Heroes of Might and Magic III: Armageddon's Blade

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Heroes of Might and Magic III
Armageddon's Blade
Éditeur The 3DO Company
Développeur New World Computing

Date de sortie mars 2000 (France)

septembre 1999 (USA)

Genre stratégie au tour par tour
Mode de jeu un joueur, multijoueur
Plate-forme PC
Média CD-Rom
Langue français
Contrôle clavier + souris

Heroes of Might and Magic III: Armageddon's Blade est une extension du jeu Heroes Of Might And Magic III sortie en mars 2000[1]. Elle ajoute entre autres un nouveau chateau, le Conflux, et plusieurs créatures neutres. Contrairement au jeu originel, cette extension s'attache plus particulièrement aux héros qui sont au centre des campagnes.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'histoire d'Armageddon's Blade fait directement suite à celle d'Heroes of Might and Magic III: Restoration of Erathia. La paix est revenue sur le continent d'Antagarich après la défaite du roi-liche, mais les kreegans ruminent toujours leur défaite, et leur nouveau roi, Lucifer Kreegan, rêve de vengeance.

La première campagne est une campagne longue, narrant la suite de l'histoire de différents points de vue. Les campagnes suivantes sont des petites campagnes centrées sur un héros en particulier, que l'on suit tout le long de la campagne.

Campagne 1 : Armageddon's Blade[modifier | modifier le code]

Le roi Lucifer Kreegan, nouveau souverain des kreegans depuis la mort de Xenofex, a fait un rêve prémonitoire. Dans ce rêve, il apprend qu'en assemblant trois artéfacts magiques, il serait capable de reforger la lame d'Armageddon. Avec cette épée, les démons pourraient plonger le monde dans un océan de flammes. Il envoie alors son fidèle Xeron à la recherche des trois artéfacts en question.

Ignorant tout de cela, la reine Catherine et la roi Roland, aidés par le jeune demi-elfe Gelu poursuivent leur conquête d'Eeofol, mais le peuple d'Erathia et leurs alliés d'AvLee et de Bracada sont divisés quant aux actions de leur reine, arguant que la guerre a assez duré, et qu'avoir repoussé les démons dans leurs frontières est suffisant. Mais la reine Catherine est bien décidée à annihiler une fois pour toutes la menace kreegane. Au même moment, une nouvelle faction semble faire son apparition. Le mystérieux Conflux rassemblant des élémentaires venus du continent entier, et nul ne semble connaître leurs motivations.

Xeron finit par trouver les trois artéfacts et à faire reforger l'épée. Les forces du Conflux se révèlent alors à Catherine et lui expliquent que les dieux élémentaires les ont envoyés pour empêcher la destruction de l'équilibre du monde par la lame d'Armageddon. Roland, Catherine, Gelu et leurs alliés du Conflux envahissent Eeofol.

Le peuple d'Erathia, lassé de cette guerre refuse de continuer à suivre la reine. Déçue, Catherine abdique en faveur du général Morgan Kendall et se donne corps et âme au Conflux afin d'éliminer définitivement la menace des kreegans. Roland, Catherine et les héros du conflux marchent sur Kreelah, la capitale d'Eeofol où se terre le roi Lucifer Kreegan, mais ils se retrouvent face à un obstacle de taille, Xeron, armé de la lame d'Armageddon.

Heureusement, le général Kendall ne les a pas oubliés et il a envoyé Gelu à travers AvLee avec tous les renforts qu'il a pu y trouver. Avec cette aide inespérée, Roland et Catherine parviennent à vaincre Xeron, qui parvient à fuir en abandonnant la lame à nos héros. Xeron retourne à Kreelah et le roi des kreegans envoie un message aux nighons afin de solliciter leur aide. Le siège final commence, et, finalement, Gelu, armé de la lame d'Armageddon, parvient à défaire le roi et à prendre Kreelah.

Lucifer Kreegan est mort, et les clans kreegans totalement divisé. Le Conflux, ayant accompli sa mission, disparait. Catherine, qui a abandonnée son trône au profit du général Kendall, décide de retourner en Enroth avec son mari pour y élever leur fils, Nicolai. Quant à la lame d'Armageddon, Gelu l'a conservée, et nul ne sait à l'heure actuelle s'il l'a détruit ou conservée.

Notes et références[modifier | modifier le code]