Henryk Elzenberg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un philosophe
Cet article est une ébauche concernant un philosophe.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Henryk Elzenberg, né le 18 septembre 1887 à Varsovie, mort le 6 avril 1967 dans la même ville, est un éthicien, esthéticien et axiologue polonais.

Biographie[modifier | modifier le code]

Son père l'envoie en Suisse, à Genève, où il obtient le baccalauréat. Il poursuit ensuite ses études à Paris, à la Sorbonne, où il obtient en 1907 une licence en langues et littératures classiques. Deux ans plus tard, il y soutient une thèse sur Le sentiment religieux chez Leconte de Lisle[1]

Elzenberg débute sa vie professionnelle à Neuchâtel, en Suisse, comme professeur de littérature française. Il part en 1912 pour la Pologne (qui est alors un territoire russe) où il continuera à enseigner le français et la philosophie dans des différentes écoles secondaires.

Il participe à la Première Guerre mondiale et à la guerre soviéto-polonaise en 1920. Après avoir soutenu en 1921 une thèse sur Marc Aurèle (Marek Aureliusz. Z historii i psychologii etyki) à l'université Jagellon de Cracovie , Elzenberg obtient l'habilitation à diriger des recherches en esthétique, éthique et histoire de la philosophie.

Dans les années 1936-1939, le philosophe donne des cours à l'Université de Vilnius, en Lituanie. Pendant l'Occupation allemande il s'engage dans l'enseignement clandestin travaillant, entre autres, comme gardien de nuit dans un atelier de menuiserie.

De retour en Pologne à partir de 1945, il enseigne pendant une courte période à l'Université catholique de Lublin. Il donnera ensuite, jusqu'à sa retraite en 1960, des cours d'axiologie et d'histoire de la philosophie à l'Université Nicolas-Copernic de Toruń. Ses cours sont cependant interrompus pendant six ans, de 1950 à 1956, du fait de son interdiction d'enseigner, accusé d'« idéalisme incorrigible » par les autorités communistes.

Maîtrisant le polonais, le grec ancien, le latin, l'allemand, le français, l'anglais, l'italien et le sanskrit), Elzenberg est traducteur de Descartes, Montaigne, Platon et Marc Aurèle, entre autres.

Il meurt le 6 avril 1967 de suites d'un cancer de la moelle osseuse.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Travaux en français[modifier | modifier le code]

  • Le sentiment religieux chez Leconte des Lisle

Travaux en polonais[modifier | modifier le code]

  • Kłopot z istnieniem. Aforyzmy w porządku czasu (L'ennui d'exister. Aphorismes dans l'ordre du temps)
  • Wartość i człowiek. Rozprawy z humanistyki i filozofii (La valeur et l'homme. Dissertations humanistes et philosophiques)
  • Próby kontaktu. Eseje i studia krytyczne (Tentatives de contact. Essais et études critiques)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Henri Jouve, éditeur, Paris, 1909.