Henry Charles Carey

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Henry Carey.
Henry Charles Carey
Henrycharlescarey.jpg
Henry Charles Carey en 1865.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 85 ans)
Nationalité
Activité
Autres informations
Domaines
Membre de

Henry Charles Carey ( à Philadelphie - ) est l'économiste américain[1],[2] le plus influent du 19e siècle[3], conseiller d'Abraham Lincoln[Si 1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Il naît à Philadelphie en Pennsylvanie de Mathew Carey, un économiste, réformateur et éditeur originaire d'Irlande. Il suivit les cours de son père grâce aux livres dont il disposa toute sa vie. À huit ans, on l'appelait au premier salon du livre américain de 1802 à New York le « Bookseller in miniature ». À 12 ans, il travaillait pour son père à Baltimore. En 1822, il dirigea l'entreprise de son père pour créer la plus importante maison d'édition américaine, Carey & Lea, qui diffusa notamment James Fenimore Cooper et Washington Irving[4],[Si 2].

Il reprend à vingt-huit ans la maison d'édition de son père. Il se retire de l'entreprise autour de 1835[5], au moment de la publication de l'Harmonie des intérêts. Cette œuvre devient bientôt le manifeste de l'école américaine d'économie, et est traduite en italien et en suédois. Après l'édition, il décida de devenir entrepreneur-investisseur dans l'industrie du charbon et de l'acier, de la chimie agricole (voir Influence). Le Carey Group fut créé avec sa famille et des associés, dont le scientifique renommé Isaac Lea. Le « Carey group » développa l'innovation technologique dans la Pennsylvanie[Si 3].

Carey voyagea trois fois en Europe. En 1859[6], il rencontrera notamment J.S. Mill, le Comte de Cavour, Ferrera, Alexander Humboldt, Justus Liebig, Eugen Dühring et Michel Chevalier[7],[Si 4].

Définitions[modifier | modifier le code]

Pour Carey, la richesse, c'est savoir utiliser ce que l'on a. Le capital va des biens jusqu'à la richesse[Si 5]. Ainsi, l'utilité est un pouvoir de l'humain sur la nature, alors que la valeur est un pouvoir de la nature sur l'humain qui crée un besoin[8],[Si 6].

Pour lui, le surplus économique n'est pas de l'argent mais des biens[Si 7].

L'économie comme science[modifier | modifier le code]

Erik S. Reinert[9] place Carey dans l'esprit de la Renaissance et de la Grèce Antique, esprit qui favorisait la créativité et l'innovation[Si 8].

Carey pense l'économie comme une « science physique »[Si 9]. Les nouvelles sources d'énergie permettent de démultiplier le travail humain, par les industries et les machines. Ce sont les nouvelles découvertes, pas l'épargne contrairement à Smith, qui permettent de réaliser cette économie de travail[10]. Ainsi la production par unité de surface est augmentée[Si 10]. Il dira même qu'il faut faire circuler l'argent au lieu d'épargner dans les Principes de la science sociale[Si 11].

Les surplus de biens engendrent une économie de travail, qui permet à l'humain de se bonifier[11], pour permettre l'amélioration des industries, ceci afin de créer une nouvelle économie de travail. Tout ceci se cumule[Si 12]. Alors Carey crée toute une science de l'association pour la société humaine à la fin du dernier tome des Principes de la science sociale[Si 13].

Carey distingue le commerce local du négoce, ces échanges à longue distance. Le négoce a tendance à augmenter les différences de prix, c'est-à-dire à réaliser un trafic de biens. Pour Carey, le négoce amène à la guerre et à la colonisation, puis à l'esclavage[12], par la baisse des prix des matières premières voulue par celui qui réalise ce trafic[Si 14]. L'empire britannique empêcherait selon Carey aux pays colonisés de s'industrialiser[Si 15]. La jalousie du négoce amène aussi à la guerre[Si 16]. Pour Carey la balance commerciale positive amène de l'or[13], ce qui poussa les britanniques à promouvoir l'opium en Chine[14],[Si 17] et à éduquer les indiens pour supprimer leurs manufactures[15],[Si 18].

