Henry Nocq

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Henry Nocq
Naissance
Décès
Nationalité
Activités

Henry Nocq, né Marie Eugène Henri Auguste Nocq le à Paris et mort dans la même ville en 1944, est un sculpteur, médailleur et orfèvre français[1].

Il a exécuté de nombreux bijoux remarquables[2] .

Biographie[modifier | modifier le code]

Portrait d'Yvette Guilbert (1893), médaillon en grès polychrome, Paris, musée d'Orsay.

Henry Nocq naît le au no 1 bis avenue Sainte Marie à Saint-Mandé. Son père est un employé des chemins de fer.

Élève d'Henri Chapu (1833-1891), c'est un sculpteur, graveur, médailleur, mais aussi un peintre et un aquarelliste. Grand prix de Rome, sociétaire de la Société des artistes français, dès 1887, il participe régulièrement au Salon des artistes français où il reçoit une mention honorable en 1889. Il est honoré d'une médaille d'argent à l'Exposition universelle de 1900[3].

Artiste multidisciplinaire, il participe à la remise en cause de la hiérarchie entre arts majeurs et arts mineurs en adhérant en 1896 au groupe d’artistes « Les Cinq », avec Félix Albert Anthyme Aubert, Alexandre Charpentier, Charles Plumet, et François-Rupert Carabin, qui devient L'Art dans Tout en 1898[4].

Il écrit plusieurs ouvrages consacrés à l'orfèvrerie, dont Le Poinçon de Paris publié en cinq volumes de 1926 à 1931, où il recense les orfèvres parisiens et leurs poinçons[5]. Cet ouvrage continue à faire référence.

Il est promu officier d'Académie en 1899 puis nommé chevalier de la Légion d'honneur par décret du [6]. Il adhère à la Société historique du VIe arrondissement en 1900 et y est désigné secrétaire adjoint.

André Michel a écrit de lui : « Toutes ses médailles sont d'une singulière pénétration dans la notation de la ressemblance individuelle et d'un goût très pittoresque dans la présentation. Vous y trouverez […] les preuves d'une grande habileté technique et d'une jolie verve primesautière »[2].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

  • Tendances nouvelles. Enquête sur l'évolution des industries d'art, Paris, Henri Floury, 1896.
  • Les Duvivier : Jean Duvivier 1687-1761, Benjamin Duvivier 1730-1819, Paris, Société pour la propagation des livres d'art, 1911.
  • Les médailles d'Antonio Pisano, dit Pisanello, Paris, J.Dumoulin, 1917.
  • Le poinçon de Paris, en 5 volumes, Paris, Henri Floury, 1926-1931.
  • Tabatières, boites et étuis, orfèvreries de Paris du XVIIIe siècle et début XIXe des collections du Musée du Louvre, Paris, G. van Oest, 1930 (avec Carle Dreyfus).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Emmanuel Bénézit, Dictionnaire des peintres, sculpteurs, dessinateurs et graveurs, tome 7, Gründ, 1976. p. 737.
  2. a et b « Henri Nocq », sur Médailles Canale.
  3. Site du Comité des travaux historiques et scientifiques.
  4. Jumeau-Plafond 2005.
  5. Brault-Lerch 1976, p. VIII.
  6. Site de la Base Léonore.
  7. « Yvette Guilbert », notice sur musee-orsay.fr.
  8. Gallica.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :