Heterodontus ramalheira

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Requin dormeur.

Heterodontus ramalheira est une espèce de requin dormeur très peu connue et qui semble peu abondante qui vit à l'ouest de l'océan Indien, de 22° Nord à 26° Sud et de 40 à 305 mètres de fond[1]. Il peut atteindre 80 cm de long.

il est appelé requin dormeur chabot en français et Whitespotted bullhead shark en anglais

Description[modifier | modifier le code]

Le requin dormeur chabot mesure jusqu'à 83 cm et est considéré comme mature sexuellement à partir de 60 cm[2],[1]. Il se reconnait à l'âge adulte par ses nombreuses taches blanches sur un fond plus sombre avec des "selles" sombres[2]. Les jeunes qui viennent de naitre ont un patron différent avec des spirales de lignes noires sur un fond clair[2].

La crête supra-orbitale est d'une hauteur moyenne et finit de façon abrupte juste après l’œil[2]. Les proptérygiums (organes copulateurs du mâle) sont séparés et non fusionnés au mésoptérygiums[2]. Les dents antérieures ont une grande cuspide et deux petites cuspide chez les adultes. Les dents molariformes sont quant à elle sont fortement carénées, rondes et peu étendues[2].

Ils ont entre 104 et 116 vertèbres[2]. Les écailles placoïdes sur les côtés du tronc sont dures et larges[2]. L'épine de la première nageoire dorsale est orienté vers l'avant chez les jeunes et verticale chez les adultes[2]. L'origine de la première nageoire dorsale est nettement antérieure à l'insertion des nageoires pectorales, juste derrière ou par dessus l'origine des nageoires pectorales et au dessus des ouvertures des troisièmes à cinquième branchies[2]. La première nageoire dorsale est libre à l'arrière et cette extrémité libre est antérieur ou opposée à l'origine des nageoires pelviennes , elle est falciforme chez les jeunes et plus élevée ainsi que semi-falciforme chez les adultes[2]. Elle est plus large que les nageoires pelviennes. La seconde nageoire dorsale est nettement plus petite que la première nageoire dorsale, elle est falciforme. Son origine se situe au-dessus des extrémités antérieures des nageoires pelviennes et devant les extrémités postérieures des nageoires pelviennes[2]. La nageoire anale est angulaire et falciforme, au repos son extrémité est légèrement antérieure à l'origine de la nageoire caudale inférieure[2]. L'espace entre les nageoires anales et caudales et à peine inférieur au double de la longueur de la base d'une nageoire pelvienne[2].

La longueur en le bout de la tête et la première nageoire dorsale représente 20 à 26% et la longueur entre la nageoire anale et la nageoire caudale représente 8 à 10 % de la longueur totale du corps[2]. La taille de la première nageoire dorsale est équivalente à entre 11 et 21 % de la longueur totale de l'individu[2].

Biologie et écologie[modifier | modifier le code]

La taille maximale rapportée d’un mâle est de 63 cm et celle d’une femelle de 83 cm[2] .

Le régime alimentaire est peu connu mais des crabes ont été trouvés lors d'analyses du contenu stomacal[2].

selon Compagno ils sont probablement ovipare mais ils sont mentionnés comme étant ovipare sur FishBase[2]. Cette prudence vient du fait qu'aucun œuf de requin dormeur chabot n'a été retrouvé[2].

Distribution et habitat[modifier | modifier le code]

Répartition du requin dormeur chabot en bleu

On retrouve le requin dormeur chabot au large de l'Afrique du Sud, du Mozambique, et dans toute la péninsule arabique[2].

Ils vivent sur des fonds sablonneux souvent en dessous de 100 mètres de profondeur selon les individus qui ont pu être pris dans les filets[2] et entre 40 à 305 mètres de fond selon l'article de Weigmann[1].

Étymologie et synonymes[modifier | modifier le code]

Etymologie[modifier | modifier le code]

Le nom scientifique vient de heteros (différents en grec) et odous (la dent en grec) car il a des dents différentes entre l'avant et l'arrière de la mâchoire. Ce qui est une caractéristique de tout les Heterodontidae.

Synonymes[modifier | modifier le code]

Heterodontus ramalheira est un synonyme de Gyropleurodus ramalheira[3].

Relation avec l'homme[modifier | modifier le code]

Les relations avec l'homme sont limitées à des prises accessoires dans les filets commerciaux et une fois dans un filet expérimental. Les requins dormeurs chabots sont aussi pris accidentellement dans des filets à crevette[2].

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (en) S. Weigmann, « Annotated checklist of the living sharks, batoids and chimaeras (Chondrichthyes) of the world, with a focus on biogeographical diversity », Journal of Fish Biology, vol. 88, no 3,‎ , p. 837–1037 (ISSN 0022-1112, DOI 10.1111/jfb.12874, lire en ligne)
  2. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p, q, r, s, t, u, v et w Compagno, Leonard J. V., Sharks of the world : an annotated and illustrated catalogue of shark species known to date, Food and Agriculture Organization of the United Nations, 2001- (ISBN 9251045437 et 9789251045435, OCLC 50209491, lire en ligne)
  3. « Synonyms of Heterodontus ramalheira (Smith, 1949) », sur fishbase.org (consulté le 10 mai 2018)