Hermione (2014)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

L'Hermione
Image illustrative de l’article Hermione (2014)
L'Hermione toutes voiles dehors lors de sa première navigation en 2014.
Type Frégate de 12
Classe Concorde
Fonction Réplique
Gréement Trois-mâts carré
Histoire
Chantier naval Port de Rochefort
Fabrication Coque en chêne
Lancement 2012
Équipage
Équipage 80 marins
Caractéristiques techniques
Longueur 66 m (mât de pavillon compris)
Longueur de coque 44,20 m
Maître-bau 11,24 mètres
Tirant d'eau 5,78 m
Tirant d'air 46,9 m
Déplacement 1 250 tonnes
Hauteur de mât 56,5 m (grand mât)
35 m (artimon)
Voilure 2 200 m2
Vitesse 13,3 nœuds atteints à 14,5 nœuds (vitesse maximale)
Caractéristiques militaires
Armement 22 canons de 12 livres et 6 canons de 6 livres non fonctionnels
Carrière
Armateur Association Hermione-La Fayette
Pavillon Drapeau de la France France
Port d'attache Rochefort

L’Hermione est une réplique du navire de guerre français L'Hermione, un trois-mâts carré, en service de 1779 à 1793, reconstruite par l'association Hermione-La Fayette dans l'ancien Arsenal de Rochefort à partir de 1997 et lancée[1] en eaux salées le .

Le 18 avril 2015, la frégate débute un voyage historique de 4 mois vers les États-Unis, sur les traces de La Fayette. Elle réalise ensuite d'autres navigations vers la Bretagne (2016), la Méditerranée (2018) et la Normandie (2019), où elle participe à plusieurs fêtes maritimes. En septembre 2021, elle rejoint le port de Bayonne pour un important chantier d'entretien.

Les membres d'équipage proviennent d'une pluralité de corps de métiers ayant été formés pour apprendre à être marin comme au XVIIIe siècle.

L’Hermione (1779)[modifier | modifier le code]

L’Hermione est un navire de guerre français en service de 1779 à l'arsenal de Rochefort. C'est une frégate de 12 de la classe Concorde portant 26 canons de 12 livres et 8 canons supplémentaires de 6 livres.

Elle est connue pour avoir conduit pour sa deuxième traversée le marquis de La Fayette aux États-Unis en 1780, lui permettant de rejoindre les insurgés américains en lutte pour leur indépendance.

En 1793, l’Hermione est engagée dans l’embouchure de la Loire pour appuyer les troupes républicaines contre les Vendéens. Alors qu'elle sort de l’estuaire le , elle heurte un rocher et coule au large du Croisic.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Quelques chiffres : un grand mât à 54 mètres au-dessus de la quille, 2 000 chênes sélectionnés dans les forêts françaises, un puzzle de plus de 400 000 pièces de bois et de métal, 1 000 poulies, une tonne d'étoupe pour le calfatage, 22 canons au calibre des boulets de 12 livres sur le pont de batterie et 6 canons au calibre des boulets de 6 livres sur le pont de gaillard.

Voiles[modifier | modifier le code]

L'Hermione est un trois-mâts carré, c'est-à-dire que ses trois mâts portent des voiles carrées.

Le mât de misaine et le grand mât portent chacun trois voiles carrées, de bas en haut : une basse voile, un hunier et un perroquet, tandis que le mât d'artimon porte les deux plus hautes au-dessus d'une voile aurique.

Le mât de beaupré porte trois focs ainsi qu'une voile carrée, la civadière.

Entre les mâts (mât de misaine et grand mât d'une part, grand mât et mât d'artimon d'autre part) se trouvent deux étages de voiles d'étai.

De l'avant à l'arrière, on compte 17 voiles[2] en lin totalisant une surface de 2 051 m2.

  • Sur le beaupré : le grand foc (85 m2), le contre foc (72 m2) et le petit foc (50 m2)
  • Sous le beaupré : la civadière (126 m2)
  • Sur le mât de misaine : la misaine (210 m2), le petit hunier (235 m2) et le petit perroquet (89 m2)
  • Entre le mât de misaine et le grand mât : la grand-voile d'étai (104 m2) et la voile d'étai de grand hunier (140 m2)
  • Sur le grand mât : la grand-voile (272 m2), le grand hunier (219 m2) et le grand perroquet (97 m2)
  • Entre le grand mât et le mât d'artimon : la voile d'étai d'artimon (43 m2) et la voile d'étai de perroquet de fougue (61 m2)
  • Sur le mât d'artimon : la voile d'artimon (78 m2), le perroquet de fougue (124 m2) et la perruche (46 m2)

La fabrication des voiles a impliqué 3 entreprises de voilerie : Incidences à la Rochelle pour la découpe, Burgaud à Noirmoutier pour l'assemblage des laizes, et Anne Renault[3] pour les finitions réalisées à la main[4].