Pour Carey, l'esclavage est une forme arriérée de l'économie, due à un manque de développement des industries[16],[Si 19].

Principes de la science sociale[modifier | modifier le code]

Influence[modifier | modifier le code]

Essayiste, il promouvait le nationalisme économique dans le monde entier, avec beaucoup de correspondants. Anti-impérialiste, il était clairement contre le libre-échange et la division internationale du travail de l'Empire britannique[Si 20].

Le New York Tribune, le journal qu'il éditait[Si 21], était le plus lu aux États-Unis. Vers 1850, Il eut le plus grand tirage national, avec 200 000 exemplaires[17]. Le journal diffusait aussi des brochures sur des sujets politiques, dont certaines de Carey[Si 22].

Crapol[18] étudiait le nationalisme américain pendant la seconde moitié du 19e siècle. Il mentionne que Carey, pendant la guerre civile, a formulé le nationalisme économique[Si 23] de ce pays.

Un article non signé diffusé en janvier 1876 dans le Times de Londres soutenait les colonies britanniques canadienne et australienne. L'article s'indignait sur l'« hérésie » de la protection et sur la diffusion des thèses du « redoutable champion » de la protection : H.C. Carey[19]. Le nationalisme économique traversait les frontières, celles du Canada entre autres[Si 24].

La diffusion internationale des idées de Carey et du système américain était liée avec F. List,[20] En 1876, Les cercles de Carey influencèrent largement[21] les débats sur l'économie en Allemagne. Ceci mena au protectionnisme politique et industriel de Bismarck en 1879[Si 25].

Une « école » économique se forma autour de Carey avec entre autres Eramus Peshine Smith, Henry Carey Baird, Horace Greeley, William Elder, R.E. Thompson, Van Buren Denslow, etc. [22] Aussi, le fondateur du Wharton School of Finance and Commerce, Joseph Wharton était un disciple de Carey [23]. Le libre-échange était largement enseigné dans le monde académique. Cependant les écrits de Carey furent diffusés dans différents collèges et universités des États-Unis jusqu'à la fin du 19e siècle. Son manuel Principles of Social Science (3 tomes v.1858) fut réédité huit fois[24] et traduit en français. D'autres penseurs furent influencés comme Emerson ou Émile Durkheim[25]. Carey et Thorstein Veblen sont sur la même ligne. Le système américain intégrera largement les théories de Carey[26],[Si 26].

Les grandes réformes de l'ère Meiji au Japon[27] s'inspirèrent largement du système américain d'économie[28]. Le Japon bénéficia d'une banque nationale publique qui distribuait du crédit en fonction des prochaines productions financées[Si 27]. Le système américain fut aussi diffusé en France[29] et en Amérique latine[30],[Si 28].

Elder, qui induisit en erreur l'histoire[31],[Si 29], admit que Carey avait réussi à changer l'avis du NYT pendant la guerre de Crimée[32]. Ainsi, une bonne partie de l'opinion publique américaine soutint la Russie.

La richesse des articles de Carey a affermi le courant protectionniste dans l'opinion publique. Les électeurs américains voteront d'eux-mêmes et très souvent pour le parti du protectionnisme jusqu'au premier tiers du 20e siècle[Si 30].

Ses livres seront au moins traduits en 8 langues[33]. Ainsi, des théoriciens libéraux de marque durent répondre à ses thèses, comme J.S. Mill et Marx[Si 31].

Il a influencé Frédéric Bastiat pour ses Harmonies économiques[34], que Carey accusera de plagiat[35]. Frédéric Bastiat reconnut qu'il s'était fortement inspiré de Carey[Si 32].

En 1865, l'économiste allemand Adolf Held fait sa thèse sur Carey.

