Hermalle-sous-Argenteau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Hermalle-sous-Huy.
Hermalle-sous-Argenteau
Administration
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Région Drapeau de la Région wallonne Région wallonne
Communauté Drapeau de la Communauté française de Belgique Communauté française
Province Drapeau de la province de Liège Province de Liège
Arrondissement Liège
Commune Oupeye
Code postal 4681
Zone téléphonique 04
Démographie
Gentilé Hermallien(ne)
Géographie
Coordonnées 50° 42′ nord, 5° 40′ est
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Province de Liège

Voir sur la carte administrative de Province de Liège
City locator 14.svg
Hermalle-sous-Argenteau

Géolocalisation sur la carte : Belgique

Voir la carte administrative de Belgique
City locator 14.svg
Hermalle-sous-Argenteau

Géolocalisation sur la carte : Belgique

Voir la carte topographique de Belgique
City locator 14.svg
Hermalle-sous-Argenteau
Liens
Site officiel http://www.hermalle-sous-argenteau.be/

Hermalle-sous-Argenteau (en wallon Hermåle-dizo-Årdjetea) est une section de la commune belge d'Oupeye, située en Région wallonne dans la province de Liège.

Le village est réputé pour ses cramignons qui ont lieu tous les ans, fin août. Hermalle est d'ailleurs la capitale des cramigons.

C'était une commune à part entière avant la fusion des communes de 1977.

Formes anciennes[modifier | modifier le code]

  • 779 Harimalla- 420 HSA

Étymologie[modifier | modifier le code]

Lieu de réunion du mallum ou assemblée (germanique *mathla) de l'armée (germanique *harja), dépendant de la seigneurie d'Argenteau (par opposition avec Hermalle-sous-Huy).

Histoire[modifier | modifier le code]

Terre franche brabançonne enclavée en Principauté de Liège, objet de dispute entre Liège et les Pays-Bas, Hermalle fut occupée par les Provinces-Unies en 1632. Le traité de Fontainebleau l'attribua aux Pays-Bas autrichiens en 1785. Le régime français l'éleva au statut de commune du département de l'Ourte. C’était un des huit villages faisant partie de ce qu’on appelait les « Terres de rédemption ».

Liens externes[modifier | modifier le code]