Équipage[modifier | modifier le code]

En navigation, l'équipage de l'Hermione est généralement composé de 18 marins professionnels et 56 gabiers volontaires.[5]

L'équipage est divisé en 3 équipes appelées tiers, chacune comprenant un officier chef de quart (second capitaine ou lieutenant), un chef de tiers et son adjoint, et 18 à 20 gabiers. Les 3 tiers travaillent successivement pendant des périodes de 4 heures appelées quarts.

Différences avec l’Hermione de 1779[modifier | modifier le code]

Charpente, gréement[modifier | modifier le code]

Plusieurs modifications sont apportées au plan original du navire[6], par souci de solidité et de sécurité : en particulier, les pièces de charpente sont boulonnées et non chevillées afin d'éviter le jeu consécutif à la durée de construction. Les mâts sont collés et non assemblés par des cercles métalliques, afin d'éviter les infiltrations d'eau. Si drisses et balancines ont recours aux cordages synthétiques[7], en revanche les autres manœuvres courantes restent en chanvre et la voilure en lin.

Motorisation[modifier | modifier le code]

L'interdiction de manœuvrer à la voile dans les ports a obligé à doter le navire de deux propulseurs azimutaux à moteurs électriques alimentés respectivement par des groupes électrogènes de 300 et 400 kW[8]. Un groupe auxiliaire de 80 kW alimente l’éclairage électrique (tubes fluorescents et LED), des équipements de cuisine, huit congélateurs et réfrigérateurs, deux lave-linge et deux sèche-linge, un système de chauffage-ventilation forcée, tous les appareils modernes de navigation : gyrocompas, ECDIS, GPS, sondeur, radar, radio par satellite et VHF, ainsi qu’une batterie d’ordinateurs. Ces modifications sont indispensables pour rendre le navire assurable. Le navire est également équipé d'un système d'assèchement par pompe électrique, qui permet de diminuer le travail manuel à bord et contribue, avec la motorisation des apparaux de mouillage (voir infra), à rendre le navire opérationnel avec un équipage réduit à 80 hommes au lieu de plus de 200 au XVIIIe siècle[9].

Mouillage[modifier | modifier le code]

L’Hermione de 1779 avait six ancres : ancre principale (1 700 kg), ancre de veille (1 500 kg), ancre d'affourche (1 400 kg), 2 ancres de touée (400 kg) et, en cale, la grande ancre ou « ancre de miséricorde », gréées à chaque fois sur une ligne de mouillage en chanvre, à relever avec cabestan et tournevire[10]. La réplique peut se contenter de deux ancres de 1 500 kg, gréées respectivement sur des chaînes de 192 et 165 m, dont le poids lui-même assure à l'ensemble une bien meilleure tenue que les mouillages d'origine. Ces lignes ne sont plus relevées à bras, mais au cabestan électrique[11].

Canons[modifier | modifier le code]

Les canons ne sont pas percés jusqu'au fond et sont donc non fonctionnels : s'ils l'avaient été, l’Hermione aurait été considérée comme un navire de guerre et n'aurait pu appartenir qu'à la Marine nationale. De plus, aujourd'hui l’Hermione ne compte que 22 canons dans sa batterie alors qu'au XVIIIe siècle elle en avait 26.

Aménagements[modifier | modifier le code]

Pour le confort et l'intimité de l'équipage, ont été installés des douches et des WC individuels (au XVIIIe siècle, l'équipage faisait ses besoins sur un banc percé à la poulaine, près de la proue du navire et à la vue de quiconque). Trois dortoirs ont également été aménagés dans le faux-pont pour loger les 56 gabiers volontaires, qui se partagent banettes et hamacs.

L’Hermione à flot en 2014.
Reconstitution d'une chaloupe de l’Hermione.

