Henry Canacos

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Henry Canacos
Illustration.
Fonctions
Député de la 5e circonscription du Val-d'Oise

(1 an, 2 mois et 18 jours)

(8 ans, 2 mois et 11 jours)
Groupe politique communiste
Maire de Sarcelles

(18 ans)
Biographie
Date de naissance (91 ans)
Lieu de naissance Saint-Étienne (Loire, France)
Nationalité Française
Parti politique PCF
Profession agent technique

Henry Canacos, né le à Saint-Étienne (Loire), est un homme politique français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Son père, mineur, meurt très jeune de la silicose et la famille est expulsée du logement qu'elle occupait par la Compagnie des mines. Henry Canacos vit sa jeunesse dans une grande pauvreté. Il devient ajusteur dans une usine d'outillage mécanique de Saint-Ouen, mais la pénurie de logements l'amène à s'installer à Sarcelles[1].

Il rejoint la CGT, puis le Parti communiste français (PCF). Il mobilise la population de la ville sur les questions relatives au mal-logement, ce qui lui vaut de ravir la mairie à la droite en 1965. En fonction, Henry Canacos mène un bras de fer contre l’État, qui gérait le grand ensemble, pour obtenir des moyens afin de conduire une politique sur le logement, met en place des colonies de vacances pour les enfants issus des milieux populaires, favorise le sport et la culture. Il perd les élections municipales en 1983[1].

Détail des fonctions et des mandats[modifier | modifier le code]

Mandats locaux
Mandats parlementaires

Ouvrage[modifier | modifier le code]

  • Henry Canacos, Sarcelles ou le béton apprivoisé, Paris, Éditions sociales, coll. « Notre temps - Société », , 267 p. (ISBN 2-209-05320-X)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Pierre Souchon, « À Sarcelles, un maire contre ses administrés », Le Monde diplomatique,‎ (lire en ligne, consulté le 29 juillet 2018)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]