Hermann Joseph Vell

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Hermann Joseph Vell
Biographie
Naissance
Cochem, royaume de Prusse
Ordre religieux Rédemptoriste
Profession solennelle
Ordination sacerdotale
Décès (à 70 ans)
Erfurt, Allemagne

Signature de Hermann Joseph Vell

Hermann Joseph Vell (né le à Cochem, mort le à Erfurt) est un religieux catholique allemand, résistant au nazisme.

Biographie[modifier | modifier le code]

Hermann Joseph Vell est le fils du couple marié Mathias Joseph Vell et Maria Gartz. Après l'école primaire, il entre au lycée rédemptoriste de Vaals, aux Pays-Bas. Pendant la Première Guerre mondiale, il fait son service militaire, est fait prisonnier par les Français le , et cela dure jusqu'au . Il fréquente le Collegium Josephinum Bonn. Le , il prononce pour la première fois les vœux religieux et le , il est ordonné prêtre. Dans les années suivantes jusqu'en 1941, il participe à des missions populaires et à des retraites spirituelles. Lorsque l'abbaye rédemptoriste de Bonn est dissoute par les nazis en , il part être vicaire à l'église Saint-Joseph de Gelsenkirchen-Schalke, auprès du prêtre diacre honoraire Konrad Hengsbach. Hermann Joseph Vell entretient de bonnes relations de travail avec son neveu Franz Hengsbach, qui deviendra plus tard le premier évêque d'Essen et cardinal.

Le , le père Vell est dénoncé par le Sturmmann Wilhelm Ferlmann, qui est également membre de sa paroisse, et arrêté. Il est envoyé dans le camp de concentration de Dachau dans le cadre du Schutzhaft, comme beaucoup de prêtres. Il est ensuite placé à l'isolement dans la prison de Moabit et est accusé d'avoir distribué des tracts de La Rose blanche. Le procureur général du Volksgerichtshof fait modifier l'acte d'accusation à trois reprises afin que la condamnation à mort soit confirmée le . Ce jugement d'injustice totalement infondé est à la fin une « préparation à la haute trahison et à la destruction de la force militaire ». Les juges Bernhard Bach et Leo Kraemer mènent ce procès parodique sans aucun témoin. Le père Vell se défend avec seulement deux phrases. La peine de mort par décapitation est demandée. Le , cependant, tous les prisonniers, y compris le père Vell, sont libérés par l'Armée rouge.

Il a ensuite travaillé d'abord comme pasteur dans les monastères de Winterberg et Bochum, puis comme curé de paroisse à Arenshausen et à Iéna. De 1963 à 1965, il est confrère avec l'aumônier Joachim Meisner à l'église Saint-Gilles de Heilbad Heiligenstadt. Le père Vell meurt à l'hôpital catholique d'Erfurt. Lors de son inhumation le au cimetière du monastère de Heiligenstadt, Joachim Meisner est présent. Jusqu'à peu de temps avant sa mort, le père Vell correspond avec Joseph Israel Ben Gal à Nazareth en Galilée, à la demande duquel le procureur de la République annule le verdict contre le religieux.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]