La reconstruction (1997-2014)[modifier | modifier le code]

L'ambition de l'Association Hermione-La Fayette était de reconstruire le plus fidèlement possible la frégate d'origine (à quelques inévitables adaptations près) un navire de plus de 65 mètres de long portant trois mâts et 2 100 m2 de voilure, et dont la coque est entièrement réalisée en chêne.

Les plans du navire originel étant perdus[12], ce sont ceux de son sister-ship la Concorde qui ont servi pour construire la réplique, avec les modifications nécessaires pour entrer dans le cadre de la réglementation actuelle mais aussi pour assurer un confort minimal à l'équipage.

La Marine nationale a fourni un pavillon national géant identique à celui qui flotte au-dessus du pont du Charles-de-Gaulle.

Chantier de la reconstruction[modifier | modifier le code]

L'Hermione en cours d'achèvement à Rochefort en août 2014.

Le chantier était installé dans l'une des deux formes de radoub (Louis XV) situées à l'extrémité de la Corderie royale, au bord de la Charente à Rochefort. Le lieu est conçu et aménagé pour la visite.

Dès l’origine du projet, il s’agit non pas uniquement de reconstruire, au cœur de l’ancien arsenal de Colbert, un navire du XVIIIe siècle, mais avant tout de faire partager au public cette aventure, afin qu’il puisse découvrir les grandes étapes de cette reconstruction. Le projet se révèle être un véritable succès populaire : près de 250 000 visiteurs par an, le seuil symbolique des trois millions et demi de visiteurs est franchi en 2012[13]. Ce succès populaire constitue, avec le soutien des collectivités territoriales, la ville de Rochefort, le département de la Charente-Maritime, et la région Poitou-Charentes, le moteur principal du financement de l’Hermione.

La construction de la coque et tout le gros œuvre de la charpente est confié à l'entreprise Asselin de Thouars en 1997[14] d'après un dossier d'appels d'offres de marchés publics choisi collégialement. Symboliquement, la quille de l'Hermione est posée au fond de la forme de radoub Louis XV le 4 juillet 1997, jour anniversaire de la déclaration de l'indépendance américaine[15].

L'arcasse et l'étambot sont posés dès 1997, et la mise en place des 62 couples se déroule de l'arrière vers l'avant jusqu'à l'été 1999. C'est ensuite l'étrave qui est installée, le « squelette » du navire est alors terminé. La carlingue est posée en 2000, les baux en 2001, les charpentiers se consacrent enuite au vaigrage et au bordage du navire[15].

Au XVIIIe siècle, le navire initial avait été construit en six mois. En cependant, après le petit canot et le grand canot, la chaloupe, la plus grande des trois annexes embarquées de l’Hermione est mise à l'eau, à défaut de la frégate elle-même.

Les travaux de peinture de la coque débutent en 2009, ceux de l'intérieur en 2010. La figure de proue est dévoilée en novembre 2011 : elle représente un lion de 3,5 mètres tenant entre ses pattes la couronne du roi de France et le blason aux trois fleurs de lys.

La coque nue de la frégate (sans son gréement) effectue un premier « test de navigation » le [16] remorquée sur la Charente[17] avant de rejoindre la forme de radoub Napoléon III, voisine de la forme Louis XV, plus adaptée à la poursuite du chantier.

De 2012 à 2014, une équipe de gréeurs suédois de JB Riggers, forts de leur expérience sur le Gotheborg, réplique d'un navire de la Compagnie suédoise des Indes occidentales, met en place les mâts et le gréement de la frégate. Cette période est également mise à contribution pour former l'équipage du navire.

Après 17 ans de chantier, l'Hermione est enfin lancée le 7 septembre 2014.

L'association Hermione-La Fayette[modifier | modifier le code]

L'Association Hermione-La Fayette est créée en 1992 dans l'objectif de mener à bien la construction de la réplique de l'Hermione. L'écrivain Erik Orsenna, déjà président de la Corderie royale - Centre international de la mer depuis 1991, en est le président fondateur. Benedict Donnelly, fils d'un citoyen américain qui participa au débarquement de Normandie, et d'autant plus sensible aux valeurs que véhicule l’Hermione, lui succède de 1994 à 2016.

Olivier Pagezy, actuel président de l'association, veillait déjà depuis de nombreuses années à la bonne gestion financière de l'association comme Trésorier. Riche d'un parcours professionnel varié, il a une bonne expérience du secteur public, comme du secteur privé dans le secteur financier.

Dès le début du projet et jusqu'à son décès à la fin de l'année 2005, Raymond Labbé, constructeur naval malouin et conseiller technique auprès du ministère de la Culture pour le patrimoine maritime, est au sein de l'association le conseiller technique. Sa grande expérience de la construction navale en bois et sa connaissance du patrimoine naval français contribuent fortement à la mise en œuvre du projet. Aujourd'hui, les membres d'un comité technique présidé par Jean-Pierre Saunier apportent leurs compétences aux entreprises chargées de la construction de la frégate.

À Rochefort, une équipe de plus de 20 salariés animée par Émilie Beau, déléguée générale de l'association depuis 2019 prenant la suite de Bertrand Sallé de Chou et de Maryse Vital, déléguée générale de 1997 à 2017, assure la gestion quotidienne de l'association : gestion générale du projet, navigations, coordination, suivi administratif et financier, gestion des adhésions, communication, gestion du site touristique à Rochefort, relations presse, relations publiques, relations avec les partenaires, gestion de la boutique de l’Hermione, vente de produits dérivés à Rochefort et en escale, maintenance et entretien du site et du navire, etc.

Adhérents[modifier | modifier le code]

Tous les ans, l'association Hermione – La Fayette compte entre 3 et 5 000 adhérents.

L'adhésion aide l'association à remplir l'ensemble de ses missions.

  • L’entretien de L’Hermione pour lui permettre de continuer à naviguer;
  • La transmission des savoir-faire de la construction navale et de la navigation à travers la formation des jeunes;
  • La promotion de nos valeurs : l’engagement, la passion, la transmission, le savoir-faire et la solidarité.

Chaque année, le bureau présente en assemblée générale le bilan de l'année écoulée ainsi que les orientations de l'association pour l'année à venir.

Bénévoles & volontaires[modifier | modifier le code]

L'association compte également 60 bénévoles et plus de 500 volontaires navigants. Présents en mer et sur le chantier de l’Hermione à Rochefort.


L'Hermione à la hune ! (20525482211).jpg
Gabiers ferlant le hunier de misaine Gabiers à l'entrainement sur une voile en 2014.

Les volontaires naviguant s'occupent

également de la manœuvre des voiles

sur les gréements.

Une gabière sur la hune de l’Hermione.

Le métier se féminise.


Les navigations[modifier | modifier le code]

2014 : les essais en mer[modifier | modifier le code]

Les travaux de construction étant achevés, il est temps de tester les qualités nautiques de la frégate. Pendant 3 mois, de septembre à novembre, l’Hermione a navigué sur l'Atlantique et la mer d’Iroise. Ces essais l'amènent à visiter les villes de La Rochelle, Bordeaux et Brest avant un retour à Rochefort, son port d'attache en . Les essais s'avérant concluant, l'association peut se tourner vers la réalisation du voyage américain.

Information Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

2015 : voyage inaugural aux États-Unis[modifier | modifier le code]

Le , après une escale rochelaise, l'Hermione célèbre son départ pour les États-Unis par un dernier mouillage à l'Île d'Aix pour y recevoir la visite du président de la République François Hollande, et par un gigantesque feu d'artifice qui illumine la rade de l'ancien arsenal rochefortais. Les côtes américaines sont aperçues à Bodie Island (Caroline du Nord) le , après une escale à Las Palmas de Gran Canaria.

La frégate visite ensuite de nombreuses villes de la côte américaine : la première est Yorktown le [18], puis viennent Alexandria, Annapolis, Baltimore, Philadelphie, New-York, Newport, Greenport, Boston, et Castine. Après une escale canadienne à Lunenburg, et un passage à Saint-Pierre-et-Miquelon, elle revient en France métropolitaine le à Brest[19].

Après Bordeaux, elle retrouve le ,son port d'attache à Rochefort où de grandes fêtes de reconstitution d'époque sont organisées[20].

L'Hermione s'approchant des côtes américaines après sa première traversée de l'océan Atlantique, accueillie et escortée par le destroyer USS Mitscher en 2015.

Information Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

2016 : les fêtes maritimes de Brest[modifier | modifier le code]

De juin à , l’Hermione rend visite à Saint Malo, avant de rallier les fêtes maritimes de Brest[21].