En 2012 un jeune chercheur[36] montra l'infuence de Carey sur l' « agriculture scientifique », notamment en chimie[Si 33].

Critique du libre-échange[modifier | modifier le code]

L'économie comme science va contre la division du travail du libre-échange[Si 34]. Le pouvoir d'association de l'humain va contre le libéralisme, puisque, selon Carey, c'est la société qui fait l'humain, pas l'humain qui fait la société. Les enfants apprennent d'abord de leurs parents[Si 35].

Pour Carey, le libre-échange fait au début baisser les prix en ruinant les producteurs locaux, pour créer des monopoles qui font augmenter les prix par les intermédiaires, empêchant aux producteurs d'être correctement rémunérés[37],[Si 36].

Carey est l'auteur de l'Harmonie des intérêts (1851), ouvrage faisant la comparaison du système britannique de libre-échange avec le capitalisme protectionniste et interventionniste américain. Il raconte dans ce livre que l'ensemble des classes productrices sont les unes pour les autres[Si 37].

Carey parlait de producteurs en y incluant les agriculteurs et les ouvriers[38], alors que les libre-échangistes parlaient de consommateurs. La logique de l'offre et de la demande créait des salaires faibles en Angleterre, car les salariés anglais venaient aux États-Unis. Ainsi Carey démontre que l'augmentation des salaires est bénéfique pour l'économie et les salariés, que la baisse des salaires est dommageable pour chacun. C'est la protection, c'est-à-dire la baisse des prix des produits industriels contre l'augmentation des prix des produits de la terre, qui permet aux salariés de ne pas se faire concurrence[39]. Il est à noter qu'il y avait peu de services à l'époque mais que le libre-échange tendait à augmenter les prix des services pour faire baisser les prix des productions[40]. L'augmentation des prix des services[41] qui va avec la baisse des prix des produits amène une crise financière. Carey rappelait aussi que les taux d'intérêts sont les plus élevés[42] lorsque le pays est en crise financière. Ce sont les progrès réalisés par le protectionnisme qui permettent d'enrichir le pays, par la facilitation du commerce local[Si 38].

Dans les Principes de la science sociale (1858-1860), il critique le principe du libre-échange qui tend selon lui à « établir pour le monde entier un atelier unique, auquel doivent être expédiés les produits bruts du globe en subissant les frais de transport les plus coûteux. » Il souhaite l'établissement de nations indépendantes se consacrant à toutes les branches de l'économie, au contraire de Friedrich List, dont la pensée a influencé sa conversion au protectionnisme. Carey prétend cependant qu'il s'est converti après l'observation des résultats respectifs des tarifs protectionnistes et libre-échangistes aux États-Unis. Il défend l'idée d'un système naturel de lois économiques, dont la prospérité générale de l'humanité est le résultat spontané. Cet aspect bénéfique est malheureusement empêché par l'ignorance et la perversité de l'homme.

Dans ce même livre, il critique l'exportation des produits agricoles, qui, puisqu'ils ne sont pas consommés sur place, destituent le sol national de ses éléments fertilisants. C'est une des raisons pour lesquelles il fait la promotion, à côté de la protection des industries naissantes, d'une protection agricole[43].

Au contraire de Ricardo, Carey déclare que les hommes ont d'abord exploité les terres ingrates (les coteaux) avant de descendre progressivement vers les plaines les plus fertiles, de même ils ont d'abord utilisé la force des animaux avant d'utiliser celle du vent ou de l'eau, puis de la machine à vapeur et de l'électricité. C'est pour cette raison que le prix du blé baisse nécessairement, en raison de l'augmentation de la productivité. « La terre la plus riche est la terreur du premier émigrant » (Passé, Présent et Futur). Carey cite souvent le « Créateur » pour montrer que l'humain utilise sa créativité afin d'économiser sur son travail[Si 39].

