Hervé Coutau-Bégarie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Hervé Couteau Begarie)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bégarie.
Hervé Coutau-Bégarie
Description de l'image defaut.svg.
Naissance
Paris (France)
Décès (à 55 ans)
Profession
Professeur des Universités
Autres activités
Formation
Science politique (doctorat)

Hervé Coutau-Bégarie, né le à Angers (Maine-et-Loire) et mort le [1], est un essayiste et stratégiste français.

Il es spécialiste du domaine de la marine.

Biographie[modifier | modifier le code]

Formation[modifier | modifier le code]

Hervé Coutau-Bégarie est diplômé de l’Institut d'études politiques de Bordeaux, ancien élève de l’École nationale d'administration (promotion Henri-François-d'Aguesseau, 1982) et docteur d’État en science politique[Quand ?].

Carrière[modifier | modifier le code]

Lauréat de l'Académie française à 26 ans, il fut directeur de recherches en stratégie à l’École de guerre (EdG), président de la commission française d’histoire militaire, professeur au Cours supérieur d'État-Major (CSEM), directeur d'études à l’École pratique des hautes études (EPHE) et professeur à l'Institut catholique d'études supérieures.

Il a fondé l’Institut de stratégie comparée (ISC) et a été le directeur de publication de la revue Stratégique, codirecteur (avec Lucien Poirier) de la collection Bibliothèque stratégique chez Economica, membre du comité scientifique de la revue Nordiques, et assistant de Paul-Marie Coûteaux[2] dans son Libre Journal à Radio Courtoisie et dans les Cahiers de l'indépendance. Il est, entre autres, l'auteur de plusieurs études sur le linguiste et anthropologue Georges Dumézil[3]. Il a écrit aussi pour la Nouvelle Revue d'histoire.

Auteur d'un ouvrage sur l'Amiral Darlan qui reprend la thèse du double-jeu de Vichy et qui a été sévèrement critiqué par les historiens R.O. Paxton, H. Delpont et B. Costagliola.

Capitaine de frégate de réserve, il est chevalier de la Légion d'honneur, de l’ordre du Mérite maritime et de l’ordre des Arts et Lettres. Il est également membre de l’Académie royale des sciences navales de Suède. Il a représenté la France dans plusieurs groupes d'experts de l'ONU.

Il meurt d’un cancer de la langue à l’âge de 55 ans.

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • La puissance maritime soviétique, Economica, 1983[4]
  • Le phénomène « Nouvelle Histoire ». Stratégie et idéologie des nouveaux historiens, Economica, Paris, 1983, 354 pages.
  • Le problème du porte-avions, Economica, 1990
  • Le désarmement naval, Economica, 1995
  • George Dumezil rattrapé par la politique, Histoire, économie et société, 1995
  • L’histoire maritime en France, Economica, 1998
  • L’œuvre de Georges Dumézil, Economica, 1998
  • Darlan, Fayard, 1998
  • La puissance maritime, Fayard, 1998
  • Le patrimoine mobilier, Economica, 1999
  • La lutte pour l’empire de la mer, Economica, 1999
  • Lettres et notes de l'amiral Darlan, Economica, 1999
  • Marins et océans T. 2, Economica, 1999
  • Mers El-Kebir, Economica, 1999
  • Phénomène nouvelle histoire, Economica, 1999
  • L’évolution de la pensée navale Vol. 7, Economica, 1999[5]
  • Décadence de l’Occident, Perrin, 2000
  • Pensée stratégique et humanisme, Economica, 2000
  • Géostratégie du Pacifique, Economica, 2001
  • Traité de stratégie, 3e édition, Economica, 2002
  • Traité de stratégie, Economica, 2003, traduit en six langues.
  • Le meilleur des ambassadeurs, théorie et pratique de la diplomatie navale, Economica, 2007
  • Bréviaire stratégique, Argos, 2013 (posthume)
  • Avec Martin Motte, Approches de la géopolitique, Economica, 2013 (posthume)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Références[modifier | modifier le code]