Hermundures

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Répartition des peuples germaniques au Ier siècle apr. J.-C.
Fibules attribuées aux tribus Hermundures (Finkelstein-sur-l'Elbe, Ier siècle apr. J.-Chr.)

Les Hermundures ou Hermondures (Hermunduri en latin[1]) étaient un ancien peuple germanique qui occupèrent l'espace qui est actuellement aux environs de la Thuringe, de la Saxe et du nord de la Bavière, du Ier au IIIe siècle[2], sur le cours amont de l'Elbe. Les Romains les rattachaient aux Suèves et les considéraient comme des alliés.

Histoire[modifier | modifier le code]

D'après Tacite, les peuples les plus voisins des Hermundures étaient les Naristes, les Marcomans et les Quades[3].

C'est vraisemblablement en l'an 3 av. J.-Chr. qu'avec l'appui du général romain Lucius Domitius Ahenobarbus, les Hermundures colonisent les terres abandonnées par les Marcomans dans la vallée du Main. Ils deviennent sujets du roi marcoman Marobod. En 5 apr. J.-Chr. ils font face aux armées de Tibère le long de l'Elbe, mais le combat est évité. Après avoir affronté Arminius (17 apr. J.-Chr.), Marobod est vaincu par le Goth Catualda et trouve refuge à Rome.

Catualda est à son tour renversé en l'an 51 de notre ère par le prince des Hermundures Vibilius lors de nouveaux combats le long du Danube. En 58 les Hermundures remportent une victoire sur les Chattes pour le contrôle des salines de la Werra (ou de la Saale). Ce peuple n'apparaît plus ensuite que comme allié des Quades et des Marcomans, de 166 à 180 apr. J.-Chr., dans leur soulèvement contre Marc-Aurèle.

Vestiges archéologiques[modifier | modifier le code]

En Thuringe, divers vestiges archéologiques sont attribués aux Hermundures : des fibules, des armes en fer, des terrines, des urnes et une multitude de tessons de céramique. Partis de la haute vallée de l'Elbe, ils se dispersèrent sans doute peu à peu vers le Sud et le sud-ouest, repoussant les tribus celtes hors de la Forêt de Thuringe, à moins qu'ils ne les aient subjugués.

Au début du XXe siècle, les archéologues allemands ont mis au jour à Großromstedt, en Thuringe, une importante nécropole de l'âge de La Tène (2e moitié du Ier siècle av. J.-Chr.) et ont organisé des fouilles de 1907 à 1913. Les vestiges ont permis de définir la « Culture de Groszromstedt », aujourd'hui attribuée aux Hermundures[4].

Puis pendant 300 ans, nos sources ne donnent plus d'informations sur la région, ce qui porte fortement à croire que les Germains l'ont déjà quittée. Entre le IVe et le Ve siècle, des tribus Angles et Warnes, venues du Nord, s'établissent de nouveau au pays des Hermundures. Elles sont rejointes peu à peu par d'autres tribus, pour former la ligue des Thuringiens. Vers 800, les Francs, conquérants de la région, y imposent leurs lois sous la dénomination Lex Angliorum et Werinorum hoc est Thuringorum.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Günter Neumann, Reallexikon der Germanischen Altertumskunde (RGA), vol. 7, Berlin / New York, Walter de Gruyter, (réimpr. 2) (ISBN 3-11-011445-3), « Ermunduri », p. 517–518
  • Matthias Springer, Zwischen Thüringern und (H)Ermunduren besteht keinerlei Zusammenhang. In: Helmut Castritius, Dieter Geuenich et Matthias Werner (éd.): Die Frühzeit der Thüringer. Archäologie, Sprache, Geschichte (= Reallexikon der germanischen Altertumskunde. Ergänzungsbände. vol. 63). éd. de Gruyter, Berlin etc. 2009, (ISBN 978-3-11-021454-3), pp. 135 et suiv.

Voir également[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Tacite, Germanie [détail des éditions] [lire en ligne] (XLI, 1)
  2. L’Encyclopédie de Diderot en fait un des peuples englobés sous le nom d’Hermions :

    « HERMIONS, s. m. (Géog. anc.) peuples de l'ancienne Germanie. Pline donne ce mot comme un nom collectif, qui était commun à quatre grandes nations; savoir, les Sueves, les Hermundures, les Cattes & les Chérusques; ils occupaient, selon Cluvier, les pays où sont maintenant la Silésie, la Moravie, la Bohême, les parties septentrionales de l'Autriche & de la Bavière, le Nortgow, une partie de la Franconie, la Hesse & la Thuringe; mais Cluvier s'est ici donné bien des peines inutiles; les noms d'Hermions & de Germains ne sont que différentes prononciations de noms du même peuple. (D. J.) »

    Voir aussi l'article NortGaw ou Nortgow de l’Encyclopédie. Sur les Hermions ou Herminons (Hermiones en latin) voir Pline l'Ancien, Histoire naturelle [détail des éditions] [lire en ligne] (IV, XXVIII) et Tacite, Germanie [détail des éditions] [lire en ligne] (II, 2).

  3. D'après Tacite, La Germanie, « 42 ».
  4. D'après Gustav Eichhorn, « Der Urnenfriedhof auf der Schanze bei Großromstedt », Mannus-Bibliothek, Leipzig, C. Kabitzsch, no 41,‎ (ISSN 0720-7158).