À l'opposé de Malthus, Carey démontre que l'humain trouve de plus en plus de ressources parmi ce qui est inutilisé, que l'humain utilise sa créativité pour se développer. Pour expliquer sa démarche, il redéfinit des mots ayant des définitions incohérentes encore aujourd'hui comme valeur, richesse, travail, capital, rente dans les Principes de la Science Sociale[Si 40].

Militantisme[modifier | modifier le code]

Carey rejoignit les Whigs[44] , puis il milita au Parti républicain dès 1856, pour promouvoir le protectionnisme. Les républicains l'adoptèrent en 1860[45] dans leur plateforme[46],[Si 41].

Carey affirmait que le parti démocrate servait la finance, alors que ce parti s'adressait aux pauvres[Si 42].

Il était esseulé pour l'indépendance des femmes par l'économie[47],[Si 43].

Avec Lincoln, Carey proposa de créer une ligne de chemins de fer intérieure Nord-Sud aux États-Unis. Il était pour unifier le pays par le développement. Après la guerre civile, il indiquait que la finance au Nord-Est empêchait le développement du pays. Cette lutte contre la finance amena Carey à quitter le parti républicain pour rejoindre le Greenback Party[Si 44].

La pensée économique de Carey influença après son décès l'aile conservatrice dont le président McKinley[48], mais aussi les progressistes avec Simon Patten, un professeur de l'Université de Pennsylvanie du début du 20e siècle. Trois de ses élèves devinrent les créateurs du New Deal de F.D. Roosevelt[49],[Si 45].

La guerre de Marx contre Carey[modifier | modifier le code]

Il existait aux États-Unis une peur face aux luttes de classes européennes[Si 46]. Le père de Carey était irlandais, comme beaucoup d'immigrants aux États-Unis. Mathew Carey avait émigré pour des raisons politiques[Si 47]. Cependant, les irlandais émigraient à cause de la précarité qui existait en Irlande à l'époque[Si 48].

Carey dénonça la présence britannique en Inde avec son livre The Slave Trade en 1853[50]. Marx réagit. Alors Perelman a commenté la création de l'article de Marx du 8 août 1853. Perelman défend la présence anglaise en Inde. Mais il parle de « guerre secrète » contre Carey, en restant totalement muet sur Carey.[Si 49] Carey est anti-impérialiste. Cela gênait l'Empire britannique qui essayait de cacher Carey[Si 50],[51].

Le « Carey Vesper » (1850-1879)[modifier | modifier le code]

Carey dirigea un des rares salons américains, le « Carey Vesper »[52], où les protectionnistes et libre-échangistes se côtoyaient[Si 51].

Liste des œuvres[modifier | modifier le code]

  • Essay on the rate of wages, Philadelphie, 1835.
  • Principles of political economy, Philadelphie, 1837-40 (3 volumes).
  • The credit system in France, Great Britain and the United States, Londres, 1838.
  • Answer to the questions: what constitutes currency? what are the causes of unsteadiness of the currency? and what is the remedy?, Philadelphie, 1844.
  • The past, the present and the future, Philadelphie, 1848.
  • The harmony of interests, New York, 1851.
  • Principles of social science, Principes de la science sociale, 3 volumes, Philadelphie, 1858-60, traduit par Saint-Germain-Leduc et Augustin Planche [Tome 1] [Source], [Tome 2] [Source], [Tome 3] [Source]
  • The French and American tariffs compared, Philadelphie, 1861.
  • The way to outdo England without fighting her, Philadelphie, 1865.
  • Review of the decade 1857-1867, Philadelphie, 1867.
  • Contraction or expansion? Repudiation or resumption?, Philadelphie, 1866.
  • How protection, increase of public and private revenues, and national independence march hand in hand together, Philadelphie, 1869.
  • Shall we have peace… Letters to the President elect of the United States, Philadelphie, 1869.
  • International copyright question, Philadelphie, 1872.
  • The Unity of law, Philadelphie, 1873[53].