2018 : l’Hermione de l'Océan Atlantique à la Mer Méditerranée[modifier | modifier le code]

En 2018 l’Hermione effectue son deuxième grand voyage, nommé « Libres ensemble, de l'Atlantique à la Méditerranée », et organisé en partenariat avec l'Organisation internationale de la francophonie. Le voyage conduit donc la frégate de l'Océan Atlantique à la Mer Méditerranée, en embarquant une centaine de jeunes issus des pays de la francophonie au titre de gabiers volontaires. Elle quitte Rochefort le pour une escale à La Rochelle. La navigation débute en février 2018 à destination de Tanger, Sète (participation aux fêtes maritimes d'Escale à Sète), Toulon, Marseille, Port-Vendres, Nice, Bastia, Portimão, Pasaia, et Bordeaux avant le retour à Rochefort le [22].

Information Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

2019 : l’Hermione en Normandie[modifier | modifier le code]

La navigation effectuée par l’Hermione au printemps 2019 est intitulée « Normandie Liberté ». La frégate navigue en direction de la Normandie pour participer à l'Armada de Rouen, rassemblement nautique qui fête son 30e anniversaire du 6 au et qui coïncide avec les célébrations du 75e anniversaire du débarquement allié sur les plages de Normandie en 1944[23].

Après le départ le 4 avril 2019 et un entretien en cale sèche effectué au port de la Pallice, la frégate visite les villes de Cherbourg[24], Dieppe, Ouistreham[25], Saint-Nazaire[26], Nantes, Rives-en-Seine, Rouen, Honfleur et Brest pour un retour à Rochefort le . Lors de l'escale à Nantes à l'occasion du festival Débord de Loire, l'ancre de l'Hermione historique, prélevée en 2005 sur l'épave et restaurée, est exposée face à la réplique de la frégate[27].

2020-2021, L'Hermione face au Covid[modifier | modifier le code]

Face à la pandémie du COVID19, l'Association Hermione - La Fayette a su faire face et mobiliser toute sa communauté pour franchir ce grain imprévu. malgré le report des projets de navigations, l'Association s'est montrée très résiliente et su se rassembler derrière la frégate.

2021 : l'Hermione, le grand carénage[modifier | modifier le code]

L'Hermione entrant dans l'Adour pour restauration près de Bayonne.

Lors du passage en cale sèche à La Pallice en juin 2021, les équipes de l'Hermione découvrent une avarie localisée à l'arrière bâbord du navire[28]. Après une réparation provisoire, la frégate retourne à Rochefort pour passer l'été et accueillir ses nombreux visiteurs et préparer une opération de carénage de grande envergure.

Le port de Rochefort ne disposant pas, à ce jour, des équipements nécessaires à la mise au sec de l'Hermione, c'est vers le port de Bayonne et la forme de radoub située à Anglet que l'Hermione se dirige au mois de septembre 2021[29]. Les travaux devraient durer jusqu'en février 2023[30].

L'Hermione en cale sèche à anglet.

Prochaine navigation, l'Europe du Nord[modifier | modifier le code]

À l'automne 2021, le navire s'installe en cale sèche au port de Bayonne. Initialement prévue en 2022, le prochain voyage de L'Hermione doit mener le navire dans différents ports d'Europe du Nord[31]. À quelques jours de son départ de la cale sèche, la prolifération de deux champignons est découverte sur différentes pièces en bois du bateau. La présence et le développement de Polypore et de Lenzite des clôtures retardent d'une année le voyage dans les ports d'Europe du Nord le temps d'effectuer les travaux et d'appliquer les traitements nécessaires[32].

Galerie d'images (phase de construction)[modifier | modifier le code]

