Hertsa

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Hertsa
(uk) Герца
Herţa
Blason de Hertsa
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de l'Ukraine Ukraine
Subdivision Flag of Chernivtsi Oblast.svg Oblast de Tchernivtsi
Raïon Hertsa
Code postal 60500
Indicatif tél. +380 3740
Démographie
Population 2 113 hab. (2014)
Densité 951 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 09′ nord, 26° 16′ est
Altitude 160 m
Superficie 222,3 ha = 2,223 km2
Divers
Fondation 1437
Statut Ville depuis 1884
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Oblast de Tchernivtsi
Voir sur la carte administrative de l'Oblast de Tchernivtsi
City locator 14.svg
Hertsa
Géolocalisation sur la carte : Ukraine
Voir sur la carte administrative d'Ukraine
City locator 14.svg
Hertsa
Géolocalisation sur la carte : Ukraine
Voir sur la carte topographique d'Ukraine
City locator 14.svg
Hertsa
Sources
Liste des villes d'Ukraine

Hertsa (en ukrainien : Герца) ou Guertsa (en russe : Герца) ou Herţa (en roumain) est une ville de l'oblast de Tchernivtsi, en Ukraine, et le centre administratif du Raion de Herța. Sa population s'élevait à 2 113 habitants en 2014.

Géographie[modifier | modifier le code]

Hertsa est située au sud de la rivière Prut, près de la frontière roumaine, à 29 km au sud-est de Tchernivtsi et à 403 km au sud-ouest de Kiev[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Hertsa est mentionnée pour la première fois en 1437 et appartient historiquement à la principauté de Moldavie. Grâce à ses relations commerciales, la ville se développe, devient un important marché et obtient le statut de ville en 1672. Après l’union de la Moldavie avec la Valachie en 1859, la ville fait partie de la Roumanie et son statut de ville est renouvelé en 1864.

Après la Première Guerre mondiale, Hertsa reste roumaine jusqu’à l’occupation soviétique de la Bessarabie et de la Bucovine du Nord. L’Union soviétique ne revendiquait pas Hertsa, mais la Bessarabie et la Bucovine du nord. Toutefois la ville, se trouvant à la limite de ces deux régions, est tout de même prise par l’Armée rouge le en application du protocole secret du pacte Hitler-Staline. Si l’Armée rouge entra dans Hertsa, c’est parce que sur la carte de l’état-major soviétique, l’épaisseur du trait rouge marquant la nouvelle frontière couvrait par erreur Hertsa[2]. Comme la garnison roumaine locale ne s’y attendait pas, elle se défend, est anéantie et l’armée roumaine compte dans cet engagement ses tout premiers morts de la Seconde Guerre mondiale. La garnison de Hertsa comptait un soldat de confession juive, Solomon Iancou, considéré après-guerre comme la première victime de la Shoah en Roumanie[3]. Avec l’attaque de l’Axe contre l’URSS, la ville redevient roumaine en juin 1941 et la minorité juive, accusée par le régime roumain devenu fasciste d’avoir soutenu les autorités soviétiques d’occupation, est déportée en Transnistrie d’où la plupart de ses membres ne reviendront pas[4]. Hertsa a été à nouveau rattachée à la République socialiste soviétique d'Ukraine en mars 1944. Depuis 1991, elle fait partie de l’Ukraine indépendante.

Jusqu’à nos jours (seconde décennie du XXIe siècle) la ville de Hertsa est restée peuplée à 95 % par une population de langue et de culture moldave roumaine. En Roumanie même, les conditions de l’annexion de la ville par l’Union soviétique, en 1940, ainsi que le génocide commis par le régime Antonescu entre 1941 et 1943, demeurent des sujets douloureux.

Population[modifier | modifier le code]

Recensements (*) ou estimations de la population[5] :

Évolution démographique
1959 1970 1979 1989 2001
1 4072 0942 1492 3602 068
2010 2011 2012 2013 2014
2 1272 1302 1282 1222 113

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Distances à vol d'oiseau ou distances orthodromiques.
  2. Grigore Gafencu, Préliminaires de la guerre à l'Est, Éditions Egloff et L.U.F. (Librairie de l'Université de Fribourg), Fribourg - Paris, 1944.
  3. Marius Mircu, Ce qui est arrivé aux juifs de Roumanie, Glob, Bat Yam et Papyrus, Holon 1996.
  4. Matatias Carp, Cartea neagră, le livre noir de la destruction des Juifs de Roumanie, 1940-1944, Denoël, 2009
  5. « Recensements et estimations de la population depuis 1897 », sur pop-stat.mashke.org(uk) « Office des statistiques d'Ukraine : population au 1er janvier 2010, 2011 et 2012 », sur database.ukrcensus.gov.ua« Office des statistiques d'Ukraine : population au 1er janvier 2011, 2012 et 2013 », sur database.ukrcensus.gov.ua

Liens externes[modifier | modifier le code]