Hermonville

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Hermonville
La mairie d'Hermonville.
La mairie d'Hermonville.
Blason de Hermonville
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Champagne-Ardenne
Département Marne
Arrondissement Reims
Canton Bourgogne
Intercommunalité Communauté de communes des Deux Coteaux
Maire
Mandat
Katia Beaujard
2014-2020
Code postal 51220
Code commune 51291
Démographie
Gentilé Hérémondois
Population
municipale
1 455 hab. (2012)
Densité 109 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 20′ 10″ N 3° 54′ 34″ E / 49.3361111111, 3.9094444444449° 20′ 10″ Nord 3° 54′ 34″ Est / 49.3361111111, 3.90944444444
Altitude Min. 73 m – Max. 217 m
Superficie 13,3 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Marne

Voir sur la carte administrative de la Marne
City locator 14.svg
Hermonville

Géolocalisation sur la carte : Marne

Voir sur la carte topographique de la Marne
City locator 14.svg
Hermonville

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Hermonville

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Hermonville

Hermonville est une commune française située dans le département de la Marne et la région Champagne-Ardenne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Hermonville est traversée par la route touristique du Champagne, le ruisseau de la Rabassa et fait partie du Massif de Saint Thierry.

Communes limitrophes de Hermonville
Cauroy-lès-Hermonville Loivre
Bouvancourt Hermonville Villers-Franqueux
Pévy Trigny Pouillon, Chenay

Histoire[modifier | modifier le code]

Hermonville était un bourg important au Moyen Âge. La commune ne comptait pas moins de onze châteaux avant la Première Guerre mondiale il y avait le Château d'Avesne Dumenil, actuelle maison de retraite, le Château Druart rue de Visin, le Château du Bois-de-l'Arbre ou d'anglemont de Tassigny ayant disparu, le Château Holden puis Fagot situé à Marzilly actuellement disparu, le Château Holden puis Dubois puis Peignot à Marzilly. Le Château de Tassicourt ayant appartenu à Hugues Krafft, des ruines dans la forêt et le Château de St-Remi ou de Sommerville rue de Gaulle.

La commune est décorée de la Croix de guerre 1914-1918 le 1er octobre 1920

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune, antérieurement membre de la communauté de communes des Deux Coteaux, est membre, depuis le 1er janvier 2014, de la communauté de communes du Nord Champenois.

En effet, conformément au schéma départemental de coopération intercommunale de la Marne du 15 décembre 2011[1], cette communauté de communes du Nord Champenois est issue de la fusion, le 1er janvier 2014, de :

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
 ? (en fonction en 1842)[4]  ? César Adolphe Péronneau    
1853   Henri Raymond Victor Petit (1819-1872)[5]    
    Jean Marie Leroux-Goumant (1802-1875)   juge, conseiller d’arrondissement
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 mars 2008 Marie-Annick Fressard    
mars 2008[6] nov. 2012[7] Joël Gourmand   Président de la CC des 2 Côteaux (2001 → 2011)
Démissionnaire
1er février 2013[8] en cours Katia Beaujard   Réélue pour le mandat 2014-2020[9]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune comptait 1 455 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 010 980 1 226 1 232 1 435 1 445 1 517 1 579 1 552
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 514 1 561 1 484 1 244 1 255 1 207 1 184 1 081 1 095
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 084 1 061 1 013 790 695 700 691 704 679
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
737 793 854 924 1 124 1 245 1 298 1 304 1 455
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2004[11].)
Histogramme de l'évolution démographique


Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Manifestations culturelles[modifier | modifier le code]

La ville est animée par un festival artistico-musical Art & Jazz dans ma cour qui se déroule sur trois jours et plusieurs rues du village.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Henri Petit, maire de la commune en 1853, créa un square sur la place d’Hermonville, et donna ainsi à la commune un aspect nouveau. Il contribua à la fondation d’une Bibliothèque communale et rendit l’instruction primaire entièrement gratuite.
  • Georges Communal (1840-1913), Capitaine de vaisseau, maire d'Hermonville[15],[16].
  • Maurice Renard (1875-1932), écrivain.
  • Bernard de Susbielle (1808-1893), général de division, grand officier de la Légion d'honneur[17]
  • Edgard de Maigret (1841-1910), vice-amiral, grand-croix de la Légion d'honneur[18].
  • Le général Dubois (1842-1928), né à Hermonville[19].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Hermonville

Les armes de la commune se blasonnent ainsi :

d'azur à la gerbe de blé d'or posée sur une champagne cousue de sinople, au chef d'argent chargé de deux grappes de raisin de sable tigées et feuillées de sinople.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Schéma départemental de coopération intercommunale de la marne » [PDF], Tout savoir sur votre SDCI, Association nationale des Pôles d'équilibre territoriaux et ruraux et des Pays (ANPP),‎ (consulté le 19 juillet 2015), p. 2.
  2. « Arrêté préfectoral du 29 mai 2013 portant création du nouvel Établissement public de coopération Intercommunale issu de la fusion de la Communauté de communes de la Colline, de la Communauté de communes de la Petite Montagne, de la Communauté de communes des Deux Coteaux et de la Communauté de communes du Massif », Bulletin d'information et recueil des actes administratifs de la préfecture de la Marne, no 5 ter,‎ , p. 18-21 (lire en ligne).
  3. « Avant la fusion des communautés Les derniers vœux de la Colline », L'Union,‎ (lire en ligne).
  4. Acte d'état civil, sur la base LEONORE
  5. « Les maires de Hermonville », sur /mairesgenweb/resultcommune.php?id=32772 (consulté le 23 juillet 2015).
  6. Liste des maires de la Marne au 1er août 2008, site de la préfecture de la Marne, consulté le 22 décembre 2008
  7. « Hermonville : Le maire annonce sa démission par courrier », L'Union,‎ (lire en ligne)
  8. Guillaume Flatet, « Élection de la maire : Confiance, maître-mot de Katia Beaujard - Sans surprise, mais avec beaucoup de bonne humeur et de confiance, Katia Beaujard a été élue hier soir maire d'Hermonville », L'Union,‎ (lire en ligne)
  9. « Liste des maires du département de la Marne » [PDF], Renouvellement des exécutifs locaux, Préfecture de la Marne,‎ (consulté le 19 juillet 2015).
  10. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2012.
  12. « Notice no PA00078720 », base Mérimée, ministère français de la Culture. Consulté le 2 février 2013.
  13. « Notice no PM51000484 », base Palissy, ministère français de la Culture. Consulté le 2 février 2013.
  14. Alexandre Niess, « Notice no IA51000551 », base Mérimée, ministère français de la Culture. Consulté le 2 février 2013.
  15. Base collaborative Pierfit, « Georges COMMUNAL », sur http://gw.geneanet.org (consulté le 23 juillet 2015).
  16. Georges Communal , « Notice no LH/577/68 », base Léonore, ministère français de la Culture.
  17. Bernard de Susbielle, « Notice no LH/2559/17 », base Léonore, ministère français de la Culture
  18. Marie-Edgar de Maigret, « Notice no LH/1691/75 », base Léonore, ministère français de la Culture.
  19. Émile Oscar Dubois, « Notice no LH/811/62 », base Léonore, ministère français de la Culture.