Information Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Après un faux départ, l'Hermione est sortie de son bassin dans la nuit. », sur Sudouest.fr, (consulté le ).
  2. « Fabrication des nouvelles voiles de L'Hermione », sur Hermione, La Frégate de la liberté, (consulté le )
  3. « Anne Renault, maître voilière », sur Chasse Marée, (consulté le )
  4. « Les artisans de L'HERMIONE : les voiliers - Patrimoine et inventaire de Nouvelle-Aquitaine - site de Poitiers », sur inventaire.poitou-charentes.fr (consulté le )
  5. « Ses métiers », sur Hermione, La Frégate de la liberté (consulté le )
  6. Aurélien Velot, forgeron de l’Hermione, Le Figaro, 7 avril 2013.
  7. « Fin de la transatlantique », sur Hermione (consulté le )
  8. Jean Pujo, « La face cachée de l'Hermione », sur Le Marin, (consulté le )
  9. Stéphane Jézéquel, « Frégate Hermione-La Fayette : Brest refermera le grand tour », sur Le Télégramme,
  10. « Manœuvre de cabestan au XVIIIe siècle », sur centmillionsdepixel (consulté le )
  11. « Le mot du commandant : les ancres de l'Hermione », sur Hermione (consulté le )
  12. «L'Hermione cap à l'ouest !» n° 4090 de Valeurs actuelles, pages 96 et 96.
  13. « L’Hermione à flot avant la traversée », sur Le Républicain Lorrain, (consulté le ).
  14. « Asselin », sur L’Hermione, la Frégate de la liberté, (consulté le ).
  15. a et b « Sa reconstruction », sur Hermione, La Frégate de la liberté (consulté le )
  16. Marie-Hélène Morot-Sir, « Hier 6 juillet 2012, à 19 heures 40 la frégate l’Hermione a remonté la Charente », sur Vigile.net (consulté le ).
  17. Thomas Villepreux, « Rochefort. L’Hermione vogue enfin », sur Sud-Ouest, (consulté le ).
  18. « "L'Hermione" atteint les Etats-Unis, acclamé par la foule - Société - MYTF1News » (consulté le )
  19. « Les escales du voyage » (consulté le )
  20. « Rochefort fête le retour de l’Hermione » (consulté le )
  21. « Navigation 2016 », sur www.hermione.com (consulté le )
  22. « Voyage Libres Ensemble en Méditerranée », sur www.hermione.com (consulté le )
  23. « 2019 - « NORMANDIE LIBERTÉ » », sur www.hermione.com (consulté le )
  24. « Les temps forts de l'escale de L'Hermione à Cherbourg », sur France Bleu, (consulté le )
  25. « Ouistreham. L’Hermione fait escale du 14 au 17 mai, quai Charcot », sur Ouest-France, (consulté le ).
  26. Ouest-France, « Débord de Loire. Bye Saint-Nazaire, direction Nantes pour l’Hermione et le Belem », sur Ouest-France.fr, (consulté le )
  27. Ouest-France, « Débord de Loire. L’ancre d’origine de l’Hermione restaurée à Nantes », sur Ouest-France.fr, (consulté le )
  28. Philippe Baroux- p.baroux@sudouest.fr, « La Rochelle : réparation provisoire sur la coque de “L’Hermione” avant son retour à Rochefort le 24 juin », Sud Ouest,‎ (ISSN 1760-6454, lire en ligne, consulté le )
  29. D. B. , K. C. et T. V, « Côte basque : le chantier de « L’Hermione » va prendre racine », Sud Ouest,‎ (ISSN 1760-6454, lire en ligne, consulté le )
  30. « L'Hermione, en travaux pour au moins un an dans le Port de Bayonne », sur France 3 Nouvelle-Aquitaine (consulté le )
  31. « En 2022, L'Hermione va reprendre la mer ! », sur Hermione, La Frégate de la liberté, (consulté le )
  32. « L’Hermione est rongée par un champignon, la frégate de La Fayette un an en cale sèche ! », voiles et voiliers,‎ (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Emmanuel de Fontainieu et Yves Gaubert, L’Hermione : de Rochefort à la gloire américaine, Monza, (ISBN 978-2-908071-95-5).
  • Robert Kalbach et Jean-Luc Gireaud, L’Hermione : frégate des lumières, Paris, Éditions Dervy, , 332 p. (ISBN 2-84454-319-7)
  • Deux voyages au temps de Louis XVI, 1777-1778 : la mission du baron de Tott en Egypte en 1777-1778 et le Journal de bord de l'Hermione en 1780, Rennes, Presses universitaires de Rennes, , 252 p. (ISBN 2-7535-0208-0)
  • Francis Latreille et Yves Gaunert, L'Hermione : Une frégate pour la liberté, Gallimard, , 205 p. (ISBN 978-2-7424-3500-5)
  • R.J.P Toreille, Raphaël 4 : Et la Bague d'Argent, Le Lys Bleu Édition, , 108 p. (ISBN 979-1-037-71221-9)
    roman fantastique-conte, l'Hermione y apparaît
    .

À propos de la reconstruction :

  • Jean-Marie Ballu, L’« Hermione », l'aventure de sa reconstruction, Éditions du Gerfaut, 2007 (ISBN 978-2351910184).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Documentaires[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]