Henry de Gérin-Ricard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gérin.
Henry de Gérin-Ricard
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité

Le comte Henry de Gérin-Ricard (né à Marseille le 8 novembre 1864 - mort en 1944) était un archéologue et érudit provençal.

Famille[modifier | modifier le code]

Il était le descendant d'une vieille famille aristocratique. Sa mère était Agnès de Gérin-Ricard, née en 1833, et mariée en 1862 à son cousin Léon de Gérin-Ricard mort en 1890 au Château de Valdonne. Il a eu deux frères : Gaston (né en 1865) et Félix (né en 1871). Son oncle était le marquis Lazare Constantin de Gérin-Ricard, né en 1828, veuf de Marie Louise Eulalie Pauline de Navailles.

Biographie[modifier | modifier le code]

Le 10 mars 1918, il est reçu à l'Académie des sciences, lettres et Beaux-Arts de Marseille, en tant que membre de la classe des sciences, dans le fauteuil d'Henry de Montricher. Académie dont l'un de ses ascendants, Jean Joseph de Gérin, avait été l'un des fondateurs en 1726.

Il fut également :

  • Président de la Société de statistique des Bouches-du-Rhône pendant deux ans, puis secrétaire perpétuel.
  • Membre de l'académie d'Aix et de l'Académie de Vaucluse.
  • Membre du conseil héraldique de France.
  • Membre de la Société nationale des antiquaires de France.
  • Membre de l'Institut de Carthage.
  • Correspondant du ministère de l'Instruction publique pour les travaux historiques.
  • Conservateur adjoint du musée, château Borély.
  • Collaborateur au Sémaphore et à la Revue historique de Provence.

Dans le Dictionnaire Biographique des Bouches-du-Rhône (Paris 1901), il est décrit comme "publiciste, cours Devilliers à Marseille et Château de Valdonne par La Destrousse". Château de la Malvesine à la Bourine (Bouches-du-Rhône).

Il a joué un rôle important dans la recherche archéologique en Provence en particulier par ses fouilles à Roquepertuse, et de l'Oppidum de Saint-Pierre à Martigues, en 1917[1].

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Actes concernant les vicomtes de Marseille et leurs descendants (avec É. Isnard), Monaco-Paris 1926.
  • Le Sanctuaire préromain de Roquepertuse à Velaux, Bouches-du-Rhône : son trophée, ses peintures, ses sculptures. Etude sur l'art gaulois avant les temps classiques, Marseille, 1927.
  • Le Sanctuaire préromain de Roquepertuse (fouilles de 1927), Marseille, 1929.
  • Préhistoire et protohistoire, Marseille, 1931.
  • avec Paul Couissin, Carte archéologique de la Gaule romaine. 1, Carte (partie orientale) et texte complet du département des Alpes-Maritimes, Paris, 1931.
  • avec Paul Couissin, Carte archéologique de la Gaule romaine. 2, Carte (partie orientale) et texte complet du département du Var, Paris, 1932.
  • avec Gustave Arnaud d'Agnel, Les antiquités de la vallée de l'Arc en Provence, Aix, Typographie et lithographie B. Niel, , 334 p.
  • Carte archéologique de la Gaule romaine. 6, Carte et texte complet du département des Basses-Alpes, Paris, 1937.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Dépliant du site archéologique de Saint-Pierre, ville de Martigues, éd. Atelier Baie


Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]