Pharmacopée chinoise

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Herbologie chinoise)
Aller à : navigation, rechercher
Un magasin à Hong Kong
Des lézards et des étoiles de mer séchés

La pharmacopée chinoise est l'une des branches de la médecine chinoise traditionnelle. Elle comporte un large éventail de produits, depuis les plantes médicinales (comprenant, racines, plantes, graines et champignons) utilisées seules ou en mélange, jusqu'à des décoctions intégrant des extraits animaux ou minéraux.

Chacune des prescriptions à base d'herboristerie est un cocktail de plantes élaboré sur mesure pour le patient. Un assortiment d'herbes médicinales est généralement infusé deux fois en une heure. Le praticien conçoit habituellement un remède en utilisant un ou deux ingrédients principaux qui visent la maladie. Puis il ajoute d'autres ingrédients pour ajuster la formule aux conditions yin/yang du patient. Parfois, des ingrédients sont nécessaires pour annuler la toxicité ou les effets secondaires des principaux ingrédients. Certaines herbes requièrent l'utilisation d'autre ingrédients qui agissent à la manière de catalyseurs ou sinon l'infusion est inefficace. Les dernières étapes exigent beaucoup d'expérience et de connaissance, et font la différence entre un bon herboriste et l'amateur. À la différence de la médecine occidentale, l'équilibre de l'ensemble des ingrédients est considéré comme plus important que les effets des ingrédients séparés.

L'herboristerie chinoise incorpore des ingrédients provenant de toutes les parties de la plantes, feuille, tige, fleur, racine.

L'utilisation d'espèces menacées (tel que les hippocampes, la corne de rhinocéros et l'os de tigre) a créé des polémiques et a eu comme conséquence l'apparition d'un marché noir qui a encouragé le braconnage d'espèces menacées.

La vente de ces plantes en occident, hors de tout contrôle médical, est porteuse de risques. Ainsi au début des années 1990, en France et en Belgique, plus d'une centaine de personnes ayant ingéré lors d'un régime amaigrissant Aristolochia fangchi au lieu de Stephania tetandra en raison de la proximité de leurs noms, ont développé une néphropathie interstitielle et plusieurs d'entre en sont mortes. D'autres cas de confusions mortelles ont ensuite été rapportées en France, en Allemagne, et au Royaume-Uni[1].

50 plantes fondamentales[modifier | modifier le code]

Dans l'herbologie Chinoise, on dénombre 50 "plantes fondamentales" [2] listées ci-dessous[Informations douteuses] [?]

  1. Agastache rugosa - huòxiāng ()
  2. Alangium chinense - bā jiǎo fēng ()
  3. Pulsatilla chinensis - bái tóu weng ()
  4. Anisodus tanguticus - shān làngdàng ()
  5. Ardisia japonica - zǐjīn niú ()
  6. Aster tataricus - zǐwǎn ()
  7. Astragalus penduliflorus - huángqí () or běiqí ()
  8. Camellia sinensis - chá shù () or chá yè ()
  9. Cannabis sativa - dà má ()
  10. Carthamus tinctorius - hóng huā ()
  11. Cinnamomum cassia - ròu gùi ()
  12. Cissampelos pareira - xí shēng téng () or ()
  13. Coptis chinensis - duǎn è huánglián ()
  14. Corydalis ambigua - yán hú suǒ ()
  15. Croton tiglium - bā dòu ()
  16. Daphne genkwa - yuánhuā ()
  17. Datura metel - yáng jīn huā ()
  18. Datura tatula - zǐ huā màn tuó luó ()
  19. Dendrobium nobile - shí hú () or shí hú lán ()
  20. Dichroa febrifuga - chángshān ()
  21. Ephedra sinica - cǎo má huáng ()
  22. Eucommia ulmoides - dùzhòng ()
  23. Euphorbia pekinensis - dàjǐ ()
  24. Flueggea suffruticosa (formerly Securinega suffruticosa) - yī yè qiū ()
  25. Forsythia suspensa - liánqiào ()
  26. Gentiana loureiroi - dì dīng ()
  27. Gleditsia sinensis - zào jiá ()
  28. Glycyrrhiza uralensis - gāncǎo ()
  29. Hydnocarpus anthelmintica (syn. H. anthelminthicus) - dà fēng zǐ ()
  30. Ilex purpurea - dōngqīng ()
  31. Leonurus japonicus - yìmǔcǎo ()
  32. Ligusticum wallichii - chuānxiōng ()
  33. Lobelia chinensis - bàn biān lián ()
  34. Phellodendron amurense - huáng bǎi ()
  35. Platycladus orientalis (formerly Thuja orientalis) - cèbǎi ()
  36. Pseudolarix amabilis - jīn qián sōng ()
  37. Psilopeganum sinense - shān má huáng ()
  38. Pueraria lobata - gé gēn ()
  39. Rauwolfia serpentina - () or ()
  40. Rehmannia glutinosa - dìhuáng () or gān dìhuáng ()
  41. Rheum officinale - yào yòng dà huáng ()
  42. Rhododendron tsinghaiense - Qīnghǎi dùjuān ()
  43. Saussurea costus - yún mù xiāng ()
  44. Schisandra chinensis - wǔ wèi zi ()
  45. Scutellaria baicalensis - huángqín ()
  46. Stemona tuberosa - bǎi bù ()
  47. Stephania tetrandra - fáng jǐ ()
  48. Styphnolobium japonicum (formerly Sophora japonica) - huái (), huái shù (), or huái huā ()
  49. Trichosanthes kirilowii - guālóu ()
  50. Wikstroemia indica - liǎo gē wáng ()

Autres plantes[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. ,anshttp://ansm.sante.fr/S-informer/Informations-de-securite-Lettres-aux-professionnels-de-sante/Nephropathies-et-plantes-chinoises Néphropathies et plantes chinoises], ansm.sante.fr, 2000
  2. Bown. D. Encyclopaedia of Herbs and their Uses. Dorling Kindersley, London. 1995 (ISBN 0-7513-0203-1)