Hervé Arribart

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Arribart.
Hervé Arribart
Naissance
Nationalité Drapeau : France française
Domaines Physique des polymères et des verres
Institutions ESPCI ParisTech, Saint-Gobain
Diplôme École polytechnique
Distinctions Membre de l'Académie des Technologies

Hervé Arribart est un physicien et chimiste français, professeur à l'ESPCI ParisTech, directeur scientifique de Saint-Gobain, membre de l'Académie des technologies, et Fellow de la société Presans.

Biographie[modifier | modifier le code]

Diplômé de École polytechnique (promotion 1972), Hervé Arribart effectue sa thèse au laboratoire de physique de la matière condensée de l'École Polytechnique[1]. De 1975 à 1979, il est chercheur en physique des solides à l'École Polytechnique. Il étudie le transport des ions et des électrons dans des solides grâce à la résonance magnétique nucléaire[2]. En 1982, il rejoint le centre de recherche d'Elf-Aquitaine à Lacq où il développe des Ion Sensitive Field Effect Transistor pour mesurer le pH de solutions aqueuses. Elf décide de vendre cette technologie à DuPont, et Hervé Arribart est recruté en 1985 par Saint-Gobain pour travailler sur l'adhésion des polymères. Il est professeur chargé de cours à l'École polytechnique de 1986 à 1998. En 1990, il fonde le laboratoire de recherche "Surface du Verre et Interfaces", laboratoire mixte entre Saint-Gobain et le CNRS, qu'il dirige jusqu'en 1997. En 2000, il est nommé Directeur scientifique de Saint-Gobain Recherche, puis en 2002 directeur scientifique de la compagnie de Saint-Gobain. Il est nommé professeur de l'ESPCI ParisTech en 2009[3] où il enseigne les problématiques liées à l'énergie et au développement durable.

Hervé Arribart est membre du conseil scientifique de China Materialia LLC[4].

Travaux[modifier | modifier le code]

Hervé Arribart s'intéresse aux nanomatériaux[5]. Il a contribué au domaine des capteurs chimiques, a étudié les problèmes d'adhésion des polymères sur le verre et les céramiques et à fracture des matériaux fragiles. Il s'intéresse également aux matériaux biomimétiques[6],[7] et problématiques liées à l'énergie. Il est membre du comité scientifique de l'énergie pour l'agence nationale de la recherche[8].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Hervé Arribart est membre de l'Académie des Technologies[9] depuis 2003 et de la société française de physique. Il est lauréat du grand prix Aymé Poirson de l'Académie des sciences en 1995[10].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Les nanomatériaux, (autres que ceux des technologies de l'information et des communications), dans Nanosciences - Nanotechnologies, éditions Lavoisier (Paris, 2004)

Références[modifier | modifier le code]