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Encyclopedia Britannica
  2. (en)nndb.com
  3. Research paper on Carey
  4. Kaser, Messrs. Carey and Lea, p. 17-9,39.
  5. Elder, A Memoir, p. 32.
  6. Henry C. Carey, Scrapbook Containing Newspaper Clippings, Magazine Articles and Sundry Biographical Essays, 1859 113 p. (p. 40).
  7. Carey correspondait avec eux et avec d'autres économistes; cf Kaplan, Henry Charles Carey, p. 15 et Thompson, Memoir of Henry C. Carey, p. 828.
  8. Carey, Principles of Social Science, V.1, p. 33 et V.3, p. 74
  9. Erik S. Reinert, How Rich Countries Got Rich and Why Poor Countries Stay Poor, New York, Carroll & Graf, 2007; voir l'Annexe 1 pour l'arbre généalogique des penseurs de cette école.
  10. Ibid., V.3, p. 70.
  11. Carey, Principles of Social Science, V.1, p. 154-5
  12. Carey, The Slave Trade, p. 286; Étude de Budziszewski, A Whig View of Slavery, p. 199-213 : dans le livre The Slave Trade de Carey. Voir aussi Louis S Gerteis, « Slavery and Hard Times: Morality and Utility in American Antislavery Reform », Civil War History, vol. 29, n o 4 (1983), p. 316-31, plus spécifiquement p. 316-9 sur Carey, un protectionniste, et Sedgwick, un libre-échangiste. Voir Smith, Henry C. Carey, p. 25-40 et Sarah T. Phillips, « Antebellum Agricultural Reform, Republican Ideology, and Sectional Tension », Agricultural History, vol. 74, n o 4 (2000), p. 799-822.
  13. « How to Make Money Abundant », NYT, 17 juil. 1854.
  14. Trocki, Opium, Empire, p. 42-4,57-87
  15. « British Free Trade in India*», NYT, 26 sept. 1851; « British Free Trade in India*», NYT, 23 juin 1855.
  16. Budziszewski, A Whig View of Slavery, p. 199-213 ; Voir Louis S Gerteis, « Slavery and Hard Times: Morality and Utility in American Antislavery Reform », Civil War History, vol. 29, n o 4 (1983), p. 316-31, p. 316-9 sur Carey, un protectionniste, et Sedgwick, un libre-échangiste. Henry C. Carey, p. 25-40 et Sarah T. Phillips, « Antebellum Agricultural Reform, Republican Ideology, and Sectional Tension », Agricultural History, vol. 74, n o 4 (2000), p. 799-822.
  17. Jeter Allen Isely, Horace Greeley and the Republican Party, 1853-1861; a Study of the New York Tribune, New York, Octagon Books, 1965, p. 4-5,13,294,338-9; Adam-Max Tuchinsky, Horace Greeley's New-York Tribune : Civil War-Era Socialism and the Crisis of Free Labor, Ithaca, N.Y., Cornell University Press, p. ix.
  18. Edward P. Crapol, America for Americans: Economic Nationalism and Anglophobia in the Late Nineteenth Century, Westport, Conn., Greenwood Press, 1973; Sophus A. Reinert, Translating Empire: Emulation and the Origins of Political Economy, Cambridge, Mass., Harvard University Press, 2011.
  19. The Times, Saturday, Jan 22, 1876, p. 9. traduit en allemand : Commerce, Christianity, and civilization, versus British free trade : letters in reply to the London times, Philadelphia, Collins, 1876.
  20. Notz, Frederick List in America; Friedrich List, Friedrich List : Outlines of American Political Economy in Twelve Letters to Charles J. Ingersoll, Wiesbaden, Dr Böttiger Verlags, 1996; Hudson, Economics and Technology, p. 115-33.
  21. Dès les années 1860 sa pensée était l'objet de débat dans la presse allemande; voir « The Study of Social Science », NYT, 28 mai 1866, Gazette de Ausbourg, Leipsic Illustrirte Zeitung, etc.
  22. Ibid., p. 81; Hudson, Economics and Technology, 201-273.
  23. W. Ross Yates, Joseph Wharton : Quaker Industrial Pioneer, London, Associated University Press, 1987, p. 178-183.
  24. Voir Green, Henry Charles Carey, Nineteenth-Century Sociologist, p. 172-80.
  25. Voir Thomas D. Birch, « Toward a Better Order: The Economic Thought of Ralph Waldo Emerson », The New England Quarterly 68, n o 3 (1995), p. 393-401; sur Durkheim, voir Morrison, Henry C. Carey, p. 37-8.
  26. Gerald F. Vaughn, « Institutional Economics and Community Development: The Pioneering Roles of Henry C. Carey and Van Buren Denslow », Journal of Economic Issues, vol. 37, n o 3 (2003), p. 681-96; Gibson, Wealth, Power, p. 43-51.
  27. Tessa Morris-Suzuki, A History of Japanese Economic Thought, New York, Routledge, 1989, p. 59-60
  28. Robert S. Schwantes, « American Relations with Japan, 1853-1895: Survey and Prospect », dans Burton F. Beers, Ernest R. May, et James Claude Thomson, American-East Asian relations: a survey, Cambridge, Mass., Harvard University Press, 1972, p. 122.
  29. Carey était rapidement traduit en français. Les industries françaises se maintenaient grâce à Carey. voir « Personal », NYT, 20 juin 1859. Paul Cauwès; Cauwès, Cours D'économie Politique, p. 458-65.
  30. Voir Luis Vásquez M., La Verdad detrás de la guerra del Pacífico : el Imperio Británico contra el sistema americano de economía en Sudamérica, Lima, Perú, Arquitas E.I.R.L., 2012; Mauro Boianovsky, « Friedrich List and the Economic Fate of Tropical Countries », History of political economy, vol. 45, n o 4: (2013), p. 666-9.
  31. Smith, Henry C. Carey, p. 37, 1857.
  32. Elder, A Memoir, p. 23. Orlando Figes, Crimea : the last crusade, London, Allen Lane, 2010, p. 313-4
  33. français, allemand, italien, russe, suédois, espagnol, hongrois et japonais.
  34. Lettre au Journal des Économistes
  35. Rufus F. Griswold, « Henry C. Carey, The Apostle of the American School of Political Economy », The American Whig Review, vol. 13, n o 37 (jan. 1851), p. 82-3; Thompson, Memoir of Henry C. Carey, p. 821; Frédéric Bastiat, « Lettre au Journal des Économistes », Œuvres complètes de Frédéric Bastiat, Tome 1, Paris, Guillaumin, 1862, p. 209-16.(voir thèse de Simon Vézina)
  36. Ariel Ron, Developing the Country "Scientific Agriculture" and the Roots of the Republican Party, thèse de Ph.D., University of California, Département d'histoire, Berkeley, 2012.[1]
  37. Voir « Who Pays the Duty? », NYT, 15 juil. 1851; « British Precepts and Practice », NYT, 12 sept. 1853.
  38. « Free Trade in Labor », NYT, 6 sept. 1853. Voir Carey, Principles of Social, Vol 3, p. 17-47
  39. Parmi d'autres, voir Carey, Principle of Social, v.2, p. 303-7
  40. voir Damien Millet, L'Afrique sans dette, Paris, Syllepse, 2005, p. 49-59.
  41. Prabhat Patnaik, « The Other Marx », dans Iqbal Husaine et al., dans Karl Marx on India, New Delhi, Tulika Books, 2006, p. lxv-lxvii.
  42. « The Fools Not All Dead Yet*», NYT, 14 sept. 1854; « The Bulletin on Yardsticks », NYT, 25 sept. 1854.
  43. (en)Web archive Henry Charles Carey based on 11th edition of Encyclopedia Britannica published in 1911
  44. Portrait evec erreurs, de Howe : Howe, The Political Culture of the American Whigs, p. 108-122; voir aussi Winger, « Lincoln's Economics », p. 50-80.
  45. voir Smith, Henry C. Carey. Voir aussi Dorfman, The Economic Mind in America, p. 789-810.
  46. Smith, Henry C. Carey, p. 41-88; voir James L. Huston, The Panic of 1857 and the Coming of the Civil War, Baton Rouge, Louisiana State University Press, 1987.
  47. Budziszewski, A Whig View of Slavery, p. 206-7. Carey, Principles of Social, Vol. 3, p. 368-85; « The Wrongs of Women, and a Remedy », NYT, 6 oct. 1852
  48. Nathaniel Burt, The Perennial Philadelphians, the Anatomy of an American Aristocracy, Boston, Little, Brown and Co., 1963, p. 406-7, Skrabec, William McKinley, p. 33-5.
  49. Frances Perkins, Rexford G. Tugwell et Leon Henderson; voir Burt, The Perennial Philadelphians, 406-7; sur Patten, voir Green, Henry Charles Carey, 178-9 et Hudson, Economics and Technology, p. 353-408; sur Roosevelt, voir Gibson, Wealth, Power, chapitre 5 « FDR and JFK Revive the American System », p. 95-123.
  50. Carey, The Slave Trade, « chapter XII How slavery grows in India », p. 123-169. Lettre de Marx à Engels, 14 juin 1853, Karl Marx et Friedrich Engels, The Collected Works of Karl Marx and Frederick Engels, Charlottesville, Va., InteLex Corp., 2001, Vol. 39, p. 345-348.
  51. Karl Mary et Henry Carey au New-York Tribune [2]
  52. Alexander Del Mar, « The Round Table of Henry C. Carey », Gunton's Magazine, vol. XIII, 1897, p. 99-108; Thompson, Henry C. Carey, p. 831-832; Kaplan, Henry Charles Carey, p. 13; Charles Godfrey Leland,Memoirs, New York, D. Appleton, 1893, p. 213; Joanna Wharton Lippincott, Biographical Memoranda Concerning Joseph Wharton, 1826-1909, Philadelphia, J.B. Lippincott, 1909, p. 74.
  53. openlibrary.org

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Cet article se réfère aux ouvrages suivants :

  • Principes de la Science Sociale Tomes 1 2 et 3 par Henry Carey. [6]
  • Histoire des doctrines économiques depuis les Physiocrates jusqu'à nos jours par Charles Gide et Charles Rist. [7]
  • Chisholm, Hugh, ed (1911). Encyclopædia Britannica (Eleventh ed.). Cambridge University Press, volume 5, p. 329. [8]
  • Vezina Simon Mémoire sur Henry Charles Carey [9] [10] :
  1. Introduction paragraphe 2
  2. page 50
  3. page 50
  4. page 69
  5. page 56
  6. Note 218 page 56
  7. page 56
  8. page 4
  9. page 56
  10. pages 57 et 59
  11. page 56
  12. page 56
  13. page 57
  14. page 82
  15. page 60
  16. pages 60,62,63
  17. page 84
  18. pages 100-101
  19. pages 62,63,64
  20. Introduction paragraphe 2
  21. page 73
  22. page 10
  23. page 7
  24. page 69
  25. page 70
  26. page 68
  27. pages 71,72
  28. page 71
  29. page 75
  30. page 10
  31. page 69
  32. page 69
  33. page 5
  34. page 56
  35. page 57
  36. pages 91,92,93
  37. page 88
  38. pages 80,81,82,85,89
  39. page 55
  40. page 55
  41. pages 51, 52
  42. page 89
  43. page 81
  44. page 53
  45. pages 51, 52
  46. page 6
  47. page 50
  48. page 61
  49. page 10
  50. page 8
  51. page 54

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :