Hermann Keller

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Hermann Keller
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activités
Autres informations
Instrument
Orgue (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Distinctions

Hermann Keller (StuttgartFribourg-en-Brisgau) est un musicologue et organiste allemand.

Biographie[modifier | modifier le code]

Hermann Keller est le fils d'un architecte. Comme son père, il se destine d'abord à l'architecture et étudie à Stuttgart et à Munich. Pendant ses études, à l'été 1903, il est membre de la chorale des étudiants de Stuttgart[1]. Il prend des cours particulier avec Max Reger[2], qui lui conseille de faire son métier dans la musique. Keller suit ce conseil et étudie la musique à Munich, Stuttgart et Leipzig[3]. À partir de 1910, il est professeur à l'école de musique à Weimar[3] et organiste à l'église. Il donne la première du double concerto de Reger[3]. En 1916, il est de retour dans sa ville natale à Stuttgart, où il est successivement organiste (1916) de la Markuskirche[3], maître de conférence à l'école technique (1919)[3], professeur au conservatoire (1920) et en tant que chef du département de musique religieuse et scolaire du conservatoire (1928–1933)[2]. Il passe son doctorat de musicologie en 1924 à l'Université de Tübingen[2], avec une thèse sur l'articulation musicale[3]. Après la seconde Guerre Mondiale, il est directeur du conservatoire de Stuttgart (1946–1952)[3] et significativement impliqué dans sa reconstruction. Hermann Keller est mort en 1967, à la suite d'un accident de la route[2].

Hermann Keller est l'une des plus importantes personnalités voué à la renaissance de Bach au début du XXe siècle, en publiant surtout des œuvres pour orgue, en tant que professeur et interprète, non seulement en Europe mais aussi aux États-Unis et au Japon. Grâce à sa longue collaboration avec la maison d'édition Peters de Leipzig ou de Francfort, il est devenu un ponts entre les deux États allemands d'après-guerre. En tant qu'éditeur, il a publié Samuel Scheidt, une sélection en deux volumes de Buxtehude, Vincent Lübeck, Frescobaldi, les concertos de Haendel opus. 4 et 7 arrangés pour orgue seul et une sélection de 150 sonates de Domenico Scarlatti. Il publie régulièrement des articles dans le Bach-Jahrbuch entre 1913 et 1954[3].

Parmi ses élèves figurent Hans Grischkat, Theophil Laitenberger et Herbert Liedecke.

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Die musikalische Artikulation insbesondere bei Johann Sebastian Bach. Mit 342 Notenbeispielen und einem Anhang: Versuch einer Artikulation der Fugenthemen des Wohltemperierten Klaviers und der Orgelwerke. Bärenreiter Verlag, Augsburg 1925.
  • Schule des klassischen Triospiels. Bärenreiter Verlag, Kassel 1928.
  • Schule des Generalbaßspiels. Bärenreiter Verlag, Kassel 1931; 5e éd. 1967.
  • Schule der Choral-Improvisation. Mit 121 Notenbeispielen. Peters, Leipzig 1939.
  • Die Kunst des Orgelspiels. Mit 250 Notenbeispielen. Peters, Leipzig 1941.
  • Die Orgelwerke Bachs. Ein Beitrag zu ihrer Geschichte, Form, Deutung und Wiedergabe. Peters, Leipzig 1948.
  • Domenico Scarlatti. Ein Meister des Klaviers. Peters, Leipzig 1957.
  • Le clavier bien tempéré de Johann Sebastian Bach : l'œuvre, l'interprétation [« Das wohltemperierte Klavier von Johann Sebastian Bach. Werk und Wiedergabe’ »], Paris, Bordas, coll. « Études », 1973 (1re éd. 1965(de)), 233 p. (OCLC 373521522, présentation en ligne, lire en ligne [PDF])(de).

Honneurs[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

(de) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en allemand intitulé « Hermann Keller (Musikwissenschaftler) » (voir la liste des auteurs).
  1. Paul Meissner (éd.), Alt-Homme-Répertoire des Allemands Sängerschaft. Leipzig, 1934 , p. 239.
  2. a, b, c et d Baker 1995, p. 2074.
  3. a, b, c, d, e, f, g et h Grove 2001.

Liens externes[modifier | modifier le code]