Henriette Nissen-Saloman

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Henriette Nissen-Saloman
Henriette Nissen-Saloman.jpg

Portrait des années 1840

Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 60 ans)
Bad HarzburgVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Tessiture
Élèves
Q27882102, Wilhelmina Raab (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Henriette Nissen-Saloman, née le à Göteborg et morte le à Bad Harzburg, est une cantatrice suédoise, mezzo-soprano, qui fut également une pédagogue réputée de son époque au conservatoire de Saint-Pétersbourg. Elle étudia le piano auprès de Frédéric Chopin. Sa voix était très mélodieuse, au registre très étendu. Elle surmontait avec brio les partitions les plus difficiles.

Biographie[modifier | modifier le code]

Henriette Nissen prend des leçons auprès de l'organiste Georg Günther à Göteborg. En 1838, elle part pour Paris étudier le piano auprès de Frédéric Chopin et le chant auprès de Manuel Garcia. Elle débute en 1842 dans le rôle d'Elvire de Don Juan[1] à la Comédie-Italienne de Paris in 1842. Elle interprète le rôle d'Adalgise de la Norma (Bellini) en 1843. De 1845 à 1855, elle entreprend une tournée à travers l'Europe qui rencontre un immense succès. Elle chante ainsi en Italie, en Allemagne, en Suède à Stockholm et en Norvège, puis en Russie. Parmi ses grands rôles, l'on peut retenir La Somnambule, la Norma, Lucrezia Borgia, Lucia di Lammermoor et Ernani. Elle se produit aussi à Leipzig, au Gewandhaus et à Berlin, où elle rivalise avec la célèbre Jenny Lind. C'est à Berlin qu'elle épouse en 1850 le violoniste et compositeur Siegfried Saloman. Ensuite ils partent en tournée en Suède, dans le grand-duché de Finlande et en Russie.

En 1855, elle est intégrée à l'opéra italien de Saint-Pétersbourg.

En 1859, elle devient professeur au conservatoire de Saint-Pétersbourg, où elle a notamment pour élève Alexandra Kroutikova. Elle fait paraître en allemand un manuel d'études pour le chant Das Studium des Gesanges, fameux à cette époque, qui est traduit en français et en russe en 1881. Elle demeure au conservatoire jusqu'en 1873.

Henriette Nissen est élue à l'Académie royale de musique de Suède en 1870. Elle meurt en 1879 en Allemagne dans la ville d'eau de Bad Harzburg.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Chanté en français

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (de) Nissen, Henriette, in: Kutsch/Riemens: Großes Sängerlexikon, 3. Auflage, 1997-2000. volume 4, p. 2542
  • (sv) Henriette Nissen (projet Runeberg)