Heudicourt (Eure)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Heudicourt
Heudicourt (Eure)
Le château d'Heudicourt.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Eure
Arrondissement Les Andelys
Intercommunalité Communauté de communes du Vexin Normand
Maire
Mandat
Jean-Jacques Bouche
2020-2026
Code postal 27860
Code commune 27333
Démographie
Gentilé Heudicourtois
Population
municipale
703 hab. (2018 en augmentation de 10,19 % par rapport à 2013)
Densité 66 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 20′ 17″ nord, 1° 39′ 39″ est
Altitude Min. 87 m
Max. 123 m
Superficie 10,73 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Paris
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Gisors
Législatives Cinquième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Normandie
Voir sur la carte administrative de Normandie
City locator 14.svg
Heudicourt
Géolocalisation sur la carte : Eure
Voir sur la carte topographique de l'Eure
City locator 14.svg
Heudicourt
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Heudicourt
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Heudicourt

Heudicourt est une commune française située dans le département de l'Eure en région Normandie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Heudicourt est une commune du Nord-Est du département de l'Eure. Elle appartient à la région naturelle du Vexin normand et se situe à 6 km d'Étrépagny, à 12 km de Gisors, à 16 km de Lyons-la-Forêt, à 18 km de Gournay-en-Bray et 86 km de Paris

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Heudicourt est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[2],[3],[4].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Paris, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire regroupe 1 929 communes[5],[6].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Heldreci Cortis au XIIe siècle, Hilliricort en 1173, Heudincourt en 1240[7].

Histoire[modifier | modifier le code]

Village de défrichement des XIe et XIIe siècles à plan radio concentrique d'un rayon de trois kilomètres environ. Du centre, avec le cimetière et le puits, il ne reste rien. Les axes de défrichement sont toujours visibles du ciel.

En , a eu lieu, à Heudicourt, l'entrevue entre Louis VII et Henri II Plantagenet en vue du mariage de leurs enfants Marguerite et Henri, mettant ainsi un terme à leur hostilité par l'engagement de leurs deux familles.

Une des sept «  villes de Bleu »[Note 3] qui avait le droit de faire paître les bêtes et prendre du bois dans « la forêt de Bleu », (partie de la Forêt domaniale de Lyons, qui s’étendait jadis jusqu’à l’actuel bois de Gisors, autrefois « Buisson Bleu »)[8].

Durant la guerre de Cent Ans, le fief d'Heudicourt est concédé par les Anglais à Richard Auburgham et prend alors le nom de « fief à l'Anglais ». Après la bataille de Formigny, Heudicourt fut rendue à son propriétaire, Robert de Saint-Martin.

En 1487, au moment des guerres d'Italie, Heudicourt appartenait à Valéran de la Tour Milon, et c'est après la Saint Barthélemy, en 1574, que la famille Sublet, originaire de Blois, acquit le domaine. C'est le second fils, Michel, qui fit construire le château.

Le le tiers état se réunit dans l'église pour élire ses trois députés à l'assemblée du bailliage de Gisors et rédiger son cahier de doléances. Peu d'Heudicourtois sont présents, 21 alors que 220 peuvent venir car l'assemblée est présidée par le juge seigneurial et le cahier, préparé à l'avance, est par conséquent peu revendicatif. Le tiers état est prudent ! Il se rattrape en 1793 en brulant dans un feu de joie tous les titres seigneuriaux comme la loi l'oblige. Jacques Fréret, né à Saint-Aubin-Jouxte-Boulleng (Seine Maritime) le 25 novembre 1726, curé d'Heudicourt[9], est exécuté à Paris le 22 messidor an 2 ()[10].

En , un commando allemand chargé de faire sauter le pont d'Oissel, traversa le village, à bord de véhicules à moteur.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 en cours Yves Estève UMP-LR Ingénieur retraité
1983 mars 2001 René Clouet   Gérant Ets Clouet
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[11]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[12].

En 2018, la commune comptait 703 habitants[Note 4], en augmentation de 10,19 % par rapport à 2013 (Eure : +0,83 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
830790760746745762765780807
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
777732673614623590581507480
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
450438437369362347347381397
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
428441389392519535600609618
2013 2018 - - - - - - -
638703-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[13] puis Insee à partir de 2006[14].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Sulpice.

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Site classé[modifier | modifier le code]

  • Le château, le petit parc qui l'entoure, l'allée bordée de tilleuls et de platanes le long de la route G.C. no 13, et la place de l'église Logo des sites naturels français Site classé (1948)[17].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Les sept villages de la Seigneurie de Amécourt, Tierceville, Saint-Denis-le-Ferment, Hébécourt, Heudicourt, Sancourt et Mainneville.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Géoportail (IGN), couche « Communes 2016 » activée ».
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 26 mars 2021).
  3. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 26 mars 2021).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 26 mars 2021).
  5. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le 26 mars 2021).
  6. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 26 mars 2021).
  7. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, Volume 2, Droz, p. 896, (ISBN 2600001336).
  8. Antoine Follain - Le village sous l'Ancien Régime.
  9. « Acte de baptême signé par Fréret, curé d'Heudicourt ».
  10. « L'église de Paris pendant la révolution française, 1789-1801 », Le document relate l'acte de condamnation avec erreur du nom de la paroisse dont Fréret est curé ("Héricourt (Eure)" au lieu d'Heudicourt; aucune commune d'Héricourt n'existe dans l'Eure et Fréret était bien prêtre du diocèse d'Evreux, curé d'Heudicourt)..
  11. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  12. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  13. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  14. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  15. « Église Saint-Sulpice », notice no PA00099453, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  16. « Château d'Heudicourt », notice no PA00099452.
  17. « Le château, le parc et la place de l'église d'Heudicourt », sur Direction Régionale de l'Environnement, de l'Aménagement et du Logement Normandie (consulté le 25 juillet 2017).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :