la Reine dans le film d'animation Spark : A Space Tail. En 2017, elle se joint au retour du réalisateur Steven Soderbergh pour la comédie Logan Lucky avec Channing Tatum, Daniel Craig et Katie Holmes. Le film suit deux frères qui élaborent un plan pour commettre un braquage durant une course de NASCAR à Charlotte en Caroline du Nord.

L'année d'après, elle tient la vedette de deux longs-métrages dramatiques qu'elle produit : d'abord aux côtés d'Helena Bonham Carter, pour 55 Steps , qui sort en mai 2018, en Allemagne. Et elle porte le film What They Had avec Michael Shannon et Aimee Garcia qui traite de la maladie d'Alzheimer. Les deux films passent inaperçus.

Elle décide donc de revenir à la télévision pour un rôle régulier. En effet, 20 ans après Beverly Hills 90210, elle intègre la distribution principale de la première saison de la série d'anthologie dramatique Trust aux côtés de Donald Sutherland. Cette saison raconte l'histoire vraie du kidnapping de John Paul Getty III, survenu à Rome en 1973. Les trois premiers épisodes sont réalisés par le cinéaste britannique Danny Boyle. Cependant, la série est diffusée en mars 2018 par la chaîne FX, soit trois mois après la sortie d'un long-métrage racontant la même histoire, Tout l'argent du monde, de Ridley Scott. C'est l'oscarisée Michelle Williams qui prête ses traits à Abigail Getty, le rôle tenu par Swank à la télévision.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Hilary Swank au gala de charité Life Ball 2013.

Hilary Swank s'est mariée à l'acteur Chad Lowe en 1997. Le couple divorce en 2006.

Elle vit ensuite jusqu'en 2012 avec John Campisi, son agent.

Le , elle annonce ses fiançailles avec l'homme d'affaires américain Ruben Torres[42]. En juin 2016, le couple se sépare après trois mois de fiançailles[43].

Sa participation le à la luxueuse fête du trente-cinquième anniversaire du président tchétchène Ramzan Kadyrov, accusé par l'Occident de bafouer les droits de l'homme dans son pays et qui l'a invitée pour l'occasion ainsi que d'autres vedettes comme Jean-Claude Van Damme et Vanessa-Mae pour 500 000 dollars, selon la presse locale[44], suscite l'indignation de l'association Human Rights Watch[45]. La polémique qui en découle la conduit à exprimer publiquement des regrets et à se séparer de son manager Jason Weinberg[46].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Téléfilms[modifier | modifier le code]

Séries télévisées[modifier | modifier le code]

En tant que productrice[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Hilary Swank pour les Oscars 2008.

Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section proviennent de la base de données IMDb[13].

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Voix françaises[modifier | modifier le code]

En France, Marjorie Frantz est la voix française régulière de Hilary Swank.

Au Québec, Camille Cyr-Desmarais et Anne Dorval sont les voix régulières de l'actrice[47].

En France[modifier | modifier le code]

et aussi :

Au Québec[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d (en) Angela Dawson, « The Write Stuff », The Detroit News Online, (consulté le 6 janvier 2007)
  2. (en) « Senate Resolution 16 - Introduced »
  3. (en) « Hilary and Hunky Patrick Picture Perfect at Premiere », Hello! Magazine,‎ (lire en ligne)
  4. (en) « Hilary Swank Biography », tiscali.co.uk, (consulté le 24 novembre 2006). Les informations sur la scolarité sont en page 2.
  5. (en) « Hilary Swank Tells All to Extra », United Press International, (consulté le 4 janvier 2007)
  6. (en) Jim Slotek, « Swank’s Life Lessons », Calgary Sun,‎ (lire en ligne)
  7. (en) « Box Office - Buffy the Vampire Slayer », sur Box Office Mojo
  8. (en) « Review - Buffy the Vampire Slayer », sur Rotten Tomatoes
  9. Jean-Maxime Renault, « T'es viré ! Ces acteurs qui ont été jetés de leurs séries... », sur Allociné.fr,
  10. (en) « The Affair of the Necklace », sur Box Office Mojo
  11. (en) « Insomnia (2002) - awards », sur IMDb
  12. (en) « Box Office - Insomnia », sur Box Office Mojo
  13. a, b et c (en) « Hilary Swank - Awards - IMDb », sur IMDb
  14. (en) « Box Office - The Gift », sur Box Office Mojo
  15. (en) « Box Office - The Core », sur Box Office Mojo
  16. (en) « Onze heures quatorze (2003) - Awards », sur IMDb
  17. (en) « Box Office - Million Dollar Baby », sur Box Office Mojo
  18. (en) « Million Dollar Baby - Awards », sur IMDb
  19. (en) « Box Office - Le Dahlia Noir », sur Box Office Mojo
  20. (en) « Le dahlia noir (2006) - Awards », sur IMDb
  21. (en) « écrire pour exister - awards », sur IMDb
  22. « Box Office - Ecrire pour exister », sur JP's Box-Office
  23. (en) « Les châtiments - Box Office », sur Box Office Mojo
  24. (en) « Review - The Reaping », sur Rotten Tomatoes
  25. (en) « P.S. I Love You (2007) - Awards », sur IMDb
  26. (en) « Box Office - P.S. I Love You », sur box office mojo
  27. (en) « Review - Birds of America », sur Rotten tomatoes
  28. (en) « Box Office - Amelia », sur IMDb
  29. https://www.rottentomatoes.com/m/amelia_2009/
  30. (en) « Amelia - Awards », sur IMDb
  31. (en) « Conviction - Awards », sur IMDb
  32. (en) « Box Office - Conviction », sur Box Office mojo
  33. (en) « La locataire - Awards », sur IMDb
  34. « Box office - La locataire », sur JP's Box-Office
  35. (en) « Box office - Happy New Year », sur Box Office Mojo
  36. (en) « Review - Happy New Year », sur Rotten tomatoes
  37. (en) « Mary & Martha: Deux mères courage (2013 TV Movie) - Awards », sur IMDb
  38. (en) « The Homesman - Awards », sur IMDb
  39. (en) « The Homesman - Box Office », sur box office mojo
  40. (en) « Box Office - You're not You », sur box office mojo
  41. (en) « Le second souffle - Awards », sur IMDb
  42. « Hilary Swank va se marier », sur Le Huffington Post (consulté le 12 avril 2016)
  43. Closermag.fr, « Hilary Swank rompt ses fiançailles avec Ruben Torres ! », sur Closermag.fr (consulté le 13 juin 2016)
  44. « La Tchétchénie célèbre en grande pompe l’anniversaire de son président Kadyrov », La Tribune de Genève, 5 octobre 2011
  45. (en) « Russia: Celebrities Should Refuse Pay for Chechnya Gala  », Human Rights Watch
  46. (en) Ben Child, « Hilary Swank Sacks Manager and Staff Following Ramzan Kadyrov PR Disaster », The Guardian,‎ (lire en ligne)
  47. « Comédiennes ayant doublé Hilary Swank au Québec », sur Doublage.qc.ca
  48. a, b, c, d et e « Comédiennes ayant doublé Hilary Swank en France » sur RS Doublage

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :