Hibat Tabib

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Hibat Tabib
Hibat Tabib.JPG
Hibat Tabib à Pierrefitte-sur-Seine à l'occasion de l'avant-première du film Nous trois ou rien.
Biographie
Naissance
Nationalité
Activités
Enfant
Autres informations
Distinction

Hibatolah Tabib Ghafari, dit Hibat Tabib[1] est un juge[2] iranien né en 1947 à Dezfoul (Iran)[3], militant des forces démocratiques à Téhéran.

Il est le père de l'humoriste, acteur et réalisateur Kheiron, qui a raconté son histoire dans le premier film qu'il a réalisé, Nous trois ou rien, dans lequel il joue lui-même le rôle de son père[4],[5].

Biographie[modifier | modifier le code]

Contestant l'autorité du shah, il est emprisonné 7 ans et 4 mois, et soumis à la torture. Il sera libéré en 1979. Il participe alors à la révolution qui porte au pouvoir l'ayatollah Khomeiny, et se présente aux élections en 1980 comme candidat des forces démocratiques[6],[3]. Mais il doit fuir l'Iran avec sa famille en 1983. Il réussit à rejoindre clandestinement la Turquie où il reste huit mois. Il reçoit un visa pour la France et arrive à Villeurbanne pour quelques mois en novembre 1984 puis se fixe à Stains (Seine-Saint-Denis) [4].

Il obtient à Jussieu un DEA en relations internationales et connaissance du tiers-monde[6]. Il s’engage dans la vie associative à Stains et dirige en 1992 le centre social Georges-Brassens de Pierrefitte[6], puis fonde en 2001 l'association de médiation AFPAD ('Association pour la formation, la prévention et l'accès aux droits) dans la même commune[7]. Pour 28 ans d'engagement dans le monde associatif, il est promu chevalier de la Légion d'honneur[1] et décoré par le président de l'Assemblée nationale, Claude Bartolone, en 2013[3].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Ouvrage[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Décret du 29 mars 2013 portant promotion et nomination », legifrance.gouv.fr, (consulté le )
  2. Les Grandes gueules, RMC, Le Grand oral des GG, Kheiron :" les musulmans ont, eux aussi, envie de rire des islamistes, voir à 8:30, « j'ai un peu rabaissé dans le film pour des vannes, mais en fait, il était juge », https://www.youtube.com/watch?v=scE1gEh0Aj0
  3. a b et c Claude Bartolone, « Remise de la légion d’honneur à Monsieur Hibat Tabib », claudebartolone.fr, (consulté le )
  4. a et b « Les Tabib, père et fils sur le fil de l’exil », sur http://www.la-croix.com/
  5. « Interview à la carte : Kheiron et Hibat Tabib - 28 minutes - ARTE », sur https://www.youtube.com/
  6. a b et c « Entretien avec Hibat Tabib, Avocat iranien, militant des forces démocratiques à Téhéran »
  7. « Hibat Tabib ou l'art de repêcher les élèves décrocheurs », sur http://www.leparisien.fr/

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]