Hiermont

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Hiermont
Hiermont
La mairie.
Blason de Hiermont
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Somme
Arrondissement Amiens
Intercommunalité Communauté de communes du Territoire Nord Picardie
Maire
Mandat
Audrey Carpentier
2020-2026
Code postal 80370
Code commune 80440
Démographie
Gentilé Hiermontois
Population
municipale
151 hab. (2018 en augmentation de 7,86 % par rapport à 2013)
Densité 30 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 11′ 46″ nord, 2° 04′ 37″ est
Altitude Min. 70 m
Max. 125 m
Superficie 5,01 km2
Élections
Départementales Canton de Doullens
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Hiermont
Géolocalisation sur la carte : Somme
Voir sur la carte topographique de la Somme
City locator 14.svg
Hiermont
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Hiermont
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Hiermont

Hiermont est une commune française située dans le département de la Somme, en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Village picard du Bernavillois, situé à 6 km au sud d'Auxi-le-Château et à 25 km au nord - est d'Abbeville, il est desservi par l'ancien tracé de la route nationale 41 (actuelle RD 941).

Localisation[modifier | modifier le code]

Transports en commun routiers[modifier | modifier le code]

La localité est desservie par les lignes de bus du réseau Trans'80, chaque jour de la semaine, sauf le dimanche[1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

  • Des vestiges préhistoriques et antiques ont été découverts dans le village.
  • Ancienne ville fortifiée appelée Mont-Sacré, le village reçut une charte communale en 1192.
  • Au Moyen Âge, Hiermont a été un bourg important avec deux châteaux, une maladrerie, un hôpital, des halles, un franc marché, une foire et une enceinte fortifiée[2].
  • Un des châteaux avait été construit par le comte d'Aumale, Jean de Ponthieu. Il a été détruit par les Anglais en 1346. L'autre a appartenu à la famille Le Vasseur, est passé aux de Brestel (Brustel) jusqu'à la fin de l'Ancien régime[3].
  • La localité fut dévastée par les Espagnols en 1636 et son château fut démoli[4].
  • Le village d'aujourd'hui est parcouru de nombreux souterrains creusés en 1647 et 1648 : les muches. Des rues desservent des cellules servant d'étables et de greniers. Chaque cellule était fermée à clé. Les habitants s'y réfugiaient en cas d'invasion[5].
  • En 1648, l’échevinage a été reconstruit, preuve de droits communaux très anciens[2].

Par arrêté préfectoral du , la commune est détachée le de l'arrondissement d'Abbeville pour intégrer l'arrondissement d'Amiens[6].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1945 1962 Marius de Saint Acheul    
1962 1971 César Duvauchelle    
1971 1977 Daniel de Saint Acheul    
1977 1984 Philippe Mayu    
1984 2001 Henri Hazenfratz    
mars 2001 2008 Janine Deslandes    
mars 2008[7] 2014 Béatrice Mayu NC  
2014[8] mai 2020 Frédéric Duval    
mai 2020[9] En cours
(au 8 octobre 2020)
Audrey Carpentier    

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[10]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[11].

En 2018, la commune comptait 151 habitants[Note 1], en augmentation de 7,86 % par rapport à 2013 (Somme : −0,18 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
436411431442438409420426428
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
426417432414402365321313301
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
312330306273269260254230222
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
208207185165171167129141151
2018 - - - - - - - -
151--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2006[13].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Le village n'a plus d'école. La compétence scolaire est gérée par la communauté de communes.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Les muches. Elles consistent en un réseau de galeries et de chambres souterraines creusées au XVIIe siècle pour protéger les populations, les récoltes et les biens des incursions françaises et des troupes espagnoles (toutes proches, la frontière était l'Authie). Les muches d’Hiermont, achevées en 1648, comportent 75 chambres réparties en deux rues. La rampe d'accès, près de l'église, d’une longueur de 25 mètres, est maçonnée à redans.
  • L'église Saint-Jean-Baptiste du XIIIe siècle, avec des voûtes à clefs pendantes du XVIe siècle et une tour du XVIIIe siècle. Au-dessus du portail d'entrée, se trouve la statue du saint patron avec sa peau de chameau et sa croix[14].
  • La chapelle des Manâtres ou chapelle Manâtre. Son nom pourrait venir de manium atrium, la demeure (ou le cimetière) des mânes (les âmes des morts pour les Romains). Datée du Xe siècle, des étymologistes prétendent que son nom signifie plutôt mont sacré[14].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Hiermont (Somme).svg

Les armes de la commune furent gravées au XIXe siècle. Hiermont se vit octroyer une charte communale en 1192. Au XIIIe siècle, la commune possédait un sceau sur lequel était figuré un chevalier armé de toutes pièces avec la mention maiori.de.hiermont+sigillo. C'est vraisemblablement ce sceau qui donna naissance au blason[15],[2].

Blasonnement :

  • d'azur au cavalier contourné d'argent armé, casqué et cuirassé du même, tenant de sa main dextre une lance pavillonnée de sinople, au cheval d'or, bardé et cuirassé aussi d'argent.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Trans80, Abbeville », sur trans80.hautsdefrance.fr.
  2. a b c et d Jacques Dulphy, « Le cavalier armé d'Hiermont », Courrier picard,‎ , p. 30.
  3. Le village dans Armoiries samariennes
  4. « Hiermont »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur le site du Quid (consulté le 6 septembre 2008)
  5. Le Courrier picard, édition Picardie maritime, 19 septembre 2016, p. 13.
  6. « Arrêté préfectoral portant modification des limites territoriales des arrondissements de la Somme - Recueil n°200 des actes administratifs du 27 décembre 2016 des Hauts-de-France », sur http://www.prefectures-regions.gouv.fr/hauts-de-france/, (consulté le 15 janvier 2017).
  7. « Liste des maires de la Somme », sur http://www.somme.pref.gouv.fr, (consulté le 5 septembre 2008)
  8. « Liste des maires de la Somme » [xls], Liste des élus du département de la Somme, Préfecture de la Somme, (consulté le 9 juin 2014)
  9. « Liste des élus de la Somme » [ods], Listes des élus, Préfecture de la Somme, (consulté le 8 décembre 2020).
  10. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  11. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  12. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  14. a et b André Guerville, Chapelles et oratoires en Pays de Somme, Abbeville, imprimeur Frédéric Paillart, coll. « Richesses en Somme », 4e trimestre 2003, 302 p., p. 75 (ASIN B000WR15W8).
  15. https://armorialdefrance.fr/page_blason.php?ville=3248