Henry Martin (général)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Henry Martin
Image dans Infobox.
Plaque au Fort des Rousses.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 95 ans)
Limoges
Nationalité
Allégeance
Activité
MilitaireVoir et modifier les données sur Wikidata
Période d'activité
Depuis Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Grade militaire
Conflit
Distinctions
Archives conservées par
Henry-MartinPlaque.JPG
plaque commémorative

Henry Jules Jean Maurice Martin, né le à Bordeaux et mort le à Limoges[1],[2], est un général français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Son prénom « Henry », d'allure britannique, est souvent transformé en « Henri », plus habituel en français.

Lieutenant de réserve au 133e régiment d'infanterie en août 1914, il prend part aux batailles d'Alsace et des Vosges. Promu capitaine, il est cité à trois reprises en février, juin et juillet 1915. Blessé une première fois en juillet 1915 par un éclat d'obus à la tête en menant sa compagnie à l'assaut, il est cité à l'ordre de l'armée et reçoit la Légion d'honneur. En 1916, il se bat dans la Somme et en Argonne, se distingue encore et est de nouveau cité à l'ordre de l'armée. En 1917, il combat en Champagne. Il se distingue et est cité à l'ordre de l'armée puis de nouveau blessé et cité à l'ordre de l'armée. En mai, il passe au 363e régiment d'infanterie et est promu chef de bataillon. En 1918, il combat au Chemin des Dames (Aisne) et dans l'Oise. Lors de l'offensive Luddendorf du 21 mars 1918, au cours du combat de Chauny, le 6 avril 1918, il reçoit trois blessures graves et tombe aux mains des allemands. Cité à l'ordre de l'armée, il est rapatrié le 7 novembre 1918.

Il commande en 1940 la 87e division d'infanterie d'Afrique (6e armée du général Touchon puis 7e armée du général Frère) au cours de la campagne de France sur l'Ailette[2] où il « a opposé à l'ennemi une résistance héroïque[3] » avant de prendre une part active à la défense de l'Aisne, puis la retraite vers la Seine et la Loire. La 87e division d'infanterie d'Afrique du général Martin fait partie des unités qui se replient en ordre et combattent jusqu'à l'extrême fin des combats[4].

Il est ensuite à la tête de la division de Marrakech puis de la 4e division marocaine de montagne[2] avant de commander le 1er corps d'armée français. Il fut ainsi, à la tête du 1er corps d'armée, commandant des troupes françaises lors de la Libération en Corse en septembre- avant de libérer l'île d'Elbe en et de prendre part au Débarquement de Provence en [5].

Entre 1944 et 1946, il est commandant du 19e corps en Algérie au moment des massacres de Sétif et le général Duval à la tête de la Division de Constantine, qui calme l'insurection avec le minimum de pertes. Le général Duval dirigeait sur le terrain les troupes et était sous la responsabilité du général Martin[2],[6].

Le général Henry Martin a présidé l'Association nationale des croix de guerre et de la valeur militaire de 1956 à 1969[2].

Le Fort des Rousses, dans le Jura a été baptisé Fort Général Henry Martin en 1984, en souvenir de l'affectation du lieutenant Henry Martin au 133e régiment d'infanterie en partie stationné dans le fort en 1914.

Commandements[modifier | modifier le code]

Commandements successifs d'Henry Martin[7] :

...

Campagnes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Acte de naissance à Bordeaux, n° 1793, vue 101/186, avec mentions marginales du mariage à Virieu-le-Grand en 1918 et du décès à Limoges en 1984.
  2. a b c d et e « Martin Henry, Jules, Jean, Maurice », sur cths.fr, Comité des travaux historiques et scientifiques (consulté le )
  3. Guerre de 1939-1940 - Citation à l'ordre de l'Armée de la 87e DINA - Weygand - Ordre N° 210 C - SHAT Vincennes
  4. « Commandos et Parachutistes :: Le général Henry Martin », sur histoire.vraiforum.com (consulté le )
  5. « Général de Division Martin », sur Musée des Étoiles (consulté le )
  6. Le Canard enchainé – 7 mai 2008
  7. « Musée de la résistance en ligne », sur museedelaresistanceenligne.org (consulté le )

Sources[modifier | modifier le code]

  • La bataille de France jour après jour : mai-, Dominique Lormier
  • La fin de la campagne de France - Les combats oubliés des Armées de Centre -, Gilles Ragache
  • La 87e Division d'Infanterie d'Afrique (1939-1940)
  • Yasmina Adi L'autre , aux origines de la Guerre d'Algérie, film, 2008

Liens externes[modifier | modifier le code]

Les documents suivants indiquent quelques documents sur lesquels figure le général, ou faisant référence à des écrits du général Henry Martin.