Heugleville-sur-Scie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Heugleville-sur-Scie
Image illustrative de l'article Heugleville-sur-Scie
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Seine-Maritime
Arrondissement Dieppe
Canton Luneray
Intercommunalité Communauté de communes Terroir de Caux
Maire
Mandat
Antoine Declercq
2014-2020
Code postal 76720
Code commune 76360
Démographie
Gentilé Heuglevillais
Population
municipale
633 hab. (2015 en augmentation de 6,21 % par rapport à 2010)
Densité 48 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 43′ 53″ nord, 1° 05′ 59″ est
Altitude Min. 77 m
Max. 157 m
Superficie 13,09 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Heugleville-sur-Scie

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Heugleville-sur-Scie
Liens
Site web www.heuglevillesurscie.fr

Heugleville-sur-Scie est une commune française située dans le département de la Seine-Maritime en Normandie (anc. Haute-Normandie).

Géographie[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Attesté sous la forme latinisée Huglevilla v.1135, forme comparable à celle d'Hugleville-en-Caux en 1071[1].

Correctisme de /u/ en /eu/, par rapport aux formes dialectales, ex. : peur, feu, en cauchois pue, fu.

Signification: la « ville » (ferme) de Hugleikr, nom de personne norrois[2], constitué de l'élément leikr « jeu » qui compose également Asleikr (dans Anneville-sur-Scie par exemple). Le nom a été anglicisé en Hygelac dans Beowulf et latinisé en Chlochilaicus chez Grégoire de Tours. Il est actuellement encore en usage en Islande sous la forme Hugleikur.

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
    Charles Louis Adrien Bucaille   Grand électeur
1936   Langlois d'Estaintot    
1975   André Declercq    
juin 2006 mars 2014 Jean Pierre Lemarchand    
mars 2014 en cours
(au avril 2014)
Martine Lecœur    

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[4].

En 2015, la commune comptait 633 habitants[Note 1], en augmentation de 6,21 % par rapport à 2010 (Seine-Maritime : +0,48 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
767 793 799 759 848 929 888 866 815
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
801 808 800 776 763 715 736 721 708
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
736 721 700 663 666 656 652 691 667
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
629 603 539 527 509 544 517 589 622
2015 - - - - - - - -
633 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-Aubin.
  • Le château des Guerrots.
  • Le château de Chamacourt (monument disparu), dont le domaine se trouvait principalement sur les communes d'Heugleville-sur-Scie, hameau de la Corbière, et Cropus. Au milieu du XVIIe siècle, la seigneurie de Chamacourt est la possession de Gilles Bécu, dont les héritiers s'en défont par échange en 1676, avec Antoine Couture, receveur des gages de la Cour des aides de Rouen [7] . A Antoine Couture, succède son fils Salomon Couture, conseiller au Parlement de Normandie [8], mort en 1761 à Chamacourt, sans laisser de postérité [9]. En 1766, sa sœur et héritière, Marie Couture, veuve de Nicolas Charles Baudry, chevalier, seigneur d'Imbleville, vend Chamacourt à Antoine Augustin Thomas du Fossé, seigneur de Bosmelet, conseiller au Parlement de Normandie, mort à Bosmelet en 1787. A ce dernier, succède son fils, Pierre Augustin Thomas de Chamacourt, maire d'Heugleville-sur-Scie de 1809 à 1812, mort en 1819, puis la fille de celui-ci. Antoinette Thomas de Chamacourt, mariée en 1819 avec Louis Barbin de Broyes, puis leur fille, Jacqueline Gabrielle Maximilienne Barbin de Broyes (1824-1907), mariée en 1848 avec Jacques Armand Henri Guyon de Guercheville. Cette dernière laisse pour successeur à Chamacourt son petit-fils le comte Jacques du Luart [10](1881-1950), qui sera conseiller général et député de la Seine-Inférieure, et le dernier propriétaire du château de Chamacourt, détruit pendant la Seconde Guerre mondiale. L'aspect du château de Chamacourt est connu par des cartes postales anciennes. Il était construit en brique et pierre sur deux niveaux et neuf travées. Les deux travées de chaque extrémité formaient des ailes légèrement saillantes. Il était précédé par une ample avenue, plantée d'arbres.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. François de Beaurepaire (préf. Marianne Mulon), Les Noms des communes et anciennes paroisses de la Seine-Maritime, Paris, A. et J. Picard, , 180 p. (ISBN 978-2-7084-0040-5, OCLC 6403150)
  2. François de Beaurepaire, op. cit.
  3. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  7. Stanislas Le Filleul des Guerrots, Notes et recherches sur la paroisse d'Heugleville sur Scie, Rouen, Paul Leprêtre, , 164 p., p. 137-139
  8. Comte d'Arundel de Condé, Les Anoblis par charge en Haute-Normandie de 1670 à 1790, Paris, Patrice du Puy, , 416 p., p. 59 & 385
  9. Stanislas Le Filleul des Guerrots, Notes & recherches historiques sur la paroisse d'Heugleville sur Scie, Rouen, Paul Leprêtre, , 164 p., p. 139-140
  10. Stanislas Le Filleul des Guerrots, Notes et recherches historiques sur la paroisse d'Heugleville sur Scie, Rouen, Paul Leprêtre, , 164 p., p. 142 à 149