Henry Racamier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Henry Racamier
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 91 ans)
ItalieVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité
Racamier-Vuitton.jpg
Vue de la sépulture.

Henry Serge Racamier (né le à Pont-de-Roide[1],[2], mort le [3]) est un entrepreneur et dirigeant d'entreprise français. Il a notamment dirigé Louis Vuitton puis le groupe LVMH dont il est cofondateur[2] avec Alain Chevalier. Il s'est marié en 1943 à Odile Vuitton, arrière-petite fille du fondateur et actionnaire de Louis Vuitton.

Famille[modifier | modifier le code]

Henry Racamier est l'aîné d'une famille de trois enfants. Son plus jeune frère est le psychiatre et psychanalyste Paul-Claude Racamier[réf. nécessaire].

Parcours professionnel[modifier | modifier le code]

La sidérurgie[modifier | modifier le code]

La première partie de son parcours professionnel s'effectue dans le domaine de la sidérurgie. Il entre aux aciéries Peugeot en 1936[2].

En 1946, il fonde une société de négoce d'aciers spéciaux, Stinox, qu'il vend en 1977 à Thyssen[2].

Louis Vuitton[modifier | modifier le code]

Il prend les rênes de l'entreprise familiale Vuitton en 1977. La première opération afin de développer l'entreprise va être de créer un réseau de boutiques en propre pour vendre sa propre production. À cela s'ajoute une stratégie marketing visant à créer une notoriété internationale à la marque, notamment en sponsorisant des événements sportifs haut de gamme (la voile notamment).

En 1984, Louis Vuitton entre en bourse, et en 1987 Louis Vuitton et Moet Hennessy fusionnent pour donner naissance au groupe LVMH.

Entre 1987 et 1990, il mène une guerre ouverte contre Bernard Arnault qui prend le pouvoir au sein de LVMH profitant d'un actionnariat non verrouillé, non solidaire et de désaccords profonds entre Alain Chevalier et lui-même à la direction du groupe[4].

Sépulture d'Henry et Odile Racamier au cimetière de Passy.

De 1990 à 1993, Henry Racamier tente de créer un LVMH-bis avec Orcofi, en réunissant des marques de luxe autour de Lanvin[5].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « matchID - moteur de recherche des personnes décédées », sur deces.matchid.io (consulté le )
  2. a b c et d « Disparition d'Henry Serge Racamier, l'un des fondateurs de LVMH », sur lesechos.fr, (consulté le ). Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte : le nom « NecroEchos » est défini plusieurs fois avec des contenus différents.
  3. (en) « Henry Racamier », sur The Economist, theeconomist (consulté le ).
  4. Claude Vincent et Philippe Monnin, Guerre du luxe : l'affaire LVMH, Editions François Bourin, , 211 p. (ISBN 978-2-87686-049-0)
  5. Renaud Lecadre, « Henri Racamier jette le gant du luxe. Sa filiale Lanvin devrait être vendue à L'Oréal et le holding Orcofi à Axa. », Libération (journal), (consulté le )
  6. « Biographie Henry Racamier », Who's Who in France (consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]